Rechercher

Laurent Joly reçoit le Prix François Mauriac 2022 pour « La rafle du Vel d’Hiv »

L'ouvrage vise à apporter une histoire à la fois incarnée et globale de la rafle du Vel d'Hiv quand, les 16 et 17 juillet 1942, 12 884 femmes, hommes et enfants ont été arrêtés

Laurent Joly, historien et directeur de recherche au CNRS, spécialiste de l’antisémitisme sous le régime de Vichy et de la Shoah en France, s’est vu remettre ce mois-ci le Prix François Mauriac 2022 pour son ouvrage La rafle du Vel d’Hiv (Grasset), paru en mai dernier.

Le jury, présidé par l’historien et homme politique Jean-Noël Jeanneney, l’a sélectionné parmi une sélection de onze ouvrages.

La rafle dite du Vel d’Hiv est l’un des événements les plus tragiques survenus en France sous l’Occupation. En moins de deux jours, les 16 et 17 juillet 1942, 12 884 femmes, hommes et enfants, répartis entre Drancy (près de 4 900) et le Vel d’Hiv (8 000), ont été arrêtés par la police parisienne à la suite d’un arrangement criminel entre les autorités allemandes et le gouvernement de Vichy. Seule une petite centaine de ces victimes ont survécu à l’enfer des camps nazis.

Cette opération emblématique et monstrueuse demeure pourtant relativement méconnue. L’arrière-plan administratif et la logistique policière de la grande rafle n’ont été que peu étudiés, et jamais dans le détail – ce à quoi a voulu remédier Laurent Joly.

Les légendes (tel le nom de code « opération Vent Printanier ») et inexactitudes (sur le nombre de personnes arrêtées ou celui des effectifs policiers) ont ainsi été répétées de livre en livre, et il reste largement ignoré que jamais Vichy ne livra plus de Juifs français à l’occupant que le 16 juillet 1942.

« D’où l’ambition, dans cet ouvrage, d’une histoire à la fois incarnée et globale de la rafle du Vel d’Hiv », écrit Grasset.

« Une histoire incarnée, autrement dit au plus près des individus, persécutés comme persécuteurs, de leur état d’esprit, de leur vécu quotidien, de leurs marges de décision. Mais aussi une histoire globale, soucieuse de restituer la multiplicité des points de vue, des destinées, et attentive au contexte de la politique nazie et de la collaboration d’État. »

« Une recherche largement inédite, la plus riche et variée possible, de la consultation de centaines de témoignages à une exploitation inédite des ‘fichiers juifs’ de la Préfecture de police de Paris. Mais la partie la plus importante de l’enquête a consisté à rechercher des ‘paroles’ de policiers : 4 000 dossiers d’épuration des agents de la Préfecture de police ont été dépouillés. Parmi eux, plus de 150 abordent la grande rafle et ses suites. Outre les justifications de policiers, ces dossiers contiennent des paroles de victimes, des témoignages (souvent accablants) de concierges, et surtout des copies de rapports d’arrestation, totalement inédits. »

« Fruit de plusieurs années de recherche menées par l’auteur, où les archives de la police et de l’administration auront été méticuleusement fouillées, La rafle du Vel d’Hiv apporte une lumière nouvelle sur l’un des événements les plus terribles et les plus difficiles à appréhender de notre histoire contemporaine. »

Laurent Joly est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages et dirige la collection « Seconde Guerre mondiale » aux éditions du CNRS.

Il a cosigné en 2017, avec le réalisateur David Korn-Brzoza, le documentaire « La Police de Vichy ».

À partir d’archives inédites et colorisées, le film « retrace les années noires de la police française, de la collaboration à la traque des communistes en passant par les rafles de Juifs, la Résistance, la Libération et l’épuration ».

Le Prix François Mauriac a été créé en 1985 par le Conseil régional d’Aquitaine (aujourd’hui région Nouvelle-Aquitaine) en hommage à l’œuvre littéraire et journalistique de François Mauriac.

Ce prix distingue chaque année un ouvrage français, de tout genre, qui témoigne de l’engagement de l’auteur dans son siècle et de son intérêt pour la société contemporaine.

Il est doté de 8 000 €. L’an dernier, le prix avait récompensé Jean Birnbaum pour Le courage de la nuance (Seuil).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...