Rechercher

Le FMI prévoit un « ralentissement graduel » au Moyen-Orient et au Maghreb

"Le vrai problème est la combinaison de facteurs" qui pèsent sur les économies les plus vulnérables, à commencer par l'inflation, revue à la hausse à 14,2 % cette année dans la région

Le siège du FMI à Washington. Illustration. (Crédit : IMF/Wikimedia Commons)
Le siège du FMI à Washington. Illustration. (Crédit : IMF/Wikimedia Commons)

La plupart des pays non pétroliers du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord connaissent un « ralentissement graduel », a prévenu lundi le Fonds monétaire international (FMI), tandis que les pays exportateurs du Golfe bénéficient de la hausse des prix de l’or noir.

Malgré une inflation galopante et l’assombrissement des perspectives économiques mondiales, le FMI a maintenu ses prévisions de croissance à 5 % pour 2022 et 3,6 % pour 2023 dans la région, incluant l’Iran mais pas Israël.

Mais ces chiffres, tout en étant plus élevés qu’ailleurs dans le monde, « ne reflètent pas les défis » existants, a souligné Jihad Azour, le directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale au FMI, lors de la présentation de son dernier rapport régional à Dubaï, aux Emirats arabes unis.

« Le vrai problème est la combinaison de facteurs » qui pèsent sur les économies les plus vulnérables, à commencer par l’inflation, revue à la hausse à 14,2 % cette année dans la région, contre 13,8 % dans les prévisions d’avril.

Face à la hausse des prix des matières premières, les 22 pays de la zone sont loin d’être égaux, avec une nette différence entre les Etats pétroliers, qui bénéficient de l’envolée des prix du brut, et les autres.

Près des deux tiers des pays non pétroliers « connaissent un ralentissement graduel » lié au ralentissement mondial, au resserrement monétaire et la hausse des taux d’intérêts, a prévenu Jihad Azour.

Les pays les plus pauvres de la région, incluant le Yémen, le Soudan, la Mauritanie, la Somalie et Djibouti, sont les plus menacés, avec une croissance de seulement 0,8 % prévue en 2022.

Une flamme de gaz à proximité de l’usine de traitement de pétrole Khurais dans une zone où des opérations sont élargies, à environ 95 kilomètres au sud est de Riyad, en Arabie saoudite, le 23 juin 2008 (AP Photo/Hasan Jamali)

Le PIB des monarchies pétrolières du Golfe en revanche devrait croître de 6,5 % cette année, tiré notamment par celui de l’Arabie saoudite, la plus grande économie de la région (+7,6 % en 2022).

Mais même dans ces pays, la croissance devrait ralentir à 3,6 % en 2023, avec la baisse attendue de la production, des prix et de la demande d’or noir, selon le FMI.

Soulignant les sombres perspectives mondiales dans les 12 à 18 mois à venir, alimentés par la guerre en Ukraine, Jihad Azour a appelé les gouvernements de la région à « agir vite », pour accélérer les réformes et mettre en place des filets de sécurité sociale protégeant la population.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...