Rechercher

Le Guatemala bloque la secte Lev Tahor qui veut se rendre en Iran via le Mexique

Deux bus de membres de la secte extrémiste ont été empêchés de passer la frontière avec l'intention de s'envoler vers le Kurdistan

Capture d'écran d'une vidéo censée montrer des membres de la secte ultra-orthodoxe extrême Lev Tahor dans un bus qui a été arrêté par les autorités guatémaltèques, le 17 octobre 2021. (Crédit : B'Hadrei Haredim)
Capture d'écran d'une vidéo censée montrer des membres de la secte ultra-orthodoxe extrême Lev Tahor dans un bus qui a été arrêté par les autorités guatémaltèques, le 17 octobre 2021. (Crédit : B'Hadrei Haredim)

Les autorités guatémaltèques ont empêché deux bus transportant des membres d’une secte juive ultra-orthodoxe extrémiste de franchir la frontière avec le Mexique, d’où ils prévoyaient de rejoindre l’Iran pour demander l’asile, ont rapporté lundi les médias israéliens.

À la demande des autorités israéliennes et américaines, qui craignent que la communauté Lev Tahor ne soit utilisée comme monnaie d’échange par Téhéran, le Guatemala a déjà empêché des membres de quitter le pays par avion alors qu’ils tentaient de se rendre en République islamique.

Les bus ont été arrêtés dimanche alors qu’ils se rendaient au Mexique, où les passagers avaient apparemment l’intention d’embarquer dans un avion à destination du Kurdistan comme tremplin vers leur destination finale en Iran, a rapporté le site B’Hadrei Haredim.

Une vidéo publiée par le site, qui s’adresse à la communauté ultra-orthodoxe, montre des femmes et des enfants dans l’un des bus, qui semble avoir été arrêté sur une autoroute principale.

Les membres du groupe Lev Tahor, qui est antisioniste, ont demandé l’asile politique en Iran en 2018. Des documents présentés à un tribunal fédéral américain en 2019 ont montré que les dirigeants du culte hassidique marginal ont demandé l’asile à l’Iran et ont juré allégeance au guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei.

Selon le site d’information Ynet, des inquiétudes se sont développées sur le fait que des centaines de membres du groupe, principalement basés au Guatemala, pourraient tenter de passer en Iran après que des dizaines de familles ont été repérées à l’aéroport du Guatemala, apparemment en route vers la frontière entre le Kurdistan et l’Iran.

Un groupe de dirigeants communautaires serait déjà au Kurdistan, attendant l’arrivée du reste du groupe.

Illustration : Une jeune femme membre de la communauté Lev Tahor dans la ville canadienne de Chatham, Ontario, 29 novembre 2013. (Rick Madonik / Toronto Star via Getty Images, JTA)

Le site d’information indique que les proches des membres israéliens de la secte ont contacté le ministère des Affaires étrangères et le ministère de la Justice et leur ont demandé de contacter d’urgence leurs homologues guatémaltèques pour empêcher les familles de partir. Les proches des membres américains ont adressé des demandes similaires au Département d’État américain.

Selon l’article, les autorités guatémaltèques ont déjà arrêté un certain nombre de membres de la secte qui ont la nationalité américaine et qui auraient été en route pour l’Iran ces derniers jours, après une demande des autorités américaines.

Selon le rapport, la secte prévoyait initialement de se rendre dans la région d’Erbil, en Irak, qui borde l’Iran et qui, selon eux, serait la Babylone biblique.

Les proches sont en outre préoccupés par l’activité de l’État islamique dans la région.

La secte Lev Tahor a été fondée à Jérusalem par le rabbin Shlomo Helbrans dans les années 1980. Le groupe a fui au Canada, puis au Guatemala en 2014, après avoir fait l’objet d’une surveillance intense de la part des autorités canadiennes pour des allégations d’abus et de mariages d’enfants.

Le groupe a été décrit comme une secte et comme le « Taliban juif », car les femmes et les filles de plus de 3 ans doivent se vêtir de longues robes noires couvrant tout leur corps, ne laissant que leur visage exposé. Les hommes passent la plupart de leurs journées en prière et à étudier des portions spécifiques de la Torah.

Les « mariages » entre des mineurs et des membres plus âgés sont courants.

Plus tôt cette année, les polices guatémaltèque et américaine ont ciblé la secte lors d’un raid conjoint dans la nation d’Amérique centrale, arrêtant deux de ses dirigeants soupçonnés d’avoir abusé et enlevé des enfants.

.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...