Le Fonds social juif unifié s’engage auprès de l’Arménie
Rechercher

Le Fonds social juif unifié s’engage auprès de l’Arménie

Le directeur de l'association a mis en avant la "proximité historique entre le peuple juif et les Arméniens" et leur combat commun "contre le racisme et les révisionnismes"

(Crédit : FSJU)
(Crédit : FSJU)

Le Fonds social juif unifié (FSJU) a lancé une collecte de fonds destinée à l’achat de médicaments et de matériel médical pour les populations arméniennes du Haut-Karabakh, a annoncé dans une vidéo son directeur général, Richard Odier.

L’opération a été mise en place avec la Fondation Aznavour, et tous les dons récoltés seront reversés à cette dernière.

« Nous essayons de défendre une population civile qui est attaquée dans un pays autonome qui est l’Azerbaïdjan, dans un conflit qui est difficile », a expliqué M. Odier dans une vidéo publiée par Akadem il y a quelques jours.

« Pourquoi le Fonds social se mobilise pour l’Arménie ? […] La proximité historique entre le peuple juif et les Arméniens est inscrite depuis 1915 dans nos gènes réciproques – on a la même chose avec les Tutsi au Rwanda. C’est une légitimité de cœur, de mémoire, de combat, mais aussi de combat contre le racisme et contre les révisionnismes », a-t-il ajouté.

Pouqroi le FSJU s'engage pour les Arméniens, par Richard Odier

Pourquoi le FSJU – Fonds Social Juif Unifié s'engage-t-il pour les Arméniens du Haut-Karabagh?Les explications de son Directeur Général Richard Odier

פורסם על ידי ‏‎Akadem‎‏ ב- יום רביעי, 14 באוקטובר 2020

Les dons sont possibles en ligne ou par chèque à l’adresse : FSJU/Opération Arménie ; 39, rue Broca ; 75005 Paris. Un reçu Cerfa sera adressé en échange.

Israël s’est retrouvé de façon indirecte mêlé au conflit dans le Haut-Karabakh : ces cinq dernières années, l’Etat juif a été le premier fournisseur d’armes à l’Azerbaïdjan, devant la Russie, avec des ventes de plus de 740 millions de dollars.

Ces ventes ont compromis ses relations naissantes avec l’Arménie, et Erevan a rappelé son ambassadeur à Tel Aviv, une décision qu’Israël a dit « regretter ».

L’Arménie et l’Azerbaïdjan ont signé un cessez-le-feu censé être entré en vigueur dimanche dans la région disputée du Nagorny Karabakh.

Mais la « trêve humanitaire » est restée lettre morte et Arméniens et Azerbaïdjanais se sont mutuellement accusés de nouvelles attaques lundi matin. Une première trêve, négociée sous l’égide de Moscou pour le 10 octobre, n’a jamais été respectée.

Le Nagorny Karabakh, majoritairement peuplé d’Arméniens chrétiens, a fait sécession de l’Azerbaïdjan, musulman chiite turcophone, peu avant la dislocation de l’URSS en 1991, entraînant une guerre ayant fait 30 000 morts. Un cessez-le-feu, émaillé de heurts, était en vigueur depuis 1994.

Les Nations unies ont adopté quatre résolutions sur ce conflit au début des années 1990. Les combats actuels, les plus violents depuis 2016, sont entrés dans leur quatrième semaine.

Le Fonds social juif unifié agit dans les domaines du social, de l’éducation, de la culture, de la jeunesse et de la vie associative. Il s’est donné pour mission de combattre la pauvreté et l’exclusion en finançant des programmes sociaux.

Outre cette campagne pour l’Arménie, la branche israélienne du FSJU a récemment lancé une collecte afin de financer l’achat de centaines d’ordinateurs dans le cadre de l’enseignement à distance, en vigueur en Israël depuis le début du deuxième confinement le mois dernier.

« Grâce à la mobilisation de tous, nous espérons pouvoir acquérir plusieurs milliers d’ordinateurs pour les enfants issus de familles défavorisées », explique le FSJU Israël. « Laisser les populations les plus fragiles livrées à elles-mêmes pourrait inciter des centaines d’enfants à ‘décrocher’ du système éducatif, ce que nous ne pouvons accepter. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...