L’armée israélienne abat un drone gazaoui entré dans l’espace aérien israélien
Rechercher

L’armée israélienne abat un drone gazaoui entré dans l’espace aérien israélien

Cette incursion survient dans un contexte d'accalmie relative, alors qu'Israël et le Hamas se conforment à un cessez-le-leu officieux

Un drone capturé par Israël. (Ministère de la Défense)
Un drone capturé par Israël. (Ministère de la Défense)

Un drone envoyé depuis la bande de Gaza est entré depuis l’espace aérien israélien lundi matin, avant d’être abattu, a fait savoir l’armée israélienne.

« Les soldats de l’armée israélienne ont repéré un drone entrant depuis la bande de Gaza. Le drone a été abattu par les soldats et a été envoyé pour être examiné », a indiqué l’armée dans un communiqué.

La frontière, d’habitude assez instable, a été relativement calme ces derniers mois, après qu’un nouvel accord a été conclu le mois dernier entre Israël et le groupe terroriste du Hamas, qui dirige de facto l’enclave palestinienne.

En dépite de l’accalmie relative, près de 7 000 Palestiniens se sont rendus à la frontière de Gaza vendredi pour manifester, selon l’armée israélienne.

De plus, trois Palestiniens ont été arrêtés dimanche matin après avoir traversé la frontière depuis la bande de Gaza vers Israël, a fait savoir l’armée.

Une grenade à fragmentation et des « matériaux incendiaires » ont été retrouvés sur les trois hommes, a noté l’armée dans un court communiqué.

Les Gazaouis, qui cherchent pour certains, à fuir la crise humanitaire qui frappe l’enclave, sont régulièrement arrêtés alors qu’ils tentent de franchir la clôture frontalière.

Un Palestinien utilise une fronde pour jeter des pierres aux forces israéliennes de l’autre côté de la frontière avec Gaza, le 5 juillet 2019 (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

Le 29 juin, Israël a accepté un certain nombre de concessions économiques pour Gaza en échange de la promesse faite par le Hamas de mettre un terme aux attaques incendiaires et autres violences le long de la frontière, a indiqué un responsable israélien.

Le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu a été vivement critiqué par les résidents du sud (qui ont largement voté pour le Likud) et par les politiciens des deux côtés de l’échiquier pour ce qu’ils estiment être une réponse inadéquate aux violences continues du Hamas et des autres terroristes de la bande de Gaza, que ce soit au niveau militaire ou via une trêve à long-terme.

Depuis le début des violences le long de la frontière, au mois de mars dernier, les résidents de la périphérie de Gaza ont également organisé un certain nombre de manifestations dans tout le pays pour dénoncer ce qu’ils qualifient d’inaction gouvernementale face au terrorisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...