Israël en guerre - Jour 286

Rechercher

L’Arrow abat un missile venu de la mer Rouge visant Eilat revendiqué par les Houthis

Les avions de chasse israéliens ont aussi abattu des drones, une attaque revendiquée par le groupe yéménite soutenu par l'Iran ; "aucun risque pour les civils", dit l'armée

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Une traînée de fumée, provenant apparemment d'un missile de défense aérienne israélien, est visible au-dessus de la région d'Eilat, dans le sud d'Israël, le 31 octobre 2023. (Autorisation)
Une traînée de fumée, provenant apparemment d'un missile de défense aérienne israélien, est visible au-dessus de la région d'Eilat, dans le sud d'Israël, le 31 octobre 2023. (Autorisation)

Le système de défense aérienne Arrow a intercepté un missile surface-surface lancé depuis la « zone de la mer Rouge » en direction d’Israël, a annoncé l’armée mardi. Il s’agit de la première utilisation opérationnelle de ce système de défense à longue portée dans le cadre de la guerre en cours contre le Hamas.

Le missile balistique aurait été lancé par les Houthis au Yémen, soutenus par l’Iran, et visait la ville d’Eilat, située à l’extrémité sud du pays.

Dans un communiqué, l’armée israélienne a déclaré que les systèmes de l’armée de l’air avaient suivi la trajectoire du missile et l’avaient intercepté « au moment et à l’endroit les plus appropriés ». Des photos ont montré une traînée de fumée provenant du missile Arrow, tandis que des habitants ont déclaré avoir entendu une forte explosion.

Tsahal a également déclaré que ses avions de chasse avaient abattu deux autres « cibles hostiles » – censées être des drones – qui volaient dans la région de la mer Rouge au cours de la matinée.

« Toutes les menaces ont été interceptées en dehors du territoire de l’État d’Israël. Aucune intrusion sur le territoire israélien n’a été détectée », a ajouté Tsahal.

Les rebelles houthis du Yémen, soutenus par l’Iran, ont revendiqué le tir de missile ainsi que plusieurs tentatives d’attaques similaires contre le sud d’Israël au cours des dernières années.

Des Yéménites, dont certains portent le drapeau palestinien, se rassemblent pour la prière dans la capitale yéménite contrôlée par les Houthis, Sanaa, le 27 octobre 2023. (Crédit : MOHAMMED HUWAIS / AFP)

Yahya Sria, porte-parole du groupe, a déclaré que l’assaut aérien, comprenant des drones ainsi que des missiles balistiques et de croisière, avait été mené « par sens de la responsabilité religieuse, morale, humanitaire et nationale » pour la population de Gaza, « face à la faiblesse du monde arabe et à la collusion de certains pays arabes avec Israël ».

L’opération a été motivée par « les demandes du peuple yéménite », a-t-il ajouté.

Saria a indiqué qu’il s’agissait de la troisième attaque menée par le groupe contre Israël depuis le début de la guerre, et a promis de mener d’autres frappes contre Israël à l’aide de missiles et de drones.

Plus tôt dans la journée de mardi, Abdelaziz bin Habtour, Premier ministre du gouvernement houthi, a déclaré que « ces drones appartiennent à l’État du Yémen ».

Les Houthis, qui se sont emparés de Sanaa, la capitale du Yémen, en 2014, et contrôlent de vastes régions du pays, font partie du dit « axe de résistance » contre Israël, au même titre que le Hamas, qui est également soutenu par Téhéran, et se battent avec « des mots et des drones », a ajouté Habtour.

Il s’agit de la dernière d’une série d’attaques qui seraient le fait des rebelles houthis soutenus par l’Iran au Yémen, alors que la guerre d’Israël contre le Hamas, déclenchée par l’assaut meurtrier du groupe terroriste le 7 octobre, risque de s’étendre à d’autres fronts.

Les sirènes d’alertes à l’infiltration de drones ont retenti à Eilat mardi matin. Dans un premier temps, Tsahal avait déclaré avoir identifié une « menace aérienne » s’approchant du territoire israélien. Il a ensuite confirmé que des avions de chasse avaient intercepté deux cibles, censées être des drones lancés depuis le Yémen.

Des partisans des rebelles houthis brandissent des armes lors d’un rassemblement visant à mobiliser plus de combattants pour le mouvement Houthi, à Sanaa, au Yémen, le 25 février 2020. (Crédit : AP Photo/Hani Mohammed)

« Il n’y a eu aucune menace ni aucun risque pour les civils », a déclaré l’armée.

Des dizaines de milliers de personnes déplacées par l’assaut du Hamas sur le sud d’Israël et les attaques du Hezbollah sur le nord sont temporairement hébergées dans la ville balnéaire du sud.

Vendredi, un avion de chasse a intercepté une cible au-dessus de la mer Rouge – apparemment un drone se dirigeant vers Israël – peu après qu’un drone non identifié se soit écrasé sur la ville égyptienne de Taba, sur la mer Rouge, faisant six blessés. Tsahal a déclaré que l’attaque matinale à Taba provenait de « la région de la mer Rouge », dans une allusion apparente aux rebelles houthis soutenus par l’Iran au Yémen.

Taba se trouve à la frontière avec Israël, à une dizaine de kilomètres de la ville d’Eilat.

Photo de la US Navy montrant le destroyer à missiles guidés de classe Arleigh Burke USS Carney (DDG 64) abattant une combinaison de missiles Houthi et de drones en mer Rouge, le 19 octobre 2023. (Crédit : Aaron Lau / US NAVY / AFP)

Les explosions en Égypte ont eu lieu après les tentatives des rebelles houthis du Yémen, soutenus par l’Iran, de tirer des missiles sur Israël via la mer Rouge au début du mois. Le Pentagone avait alors annoncé qu’un navire de guerre de la marine américaine avait intercepté trois missiles tirés vers le nord par les rebelles houthis du Yémen, et que ces missiles avaient pu être dirigés vers Israël.

Les rebelles houthis ont exprimé leur soutien aux Palestiniens et menacé Israël dans le cadre de la guerre entre Israël et le Hamas. Le slogan du groupe soutenu par l’Iran est : « Mort à l’Amérique, Mort à Israël, Malédiction des Juifs, Victoire de l’Islam. »

L’Iran a averti à plusieurs reprises qu’Israël risquait de devoir faire face à de plus grandes menaces s’il ne renonçait pas à sa guerre contre les terroristes de Gaza, lancée après l’attaque meurtrière du Hamas du 7 octobre dans le sud d’Israël, qui a fait 1 400 morts parmi les Israéliens, pour la plupart des civils.

Gianluca Pacchiani et le Times of Israel ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.