Le corps de l’ado arabe israélien disparu retrouvé suite à un meurtre présumé
Rechercher

Le corps de l’ado arabe israélien disparu retrouvé suite à un meurtre présumé

Selon sa famille, Adel Khatib aurait reçu mercredi un appel lui demandant de se rendre dans une école de Shfaram avant de disparaître : 4 suspects ont été arrêtés

Adel Khatib (Crédit : Police israélienne)
Adel Khatib (Crédit : Police israélienne)

Le corps sans vie d’un jeune Arabe israélien a été retrouvé dans sa ville natale, jeudi, vingt-quatre heures après l’annonce de sa disparition.

La police soupçonne un meurtre. Adel Khatib était âgé de 17 ans et il vivait dans la ville de Shfaram, en Galilée.

Quatre suspects (de 18, 19, 20 et 24 ans) ont été arrêtés et ils vont être interrogés, ont fait savoir les forces de l’ordre. La plus grande partie des détails de l’enquête ont été placés sous embargo.

La disparition de Khatib avait été signalée mercredi, entraînant des recherches intensives. Son corps sans vie a été retrouvé sur un terrain situé à proximité d’une école de Shfaram. Il présentait, selon le site Ynet, des traces de violences.

Les membres de la famille de l’adolescent ont déclaré au site que Khatib avait reçu un appel téléphonique de quelqu’un qui lui demandait de venir à l’école avait sa disparition.

« Mon coeur est déchiré », a clamé le père de Khatib, Ashraf, au site d’information. « Nous n’avons pas encore réalisé que nous l’avons perdu. Quand il revenait à la maison, nous l’embrassions. Cette fois-ci, il est parti et il n’est jamais revenu », a-t-il ajouté.

Des centaines de résidents de Shfaram se sont rendus au domicile familial, vendredi, pour présenter leurs condoléances.

Les quatre suspects devraient être présentés devant la cour des magistrats de Nazareth dans la journée pour une audience sur la prolongation de leur détention.

Vendredi également, Ibrahim Hasarma de Biina, une ville du nord du pays, a succombé à ses blessures après avoir été pris pour cible de tirs, il y a deux semaines. Hasarma est la 89ème victime de meurtre arabe israélienne cette année, selon la Treizième chaîne.

A Ramle, des centaines de personnes manifestent contre les violences dans la communauté arabe israélienne, le 15 octobre 2019 (Crédit : Liste arabe unie)

Il y a eu ces derniers mois une vague de meurtres et de crimes dans la communauté arabe israélienne. Les responsables arabes clament que la police ignore très largement les violences au sein de leur communauté – depuis les querelles familiales aux conflits entre gangs, en passant par les violences conjugales et ce qu’on appelle les « crimes d’honneur ».

Un certain nombre de manifestations et de vastes rassemblements ont été organisés pour protester contre ce qui est, pour les Arabes israéliens, un échec à prendre en charge de manière appropriée les violences qui surviennent au sein de cette communauté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...