Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Le chef de la diplomatie française au Liban pour désamorcer le conflit avec Israël

Stéphane Séjourné doit s'entretenir avec les principaux responsables libanais pour tenter de désamorcer le conflit transfrontalier entre le Hezbollah et Israël et éviter une guerre totale

Le ministre français des Affaires étrangères, Stéphane Sejourne (à gauche), rencontrant le Premier ministre libanais, à Beyrouth, le 6 février 2024. (Crédit : Joseph Eid/AFP)
Le ministre français des Affaires étrangères, Stéphane Sejourne (à gauche), rencontrant le Premier ministre libanais, à Beyrouth, le 6 février 2024. (Crédit : Joseph Eid/AFP)

Le ministre français des Affaires étrangères Stéphane Séjourné doit s’entretenir dimanche à Beyrouth avec les principaux responsables libanais pour tenter de désamorcer le conflit transfrontalier entre le Hezbollah et Israël et éviter une guerre de grande ampleur.

Depuis le début de la guerre à Gaza le 7 octobre, le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah pro-iranien qui dit intervenir en soutien au groupe terroriste palestinien du Hamas tire quotidiennement sur Israël.

Au fil des semaines, les violences se sont multipliées, Israël frappant le territoire libanais de plus en plus en profondeur et le Hezbollah menant des attaques plus complexes contre des positions militaires israéliennes dans le nord du pays.

Dès janvier, la France a soumis au Liban et à Israël une initiative pour désamorcer le conflit à leur frontière commune.

« Nous refusons le scenario du pire (…) Personne n’a intérêt a ce qu’Israël et le Hezbollah poursuivent cette escalade. J’ai porté ce message ici (…) et je porterai ce même message en Israël mardi », a déclaré M. Séjourné.

Le ministre français s’exprimait au cours d’une conférence de presse, après avoir rencontré des responsables libanais, dont le Premier ministre Najib Mikati, le chef de l’armée Joseph Aoun et le président du Parlement Nabih Berri, un allié du Hezbollah.

« Nous faisons des propositions aux autorités politiques pour (…) éviter la guerre au Liban », a déclaré plus tôt M. Séjourné lors de sa visite au quartier général de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul), déployée dans le sud du pays.

« Notre responsabilité est de pallier l’escalade et c’est aussi notre rôle dans la Finul. On a 700 soldats qui sont présents ici », a-t-il ajouté.

Un drone du Hezbollah survolant la vallée de la Galilée (à gauche), et les conséquences d’une attaque de drone israélien dans le sud du Liban, à Ain Baal, le 16 avril 2024. (Crédit : Capture d’écran X)

Selon une source diplomatique française à l’AFP, Séjourné est arrivé samedi soir au Liban pour « poursuivre les efforts » visant « à éviter une guerre », dans un contexte de « très forte augmentation des tensions depuis l’attaque iranienne contre Israël ».

La source ajoute que le volume d’échanges de tirs entre Israël et le Hezbollah a été « multiplié par deux » depuis les 13 et 14 avril.

« Cessez-le-feu à Gaza »

En mars, Beyrouth avait remis à Paris sa réponse à l’initiative française qui, selon une autre source diplomatique, portait sur l’application de la résolution 1701 de l’ONU, qui stipule le déploiement seul de l’armée libanaise et des Casques bleus de l’ONU dans le sud du Liban.

Premier ministre intérimaire du Liban, Najib Mikati, a indiqué vendredi que Paris « revoyait » son initiative qu’il allait remettre à Beyrouth pour examen.

À Paris, on assure que Mikati a promis au président français Emmanuel Macron qu’il a rencontré à Paris le 19 avril de revenir vers lui avec une réponse sur les différents points du plan français.

Washington est également à la manœuvre pour tenter de mettre fin aux violences et dans ce cadre, l’émissaire américain Amos Hochstein est en visite à Jérusalem.

Le Hezbollah a indiqué à plusieurs reprises qu’il ne mettra fin à ses attaques qu’en cas de cessez-le-feu à Gaza.

« Quant aux initiatives dont ils parlent pour la question du Liban et du sud, elles ne sont pas viables sans cessez-le-feu à Gaza », a rappelé samedi le numéro deux du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, Naïm Qassem, selon l’agence de presse libanaise Ani.

Le cheikh Naïm Qassem, chef adjoint du Hezbollah, prononçant un discours lors d’une manifestation de solidarité avec les Palestiniens, dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban, le 13 octobre 2023. (Crédit : Hussein Malla/AP)

Il s’agit de la deuxième visite de Séjourné au Liban depuis qu’il a succédé en janvier à Catherine Colonna, dans le cadre d’une tournée au Proche-Orient qui l’emmènera à Ryad pour un sommet sur Gaza.

Depuis le lendemain des massacres sadiques commis par son allié du Hamas, le Hezbollah attaque quotidiennement les communautés israéliennes et les postes militaires le long de la frontière avec des roquettes, des drones, des missiles antichars et d’autres moyens, affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas qui s’y déroule.

Jusqu’à présent, les affrontements à la frontière ont causé la mort de neuf civils du côté israélien, ainsi que celle de onze soldats et réservistes de Tsahal. Plusieurs attaques ont également été lancées depuis la Syrie, sans faire de blessés.

Le Hezbollah a signalé que 289 de ses terroristes ont été tués par Israël depuis le 8 octobre, principalement au Liban, mais aussi en Syrie. Au Liban, 56 membres d’autres groupes terroristes, un soldat libanais et au moins 60 civils, dont trois journalistes, ont été tués.

Israël a menacé d’entrer en guerre pour forcer le Hezbollah à s’éloigner de la frontière s’il ne recule pas et continue de menacer les communautés du nord, d’où quelque 70 000 personnes ont été évacuées pour échapper aux combats.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.