Rechercher

Le ghetto juif de Venise, vieux de 500 ans, se prépare à renaitre de ses cendres

Alors qu'ils étaient 5 000 avant la Shoah, les 450 Juifs restants de la ville sont confrontés à de nombreuses difficultés et ils lancent une initiative à l'échelle locale

  • Alon Beker et Michal Meron posent à l'intérieur de leur galerie d'art à Venise. (Crédit: Orge Castellano/JTA)
    Alon Beker et Michal Meron posent à l'intérieur de leur galerie d'art à Venise. (Crédit: Orge Castellano/JTA)
  • Le ghetto juif de Venise, le 8 août 2008. (Crédit: Chen Leopold/Flash90)
    Le ghetto juif de Venise, le 8 août 2008. (Crédit: Chen Leopold/Flash90)
  • Un garde monte les escaliers près de l'entrée du Campo di Ghetto Nuovo, ou ancien ghetto juif, à Venise. (Crédit: Orge Castellano/JTA)
    Un garde monte les escaliers près de l'entrée du Campo di Ghetto Nuovo, ou ancien ghetto juif, à Venise. (Crédit: Orge Castellano/JTA)
  • Illustration : Des personnes parcourent la place du ghetto juif de Venise. (Crédit: Photo de Paolo Raccanelli)
    Illustration : Des personnes parcourent la place du ghetto juif de Venise. (Crédit: Photo de Paolo Raccanelli)
  • Se promener dans les rues de l'ancien ghetto juif de Venise donne l'impression de voyager dans le temps. (Crédit: Orge Castellano/JTA)
    Se promener dans les rues de l'ancien ghetto juif de Venise donne l'impression de voyager dans le temps. (Crédit: Orge Castellano/JTA)
  • Une menorah sur la place du ghetto juif de Venise. (Crédit: Photo : Paolo Raccanelli)
    Une menorah sur la place du ghetto juif de Venise. (Crédit: Photo : Paolo Raccanelli)
  • La synagogue allemande du quartier juif de Venise a été érigée en 1528. (Crédit: Aldo Pavan/Getty Images/via la JTA)
    La synagogue allemande du quartier juif de Venise a été érigée en 1528. (Crédit: Aldo Pavan/Getty Images/via la JTA)
  • Des Juifs orthodoxes se rassemblent dans l'ancien ghetto juif de Venise. (Crédit: Photo de Paolo Raccanelli)
    Des Juifs orthodoxes se rassemblent dans l'ancien ghetto juif de Venise. (Crédit: Photo de Paolo Raccanelli)
  • L'arche de la Torah est éclairée par des lustres dans la Scuola Grande Spagnola, ou synagogue espagnole, à Venise. (Crédit: Orge Castellano/JTA)
    L'arche de la Torah est éclairée par des lustres dans la Scuola Grande Spagnola, ou synagogue espagnole, à Venise. (Crédit: Orge Castellano/JTA)

VENISE (JTA) – Au travers d’un sottoportico, une étroite ruelle vénitienne, et d’une passerelle en bois, se trouve une large place fermée par des rangées de bâtiments multicolores.

Entrer dans le ghetto juif de Venise, c’est un peu comme voyager dans le temps. Le 29 mars 1516, le Sénat vénitien a enfermé les Juifs de la ville près d’une usine de canons, l’un des premiers exemples de ségrégation religieuse forcée.

Contrairement à leurs voisins musulmans, grecs orthodoxes et chrétiens, les Juifs vénitiens étaient autorisés à pratiquer librement leur religion à condition de rester à l’intérieur du ghetto, de payer leurs impôts et leurs loyers (plus élevés que ceux des autres citoyens) et de s’en tenir à quelques professions : prêteurs, médecins, commerçants et chiffonniers.

Ils ont résisté et, au fil du temps, le ghetto, entassé sur un hectare, est devenu la capitale culturelle juive dynamique de l’Europe. Les premières presses écrites ont produit des ouvrages religieux et profanes en hébreu, ladino et yiddish dans le Ghetto ; la Haggadah de Venise de 1609 est l’un des exemples les plus célèbres du livre qui guide le Seder de Pessah.

Plusieurs siècles plus tard, une grande partie de l’architecture est dans un état précaire, et la communauté juive locale est beaucoup plus réduite qu’elle ne l’était. Après l’échec d’autres campagnes très médiatisées, la communauté à décider de prendre des mesures – d’abord à petite échelle – pour inverser ces tendances.

« La population de la communauté a probablement atteint son apogée vers 1630 avec environ 5 000 Juifs d’origine allemande, italienne, française et séfarade. Avant la Shoah, entre 1500 et 1800 juifs vivaient ici. Aujourd’hui, nous sommes environ  450 », a déclaré Paolo Navarro, vice-président de l’organisation de la communauté juive de Venise.

