Rechercher

L’armée montre de fausses jambes amputées à des enfants pour Yom HaAtsmaout

Les soldats de la brigade Etzion ont aussi dessiné des blessures d’éclats d’obus sur des enfants pendant l’exposition du Corps médical

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats de la brigade Etzion montrent une paire de fausses jambes amputées à un enfant de l'implantation de Tekoa pendant une exposition militaire pour Yom HaAtsmaout, le 2 mai 2017. (Crédit : autorisation)
Des soldats de la brigade Etzion montrent une paire de fausses jambes amputées à un enfant de l'implantation de Tekoa pendant une exposition militaire pour Yom HaAtsmaout, le 2 mai 2017. (Crédit : autorisation)

Chaque année, pour Yom HaAtsmaout, l’armée israélienne ouvre ses bases et se rend dans des communes pour bâtir des liens avec la population, mais mardi, l’armée est peut-être partie d’un mauvais pied dans l’implantation de Tekoa, en montrant aux jeunes enfants de fausses jambes amputées en sang, pour son exposition sur le Corps médical.

Les soldats de la brigade Etzion de Cisjordanie de l’armée israélienne ont aussi dessiné d’horribles blessures d’éclats d’obus sur les bras et les jambes des enfants, selon un parent qui était présent.

La brigade Etzion se rend tous les ans dans une autre implantation de Cisjordanie pour Yom HaAtsmaout. Cette année, les soldats de la brigade avaient installé leur exposition à Tekoa, au sud de Bethléem.

Comme d’habitude, les tanks et les véhicules blindés étaient présents, et les enfants avaient le droit de grimper dessus.

Des soldats de la brigade Etzion dessinent de fausses blessures d'éclats d'obus devant une paire de fausses jambes amputées aux enfants de l'implantation de Tekoa pendant une exposition militaire pour Yom HaAtsmaout, le 2 mai 2017. (Crédit : autorisation)
Des soldats de la brigade Etzion dessinent de fausses blessures d’éclats d’obus devant une paire de fausses jambes amputées aux enfants de l’implantation de Tekoa pendant une exposition militaire pour Yom HaAtsmaout, le 2 mai 2017. (Crédit : autorisation)

L’unité médicale a aussi présenté de fausses jambes amputées, où l’on pouvait voir le muscle déchiré et les artères à nu. Les faux membres sont utilisés par l’armée pour des exercices de formation. Elles sont donc conçues pour être les plus réalistes possibles, et comprennent une pompe qui permet de simuler le flux sanguin.

Selon le parent, qui a demandé à ne pas être nommé, les soldats ont « fait gicler du liquide » dans les jambes, mais c’était « un liquide plus transparent, pas de la même couleur que le sang. »

Des soldats de la brigade Etzion dessinent de fausses blessures d'éclats d'obus aux enfants de l'implantation de Tekoa pendant une exposition militaire pour Yom HaAtsmaout, le 2 mai 2017. (Crédit : autorisation)
Des soldats de la brigade Etzion dessinent de fausses blessures d’éclats d’obus aux enfants de l’implantation de Tekoa pendant une exposition militaire pour Yom HaAtsmaout, le 2 mai 2017. (Crédit : autorisation)

Les jambes étaient exposées à la vue de tous, y compris des enfants de tout âge qui ont pu voir ce spectacle sanglant.

Selon le parent, des enfants d’à peine trois et quatre ans ont visité l’exposition.

Une fausse blessure d'éclats d'obus dessinée par les soldats de la brigade Etzion aux enfants de l'implantation de Tekoa pendant une exposition militaire pour Yom HaAtsmaout, le 2 mai 2017. (Crédit : autorisation)
Une fausse blessure d’éclats d’obus dessinée par les soldats de la brigade Etzion aux enfants de l’implantation de Tekoa pendant une exposition militaire pour Yom HaAtsmaout, le 2 mai 2017. (Crédit : autorisation)

Les enfants ont aussi pu voir de fausses blessures, faites avec les mêmes peintures et techniques utilisées par l’armée pour ses formations, et qui sont elles aussi conçues pour être le plus réaliste possible.

L’armée israélienne n’a pour l’instant pas répondu aux questions du Times of Israël sur cette exposition.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...