L’artiste déguisé en femme nue soupçonné de s’être moqué de Sara Netanyahu
Rechercher

L’artiste déguisé en femme nue soupçonné de s’être moqué de Sara Netanyahu

La police dit ne pas connaître Zeev Engelmayer, qui se déguise en Shoshka depuis des années, bien qu'il soit un habitué des manifestations hebdomadaires de Balfour

L'artiste Zeev Engelmayer manifeste contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem le 15 août 2020 (Olivier Fitoussi/Flash90)
L'artiste Zeev Engelmayer manifeste contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem le 15 août 2020 (Olivier Fitoussi/Flash90)

La police aurait pensé que le caricaturiste et artiste Zeev Engelmayer se moquait de la femme du Premier ministre Benjamin Netanyahu lorsqu’ils l’ont arrêté samedi lors d’une manifestation pour avoir porté un body représentant une femme nue.

La police a dit dans une déclaration après l’arrestation qu’ils avaient arrêté un homme habillé en femme nue, alléguant que le costume pouvait être interprété comme un « harcèlement sexuel envers le public ».

L’arrestation a suscité de nombreuses questions étant donné qu’Engelmayer, habillé comme le personnage connu sous le nom de Shoshka, est un élément incontournable des manifestations hebdomadaires devant la résidence du Premier ministre dans la rue Balfour.

Shlomi Sagi, de la police du district de Tel-Aviv, a indiqué qu’un officier supérieur pensait que le déguisement visait Sara Netanyahu et a ordonné l’arrestation.

« Des milliers de citoyens arrivent à Balfour chaque samedi soir pour manifester dans une variété de déguisements de toutes sortes », a déclaré Sagi au journal de la Douzième chaîne. « Le commandant de terrain a pensé que le déguisement était une sorte de provocation. Quand vous le voyez, vous pouvez imaginer à quel personnage il fait allusion. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et son épouse Sara Netanyahu ont déposé leur bulletin de vote lors des élections législatives israéliennes dans un bureau de vote à Jérusalem, le 2 mars 2020 (Atef Safadi/Pool Photo via AP)

La femme du Premier ministre s’est plainte d’ « abus sexuel » en raison des affiches obscènes et des représentations phalliques pendant les manifestations.

Le mois dernier, elle a déposé une plainte auprès de la police pour harcèlement sexuel présumé de la part des manifestants, citant des slogans et des symboles explicites brandis lors des manifestations devant leur résidence à Jérusalem, ainsi que des menaces de lui nuire.

Englemayer, qui s’habille en Shoshka depuis des années, a déclaré à la Douzième chaîne que dès son arrivée à la manifestation, il a été agressé et emmené, un officier le tenant à la gorge et limitant sa respiration.

Il raconte avoir été emmené au poste de police de Moriah où il a subi un examen rectal avant d’être libéré plus tard dans la soirée.

« Deux officiers m’ont demandé de me déshabiller », a-t-il dit, en se souvenant qu’on lui avait dit de s’asseoir les jambes écartées. « Ils voulaient voir mon derrière », a-t-il dit. « Je ne sais pas pourquoi ils ont fait cela. »

La police israélienne n’a pas commenté cette accusation.

Zeev Englemayer, habillé en Shoshke, manifestant à Jérusalem le 29 août 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Selon une déclaration officielle de la police sur la détention d’Engelmayer : « Le manifestant a été détenu en raison d’un comportement provocateur qui nuit et dégrade les femmes d’une manière susceptible de troubler l’ordre. On lui a demandé de quitter les lieux. A son refus, il a été détenu au commissariat. »

La police a déclaré qu’elle autorisait la liberté d’expression et de manifestation dans les limites de la loi.

Lors d’une conférence de presse qui a suivi les manifestations, un porte-parole de la police israélienne a nié avoir jamais vu Engelmayer lors des manifestations.

Après sa libération, Engelmayer a déclaré à Haaretz que la police lui avait demandé : « Pourquoi vous promenez-vous nu ? Et si des enfants le voyaient ? »

« Je leur ai expliqué avec frustration que c’est à cela que ressemble l’art, qu’il teste les limites, que c’est la liberté d’expression », a-t-il dit. « C’est très frustrant parce qu’il n’y a là aucune compréhension de ce qu’est la protestation et de ce qu’est la liberté d’expression. »

L’artiste israélien Zeev Engelmayer, habillé en Shoshka et couvert de peinture rouge, est enlevé par les gardes de la Knesset alors qu’il manifeste devant la Knesset à Jérusalem, le 27 mai 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Il a affirmé qu’il serait présent aux prochaines manifestations de samedi soir, toujours habillé en Shoshka.

Douze manifestants ont été arrêtés samedi soir à Jérusalem alors que des milliers d’entre eux sont retournés dans les rues de la capitale pour la manifestation hebdomadaire appelant à la démission de Netanyahu en raison des accusations criminelles portées contre lui et de la gestion de la crise du coronavirus de son gouvernement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...