L’armée saisit le permis de travail de la famille du suspect dans l’attaque de Petah Tikva
Rechercher

L’armée saisit le permis de travail de la famille du suspect dans l’attaque de Petah Tikva

Tsahal a mené un raid au domicile de la personne soupçonnée d’être l’auteur de l’attaque dans le centre d’Israël

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les forces de sécurité ont mené un raid au domicile en Cisjordanie d’un présumé terroriste vendredi matin, un jour après une attaque qui a blessé cinq personnes dans la ville de Petah Tikva.

L’armée israélienne a confisqué les permis de travail des membres de la famille de l’auteur présumé, identifié par les médias palestiniens comme étant Sadeq Nasser Abu Mazen, âgé de 18 ans, de Beita al-Foka, un village dans le sud de Naplouse.

Un certain nombre des membres de la famille d’Abu Mazen ont également été interrogés, selon l’armée.

Mercredi soir, le présumé terroriste a ouvert le feu sur un autobus près du marché de Petah Tikva. Un homme a été légèrement blessé par les tirs, tandis que deux autres femmes ont été légèrement blessées par des projectiles.

Il a ensuite fui les lieux de l’incident, en essayant de tirer encore plus, mais son pistolet s’est enrayé. Il a finalement été intercepté par des citoyens et a poignardé l’un d’eux avec un tournevis pendant qu’ils tentaient de le neutraliser à l’extérieur d’un magasin de machines à coudre.

Un autre homme, qui a été confondu avec le terroriste, a également été poursuivi par la foule et a été légèrement blessé à la tête avant d’être secouru par la police.

En outre, l’armée a également arrêté six personnes dans le nord de la Cisjordanie dans le cadre d’une opération contre les Palestiniens qui entrent illégalement sur le territoire israélien, habituellement pour travailler, selon un porte-parole.

Certains de ces « infiltrés illégaux » ont également mené des attaques terroristes en Israël.

On ne sait pas encore si Abu Mazen avait un permis de travail légal ou si lui aussi était entré en Israël illégalement. Jeudi, la police a placé les détails de l’enquête sous embargo.

Cette nuit, un soldat de l’armée qui surveille les caméras de surveillance dans la région de Hébron a repéré un véhicule suspect qui s’approchait de la clôture de sécurité qui entoure la plus grande partie de la Cisjordanie.

Des troupes ont été appelées sur les lieux. En cherchant la voiture, les soldats ont découvert un fusil et des munitions à l’intérieur.

L’armée israélienne a déclaré que l’arme était un fusil d’assaut M-16. Cependant, une photo de l’arme montre que c’est plus probablement une mitraillette improvisée style Carlo, faite pour ressembler à un M-16.

Une arme illégale qui a été retrouvée dans le coffre d'une voiture qui s'était approché la clôture de sécurité entourant le sud de la Cisjordanie, le 10 février 2017 (Crédit : Unité du porte-parole de Tsahal)
Une arme illégale qui a été retrouvée dans le coffre d’une voiture qui s’était approché la clôture de sécurité entourant le sud de la Cisjordanie, le 10 février 2017 (Crédit : Unité du porte-parole de Tsahal)

Bien que la crosse, la poignée du pistolet et la poignée de garde sont similaires à ceux d’un M-16 – toutes ces pièces peuvent être achetées dans le commerce, car ils ne sont pas impliqués dans le mécanisme de tir réel – l’arme qui a été saisie a un type sensiblement différent de récepteur, qui est beaucoup plus compatible avec les mitraillettes style Carlo.

Un fusil d'assaut M-16A2 (Crédit : Swedish Army Museum/Wikimedia)
Un fusil d’assaut M-16A2 (Crédit : Swedish Army Museum/Wikimedia)

Interrogé sur ces différences, un porte-parole de l’armée a soutenu que l’arme était un M-16 et a déclaré que les disparités pourraient être le résultat de modifications.

Une mitraillette de style Carlo est nettement moins précise et moins fiable et donc bien moins chère qu’un M-16, qui peut coûter des dizaines de milliers de shekels sur le marché noir en Cisjordanie.

Une autre mitraillette de style Carlo appartenant à un membre présumé du Hamas a également été retrouvée dans le village de Surif, près d’Hébron, en Cisjordanie, selon l’armée.

Ailleurs en Cisjordanie, les troupes israéliennes ont arrêté 10 autres suspects palestiniens qui auraient participé au « terrorisme populaire », un terme générique faisant référence au jet de pierres et à la participation à des manifestations violentes.

Une personne a été arrêtée à Fahma, dans le nord de la Cisjordanie, où les troupes ont également découvert un certain nombre de cocktails Molotov et de balles, a déclaré l’armée.

Les autres neuf suspects ont également été arrêtés dans le nord de la Cisjordanie, deux personnes venaient de Beit Amin, trois suspects étaient originaires d’Azoun Atma, un autre de Beida, une personne venait d’Utzrin et deux du nouveau camp de réfugiés d’Aska.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...