Rechercher

Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra une consultation d’urgence sur Jérusalem

Aucune résolution ne devrait être présentée lors de la réunion demandée par la France, la Chine et les EAU ; ils appellent au calme et contre "la dangereuse escalade israélienne"

Des policiers israéliens, lors d'affrontements devant la mosquée Al Aqsa, dans la vieille ville de Jérusalem, le 17 avril 2022. (Crédit: Jamal Awad/ Flash90)
Des policiers israéliens, lors d'affrontements devant la mosquée Al Aqsa, dans la vieille ville de Jérusalem, le 17 avril 2022. (Crédit: Jamal Awad/ Flash90)

Le Conseil de sécurité de l’ONU convoquera ce mardi une session d’urgence à huis clos pour discuter des récents troubles à Jérusalem, a déclaré lundi un diplomate de l’ONU.

La réunion aura lieu alors que les tensions dans la région ne cessent de grimper ; plusieurs jours d’affrontements intenses entre les émeutiers palestiniens et la police israélienne sur le Mont du Temple font craindre qu’une conflagration plus large ne se déclenche.

Lundi soir, la violence a menacé de s’intensifier davantage, alors que les communautés israéliennes près de la frontière de Gaza ont été la cible d’attaques à la roquette depuis l’enclave palestinienne, le projectile ayant été intercepté par le système de défense du Dôme de Fer.

Les demandes de réunion du Conseil de sécurité ont été faites par la France, la Chine, l’Irlande, la Norvège et les Émirats arabes unis, a déclaré le diplomate de l’ONU au Times of Israel, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

Les émissaires israélien et palestinien ne seront pas invités à la réunion, et aucun projet de résolution sur la situation n’est en cours de discussion ou ne devrait être proposé, ont indiqué des diplomates.

Au lieu de cela, la réunion sera en grande partie l’occasion pour les États membres de recevoir une mise à jour sur la situation de l’envoyé de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland, ont déclaré deux diplomates du conseil au Times of Israel.

Des Palestiniens affrontent les forces de sécurité israéliennes à la mosquée al-Aqsa, sur le Mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 15 avril 2022. (Crédit : AP Photo/Mahmoud Illean)

Vendredi, le Wennesland a exhorté « les deux parties à désamorcer immédiatement la situation et à empêcher toute nouvelle provocation par des acteurs radicaux », à la suite des affrontements les plus féroces observés depuis plus d’un an à la mosquée Al-Aqsa sur le Mont du Temple.

Les combats ont repris dimanche alors que des émeutiers palestiniens tentaient d’empêcher les pèlerins juifs d’atteindre le Mont. L’enceinte est le site le plus sacré pour les Juifs, étant le site où se trouvaient autrefois les deux temples juifs ; il est considéré comme le troisième lieu saint pour les musulmans, qui l’appellent Haram al-Sharif ou Al-Aqsa.

« Les provocations sur la Sainte Esplanade doivent cesser maintenant », a déclaré Wennesland vendredi. « J’appelle les dirigeants politiques, religieux et communautaires de tous bords à aider à calmer la situation, à éviter de propager une rhétorique incendiaire et à dénoncer ceux qui cherchent à aggraver la situation. Laisser les tensions s’intensifier ne fait que risquer une autre escalade. »

Des Palestiniens ayant affronté les forces israéliennes de sécurité à la mosquée al-Aqsa, sur le Mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, sont arrêtés et placés en détention à la porte Mughrabi, le 15 avril 2022. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Les actions d’Israël sur le Mont du Temple pour réprimer les émeutes, y compris la police entrant dans la mosquée, arrêtant des centaines de personnes et utilisant des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc, ont été condamnées par la communauté internationale, notamment par les alliés de la Jordanie et des Émirats arabes unis, dont les dirigeants se sont entretenus par téléphone lundi.

« Les Émirats arabes unis condamnent avec la plus grande fermeté l’attaque, par les forces de l’ordre israéliennes, de la mosquée Al-Aqsa, au terme de laquelle plusieurs civils ont été blessés », a déclaré le ministère des Affaires étrangères de l’État du Golfe dans un communiqué, invitant à « faire preuve de retenue et protéger les fidèles ».

Le roi Abdallah de Jordanie s’est entretenu avec les dirigeants des Émirats arabes unis, de l’Égypte et d’autres États arabes, ainsi qu’avec le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres et le président du Conseil européen Charles Michel au sujet des « efforts régionaux et internationaux pour arrêter la dangereuse escalade israélienne », selon les médias d’État à Aman.

Le Premier ministre Naftali Bennett a fulminé dans une déclaration vidéo lundi soir qu’Israël ait été blâmé pour la violence dirigée à son encontre. « Il y a ceux qui encouragent les jets de pierres et le recours à la violence contre les citoyens de l’État d’Israël », a-t-il déclaré. « C’est une récompense pour les incitateurs, en particulier le Hamas, qui tentent de déclencher la violence à Jérusalem. »

Un policier israélien lève sa matraque devant le Dôme du Rocher lors d’affrontements dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem au sommet du Mont du Temple, le 15 avril 2022. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Les responsables ont avertis – pendant des mois – de la violence potentielle qui pourrait s’installer mi-avril, alors que les fêtes juives, musulmanes et chrétiennes de Pessah, du Ramadan et de la Pâque convergent.

Les tensions avaient déjà augmenté ces dernières semaines, en raison d’une série d’attentats terroristes meurtriers en Israël fin mars et début avril, déclenchant une répression militaire israélienne dans le nord de la Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...