Rechercher

Le deuxième astronaute israélien se prépare à aller dans l’espace vendredi

Après plusieurs reports, Eytan Stibbe est sur le point de participer à la première mission privée au monde vers la Station spatiale internationale, pour une semaine d’expériences

Eytan Stibbe s'entraîne pour une étude avec le Fluidic Telescope Experiment (FLUTE) conçu et construit par des chercheurs de la faculté de génie mécanique du Technion en collaboration avec une équipe de chercheurs de la NASA. (Crédit : avec l'aimable autorisation du Technion)
Eytan Stibbe s'entraîne pour une étude avec le Fluidic Telescope Experiment (FLUTE) conçu et construit par des chercheurs de la faculté de génie mécanique du Technion en collaboration avec une équipe de chercheurs de la NASA. (Crédit : avec l'aimable autorisation du Technion)

Après plus d’un an de préparation et de multiples retards, Eytan Stibbe sera bientôt le deuxième astronaute israélien à s’envoler dans l’espace, ce vendredi.

« Je me sens totalement en sécurité et je fais confiance à notre équipement », a déclaré Stibbe aux journalistes israéliens lors d’une conférence de presse Zoom mardi depuis la Floride, où il est en quarantaine avant le vol.

« Nous effectuons constamment des inspections pour nous assurer que tout se passera bien. »

Âgé de 64 ans, Stibbe dirigera la mission israélienne Rakia à bord de la Station spatiale internationale dans le cadre d’Axiom Space Ax-1, première mission privée au monde vers la SSI. Il devrait y passer une semaine.

Ancien pilote de chasse, Stibbe rejoindra la SSI à bord d’une capsule Dragon de SpaceX dans le cadre d’une mission dirigée par l’astronaute hispano-américain et vice-président d’Axiom Space, Michael Lopez-Alegria, aux côtés du pilote de la mission Ax-1 Larry Connor, entrepreneur américain et investisseur militant à but non lucratif et de Mark Pathy, chercheur canadien spécialiste de la mission Ax-1.

Le tout premier astronaute israélien, Ilan Ramon, avait trouvé la mort, en 2003, lors de la désintégration de la navette spatiale Columbia à son retour dans l’atmosphère. La catastrophe avait tué les sept membres de l’équipage à son bord.

Des membres de la famille Ramon, informés de l’annonce du vol de Stibbe en 2020, assisteront également au décollage prévu à Orlando, ce week-end.

« L’équipement et la technologie se sont considérablement améliorés depuis la tragédie qui a tué Ilan Ramon », a indiqué Stibbe mardi. Il a assuré être en contact étroit avec les membres de la famille Ramon « je suis très ému qu’ils soient venus, d’autant plus que je sais que cela leur rappelle des moments difficiles ».

L’astronaute israélien Eytan Stibbe (à droite) tient une pièce de 1 900 ans datant de la révolte de Bar Kochba qu’il emportera dans l’espace, aux côtés d’Eli Eskosido, directeur de l’Autorité des antiquités d’Israël, en août 2021. (Crédit : Yoli Schwartz/Autorité des antiquités d’Israël)

Stibbe est supposé mener 35 expériences pendant son séjour à bord de la SSI. Les projets sélectionnés reflètent un large éventail de disciplines scientifiques et technologiques, parmi lesquelles le rayonnement, la génomique, l’immunologie, le fonctionnement neuronal, la communication quantique, l’astrophysique, l’agro-technologie, les communications, l’optique, l’ophtalmologie, les dispositifs médicaux et la recherche sur les maladies.

Il a précisé ne pas s’inquiéter des effets de la guerre russo-ukrainienne sur son travail à bord de la SSI, partiellement sous contrôle russe. « Tout fonctionne normalement », a précisé Stibbe. « Nous ne parlons pas de politique, nous nous concentrons sur le travail. »

Stibbe, qui a fait fortune dans les affaires et les investissements, dont certaines activités douteuses dans la vente d’armes, a financé la totalité de sa participation à la mission, estimée à 55 millions de dollars.

Il a déclaré mardi que, malgré les critiques que ces missions financées sur fonds privés soulevaient, « elles contribuaient significativement au progrès de la science.

Le président Isaac Herzog, à gauche, présente à l’astronaute israélien Eytan Stibbe un cube en verre portant une prière pour le bien-être de l’État d’Israël, à la résidence du président à Jérusalem, le 16 décembre 2021. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Stibbe, qui devrait être à bord de la SSI lors de la première nuit de Pessah, emportera avec lui dans l’espace plusieurs objets importants, notamment un cube de verre comportant une prière pour la prospérité d’Israël, qui lui a été remis par le président Isaac Herzog. Il devrait également emporter avec lui un autre artefact juif, une pièce de monnaie ancienne frappée lors de la révolte de Bar Kochba et récemment découverte dans une grotte du désert de Judée.

Stibbe a confié aux journalistes mardi, quelques jours avant le décollage s’il n’y a pas de retard, être en proie à des sentiments contradictoires.

« C’est un moment très spécial, cela me rappelle un peu mon premier vol sur avion de chasse, comme lorsque vous recevez un coup de pied aux fesses et puis vous réalisez que tout est sous contrôle et que c’est vous qui dirigez », a-t-il expliqué.

« Sauf que là, tout est automatique. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...