Un garde monte les escaliers près de l’entrée du Campo di Ghetto Nuovo, ou ancien ghetto juif, à Venise. (Crédit: Orge Castellano/JTA)

Seule une trentaine de ces 450 personnes vivent encore dans ce que fut le Ghetto, soit une douzaine de foyers. Au cours des dernières décennies, le tourisme a été une arme à double tranchant : il participe à l’économie mais a provoqué un exode dans toute la ville de Juifs et de non-Juifs locaux pour qui les tâches quotidiennes, comme les achats et les courses, sont difficiles dans une ville qui accueille chaque année des dizaines de millions de touristes.

« C’est un problème qui touche tout le monde, pas seulement la communauté juive », a déclaré M. Navarro.

Les bâtiments, qui ont été calés trop près les uns des autres dès le départ, avaient besoin d’une rénovation qui n’a que trop tardé pour rester debout, d’autant plus que le niveau des eaux de la ville continue de monter en raison du changement climatique. En 2014, en prévision du 500e anniversaire de la création du ghetto en 2016, un groupe de philanthropes appelé le Venetian Heritage Council, dirigé par la célèbre créatrice de mode juive Diane von Fürstenberg, a annoncé un projet de 12 millions de dollars pour restaurer le ghetto. Mais le projet est tombé à l’eau lorsque le groupe n’a pas pu réunir suffisamment de fonds pour commencer la restauration.

C’est alors que la communauté juive de Venise, un groupe qui possède désormais une grande partie des biens immobiliers du ghetto, a décidé de prendre le défi en main. Elle a d’abord rénové le bed and breakfast casher du Ghetto, le Giardino Dei Melograni, le jardin des grenades. Cette année, ils rénovent le restaurant casher voisin, le Gimmel Garden, fermé depuis des années, et le petit mais néanmoins historique musée juif, qui répertorie l’histoire des Juifs vénitiens. La réouverture des deux bâtiments est prévue pour cet été.

Illustration : Un visiteur regarde une exposition dans le musée juif de Venise. (Crédit: Porcel)

Ils espèrent que les rénovations attireront des nouvelles familles dans le Ghetto. Le groupe communautaire possède suffisamment de logements pour les familles des nouveaux employés du musée et des autres institutions en cours de rénovation. À partir de là, la communauté rêve d’une revitalisation plus large de la vie juive religieuse dans tout Venise. En 2019, ils ont embauché un nouveau grand rabbin, Daniel Touitou, originaire de France, qui, dans les années 1990, était le rabbin adjoint de Turin.

C’est une bataille difficile – en plus des vagues de touristes, la plupart des Juifs vénitiens sont désengagés de la vie communautaire, a déclaré Touitou, qui est orthodoxe.

« Les gens, malheureusement, ne sont pas intéressés par la vie juive », a-t-il déclaré. « Le passé est important, mais il ne peut résister au risque d’assimilation en l’absence de pratique. De nombreux juifs vénitiens se désintéressent de leur identité. »

Sardines et bonbons

Grâce à la pandémie de COVID, le Ghetto est nettement plus calme depuis 2020, ses rues étroites sont moins encombrées. Mais son patrimoine artistique et culturel juif est toujours imprégné dans les murs des immeubles en décrépitude.

Une visite du ghetto vénitien commence par le pont des flèches, fait de briques et de pierres blanches, dans le coin nord-ouest de la ville. Puis, le long du canal Cannaregio, devant les touristes sirotant un café, un tunnel sombre et sans prétention mène au quartier juif.

Dès l’entrée, la première chose que les visiteurs remarquent, ce sont les arômes qui émanent de Gam Gam, un restaurant casher géré par le mouvement hassidique Habad-Lubavitch. Le restaurant propose un menu composé de saveurs juives traditionnelles vénitiennes, israéliennes et ashkénazes, allant du sarde in saor (sardines marinées avec des oignons, des raisins secs et des pignons) aux artichauts frits avec de l’agneau, en passant par les plats de fêtes comme le poisson gefilte et les latkes accompagnés de compote de pommes.

Un peu plus loin dans la petite ruelle, une enseigne devant un magasin carré annonce sa principale spécialité : Dolci Ebraici, ou douceurs juives. La boutique de Giovanni Volpe est la boulangerie juive la plus convoitée du quartier. Il n’est pas rare de voir quelqu’un dehors en train de grignoter une pâtisserie impade, qui rappelle d’autres pâtisseries séfarades fourrées à la crème d’amandes, ou un morceau de bise azyme aux agrumes – un petit biscuit en forme de « S », une pâtisserie traditionnelle de Pessah.

Des pâtisseries juives comme la pinza, le strudel et la frolle sont exposées dans une vitrine de la boulangerie de Giovanni Volpe. (Crédit: Orge Castellano/JTA)

Synagogues

Au bout de la ruelle, le ghetto s’ouvre sur la place autrefois habitée par les Juifs du Levant, des Séfarades principalement originaires de l’Empire ottoman. Cachées dans des bâtiments d’apparence ordinaire de la place se trouvent la Scola Spagnola (synagogue espagnole) et la Scola Levantina (synagogue levantine), les dernières synagogues construites dans le quartier, respectivement en 1541 et 1580.

