Rechercher

L’assassin présumé de Sapir Nachum maintenu en détention

Walaa Khalilah a échoué au détecteur de mensonges ; une manifestation contre la violence à l'égard des femmes a eu lieu devant le domicile du futur Premier ministre, Yair Lapid

Walaa Khalilah en comparution devant le tribunal de première instance d'Akko, le 26 juin 2022. (Crédit: Capture d'écran/diffuseur public de Kan)
Walaa Khalilah en comparution devant le tribunal de première instance d'Akko, le 26 juin 2022. (Crédit: Capture d'écran/diffuseur public de Kan)

Un homme soupçonné d’avoir tué son ancienne compagne Sapir Nachum, dont le corps a été retrouvé 11 jours après sa disparition, a échoué à un examen polygraphique lorsqu’il a été interrogé sur sa mort, a annoncé dimanche le tribunal de première instance d’Akko.

Au cours d’une audience, le tribunal a révélé que Walaa Khalilah avait échoué au détecteur de mensonges lors de l’enquête sur le meurtre de Nachum, une mère de deux enfants, âgée de de 24 ans.

« Nous avons vérifié la version de Khalilah et elle est incorrecte. Pour les points les plus essentiels, il prétend ne pas se souvenir. Il a un mobile clair pour le meurtre », ont déclaré les enquêteurs à la cour.

Les tests de polygraphe, discrédités et non reconnus par la plupart des pays occidentaux, sont encore largement utilisés dans les enquêtes criminelles israéliennes.

Le juge Ziad Saleh a noté que, bien que l’enquête ait peu progressé, il y avait suffisamment de preuves pour justifier une prolongation de la garde à vue de Khalilah jusqu’à jeudi.

Khalilah, le père des deux jeunes enfants de Nachum, avait déjà été arrêté par le passé pour des délits violents et des actes de vandalisme. Les proches de Nachum ont déclaré aux médias israéliens qu’il avait déjà purgé de nombreuses années de prison.

Sapir Nachum. (Crédit : Porte-parole de la police)

Avant l’audience de dimanche, Khalilah, qui a proclamé à plusieurs reprises son innocence, a affirmé avoir été arrêté « uniquement à cause d’une vidéo TikTok. »

Il serait aussi connu sur TikTok pour poster régulièrement des vidéos montrant ses actes de vandalisme. Il a été récemment arrêté après être entré dans le kibboutz Kfar Masaryk en compagnie d’un groupe d’amis dans une voiture tirée par un cheval, selon le site Ynet. Les individus auraient causé de graves nuisances sonores et endommagé les pelouses.

Nachum a été vue pour la dernière fois lorsqu’elle a quitté son domicile de la rue Herzl à Akko, le 2 juin pour déposer sa fille de 2 ans à la crèche.

Elle a ensuite été vue sur des images de sécurité entrant dans une voiture appartenant à Khalilah. Nachum était impliquée dans un conflit financier avec son ancien partenaire.

La police a découvert son corps près du village bédouin d’Ibtin, à environ 25 kilomètres au sud d’Akko, 11 jours après avoir été vue pour la dernière fois.

Outre sa fille de 2 ans, Nachum laisse également derrière elle un bébé de 8 mois.

Samedi soir, des dizaines de manifestants ont protesté contre la violence à l’égard des femmes devant le domicile du ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, qui devrait devenir Premier ministre dans les prochains jours suite à la dissolution attendue de la Knesset ; il est sorti pour parler avec les manifestants.

Des manifestants devant le domicile de Yair Lapid à Tel Aviv tiennent des pancartes avec des images de femmes qui ont été tuées, le 25 juin 2022. (Crédit: Tomer Neuberg/FLASH90)

Les groupes de femmes craignent que la future dissolution de la Knesset ne retarde une série de mesures convenues par le gouvernement visant à protéger les femmes.

La manifestation a été organisée après que quatre femmes ont été récemment assassinées en l’espace de sept jours. Les manifestants portaient des pancartes représentant les visages de victimes de féminicide au cours des dernières années, dont celui de Nachum.

Selon un rapport publié par des chercheurs de l’Université hébraïque de Jérusalem en janvier, 16 cas de femmes assassinées en Israël par un parent ou un conjoint ont été recensés en 2021, et 21 cas en 2020.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...