L’armée récupère le toit du cockpit d’un F-15 tombé lors d’un vol d’entraînement
Rechercher

L’armée récupère le toit du cockpit d’un F-15 tombé lors d’un vol d’entraînement

Des techniciens de l'armée de l'air examinent le fragment, qui a été retrouvé en Cisjordanie, pour déterminer pourquoi il s'est détaché soudainement à 30 000 pieds

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un avions de chasse F-15 devant son hangar, dans la base militaire d'Ovda, au sud d'Israël durant l'entraînement international Blue Flag, le 9 novembre 2017. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)
Un avions de chasse F-15 devant son hangar, dans la base militaire d'Ovda, au sud d'Israël durant l'entraînement international Blue Flag, le 9 novembre 2017. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

L’armée israélienne a récupéré lundi la voilure d’un avion de combat F-15 qui s’est détaché inopinément à 30 000 pieds lors d’un récent vol d’entraînement, a fait savoir l’armée.

La verrière – l’enceinte en verre entourant les pilotes – a été retrouvée lundi soir dans le centre de la Cisjordanie, près de la ville de Hébron, a déclaré l’armée dans un communiqué.

Le pilote et le navigateur de l’avion de chasse ont pu atterrir sans encombre dans un aéroport voisin après que la verrière se soit soudainement détachée mercredi dernier.

L’armée israélienne a précisé que les techniciens de l’armée de l’air allaient examiner la verrière récupérée dans le cadre de leur enquête pour déterminer pourquoi elle s’est soudainement détachée en plein vol.

Les responsables de Tsahal ont félicité le pilote et le navigateur de l’avion pour leur « sang-froid » malgré leur exposition soudaine à l’air glacial, aux vents violents et au bruit assourdissant.

Après un bref moment de panique, les aviateurs ont communiqué par radio avec la tour de contrôle la plus proche, les ont informés de la situation et ont fait approcher l’avion de chasse pour un atterrissage. Un enregistrement des conversations radio en hébreu a été diffusé par l’armée lundi matin.

Le chef de l’armée de l’air israélienne a immobilisé au sol la flotte des avions de chasse F-15 de l’armée jusqu’à ce que la cause de l’accident soit déterminée.

« Ce genre d’incident est très, très rare. La dernière fois qu’une telle chose s’est produite, c’était sur un Skyhawk en 2004. Dans ce cas, ils ont dû s’éjecter. Cet événement s’est terminé très différemment », a déclaré un responsable de l’armée, s’adressant aux journalistes sous couvert de l’anonymat.

Les avions de combat F-15 d’Israël – connus en hébreu sous le nom de « Baz, » ou « Falcon » – ont été construits et livrés pour la première fois dans les années 1970, bien qu’ils aient été modernisés et remis à neuf dans les décennies qui ont suivi.

Le responsable de l’armée israélienne a déclaré que les raisons de la perte de la verrière n’étaient pas évidentes dans l’immédiat. Les techniciens de l’armée de l’air examinaient le mécanisme qui maintient la voilure pour voir si elle n’avait tout simplement pas cédé, ainsi que les systèmes pyrotechniques qui font sauter la voilure en cas d’éjection, pour déterminer si elle avait été actionnée par erreur.

Les deux aviateurs, un capitaine pilote et un lieutenant navigateur, ont décollé de la base aérienne de Tel Nof près de la ville de Rehovot, au centre d’Israël, et ont commencé un vol d’entraînement de routine vers le sud.

Un F-15 de l’armée de l’air israélienne décolle le 8 novembre 2017 lors de l’exercice Blue Flag à la base aérienne d’Ovda, au nord de la ville israélienne d’Eilat. (Jack Guez/AFP)

Lorsque la verrière s’est détachée, on a pu entendre les officiers se mettre à crier, avant de finalement se calmer et commencer à manœuvrer pour faire atterrir l’avion. La température extérieure était d’environ -45 degrés Celsius. À 30 000 pieds d’altitude, les aviateurs ont pu respirer grâce à leurs masques à oxygène.

Pour des raisons de sécurité, les officiers ne peuvent être identifiés que par leurs grades et la première lettre hébraïque de leur nom.

« Je t’entends, tu m’entends ? » a demandé le capitaine « Y » au lieutenant « R. »

Avant de recevoir une réponse, « Y » s’adresse à la tour de contrôle de la base aérienne la plus proche de Nevatim, à l’est de Beer Sheva.

« Nous allons atterrir sans le toit de notre cockpit, vous me recevez ? », demanda-t-il.

Se tournant vers son navigateur, « Y » lui demande : « R », tu m’entends ? »

Clairement secoué, « R » répond : « Est-ce que ça va ? »

« Oui, tout va bien, lui répondit « Y », afin de rassurer son navigateur.

La tour de contrôle a ensuite confirmé la demande du pilote pour un atterrissage à Nevatim.

« Vous allez y arriver ? » a demandé le contrôleur.

« Nous n’aurons aucun problème pour atteindre la base. Continuez à nous communiquer vos données », a répondu « Y ».

Le pilote se retourne alors vers son navigateur.

An Israeli pilots sits at the cockpit of his F-15 Eagle fighter jet in an Israeli Air Force Base. (photo credit: Yossi Zeliger/Flash90)
Des pilotes israéliens dans le cockpit d’un avion de chasse F-15 dans une base aérienne israélienne. (Yossi Zeliger/Flash90)

« Es-tu avec moi, mon frère ? » lui a-t-il demandé.

« Oui », a répondu « R ».

« Tout va bien. Ton fauteuil est baissé ? » demande « Y ».

« Affirmatif », a-t-il répondu.

« Parfait, mon frère », dit-il calmement.

S’adressant de nouveau à la tour de contrôle, « Y » demande que les éclairages de leur piste d’atterrissage soient allumés et les informe qu’ils vont arriver par l’ouest.

« Train d’atterrissage sorti », dit-il, juste avant d’atterrir l’avion avec succès.

« L’équipage de l’avion a gardé le contrôle total tout au long de l’incident », a déclaré Tsahal dans un communiqué. Les aviateurs « ont agi avec calme, professionnalisme et expertise dans le traitement de cette faille inhabituelle, et ont fait atterrir l’avion en toute sécurité sur la base aérienne Nevatim ».

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...