Venant de diverses régions d’Europe, chaque groupe juif a cherché à conserver ses propres traditions et son esprit communautaire à l’intérieur du ghetto. En 1571, il y avait cinq synagogues, chacune dédiée à un groupe ethnique distinct.

La synagogue allemande du quartier juif de Venise a été érigée en 1528. (Crédit: Aldo Pavan/Getty Images/via la JTA)

La Synagogue espagnole est le seul temple qui a été utilisé sans interruption depuis sa fondation. Conçu, dit-on, par le célèbre architecte baroque vénitien Baldassare Longhena, le temple ressemble au style de nombreux monuments et palazzos vénitiens contemporains. Des portes en bois sculpté portant des versets de psaumes accueillent les fidèles. La bimah, ou plateforme de prière, comporte des colonnes de marbre, et le sol est constitué de carreaux de marbre blanc et gris, disposés selon un motif carré concentrique.

La Scola Levantina, reconstruite en 1680, est un élégant bâtiment également attribué à Longhena. Des panneaux de bois foncé habillent la salle de prière de plan carré, et la bimah du XVIIIe siècle se dresse dans une abside polygonale surélevée, couverte par une lucarne en forme de dôme.

Parmi les trois autres temples du ghetto, la Scola Grande Tedesca (synagogue allemande), érigée par des Juifs ashkénazes en 1528, est la plus ancienne. La bimah et l’arche de la Torah se font face, et les longs murs abritent des bancs du XVIe siècle ornés de griffes de lion et de motifs floraux. Un plafond à lucarnes flotte au-dessus du sol en terrazzo vénitien, orné de mosaïques de marbre multicolore. Le bâtiment dans lequel il se trouve abrite également le musée juif susmentionné.

L’arche de la Torah est éclairée par des lustres dans la Scuola Grande Spagnola, ou synagogue espagnole, à Venise. (Crédit: Orge Castellano/JTA)

La communauté contemporaine migre entre les synagogues : elle utilise la synagogue levantine pendant les mois d’hiver parce qu’elle est chauffée, et la synagogue espagnole en été parce qu’elle reste plus fraîche.

Une culture artisanale

Une culture florissante d’artisans juifs est toujours présente le long des rues enchevêtrées du Ghetto. À quelques rues des synagogues, le couple Michal Meron et Alon Baker dirige The Studio in Venice, une galerie et un magasin présentant une collection variée d’œuvres d’art colorées, allant de peintures originales représentant des fêtes juives à des impressions célébrant les chats de Venise.

Leur création la plus populaire est le rouleau de la Torah illustré, qui s’inspire des 54 portions hebdomadaires de la Torah et des dix commandements, peints sur un seul rouleau de toile avec des rouleaux en bois. Michal, qui est originaire d’Autriche, a mis quatre ans à le réaliser et il est disponible en duplicata de plusieurs formats.

« Les congrégations et les yeshivot qui en ont acheté l’ont principalement utilisé comme outil d’enseignement pour les enfants », a déclaré M. Baker, un Italien originaire de Trieste.

Le couple, qui vivait auparavant à Haïfa, vend également des impressions utilisant la micrographie, une technique calligraphique juive qui utilise des lettres hébraïques minuscules pour construire des documents, comme un contrat de mariage ketubah, ou des œuvres d’art et des dessins.

Davide Curiel range des objets dans son atelier de verrerie. (Crédit: Orge Castellano/JTA)

Plusieurs facteurs, dont la pandémie de COVID-19, ont mis à mal les entreprises locales.

« Peu de touristes juifs européens achètent ici des objets d’art judaïque vénitiens », a déclaré Davide Curiel, propriétaire de David’s Shop, qui conçoit des objets d’art et de judaïque juifs.

Les Curiel sont arrivés à Venise il y a 500 ans en provenance de Curiel del Duero, en Espagne, et fabriquent depuis lors des objets d’art juif en verre dans le célèbre style Murano de la ville. Doriana, la sœur de Davide, est le maître d’œuvre de ces créations méticuleuses.

En soufflant le verre dans divers motifs et formes colorés, le duo crée des ménorah, des shofar, des mezuzah, des dreidel, des verres de kiddoush et bien d’autres choses encore en utilisant des techniques de verre centenaires ; leur boutique est l’une des deux seules qui fabriquent encore des objets judaïques en verre à Venise.

« Ma sœur va prendre sa retraite dans quelques années. J’ai 62 ans et je n’ai pas d’enfants. Quand on travaille le verre, on crée quelque chose de remarquable et de spécial. Une fois qu’on aura arrêté, le patrimoine et l’héritage de notre artisanat seront complètement perdus », a déclaré Davide.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...