Le Hamas à Gaza appelle les leaders régionaux à faire pression sur Israël
Rechercher

Le Hamas à Gaza appelle les leaders régionaux à faire pression sur Israël

Le groupe terroriste palestinien a affirmé que la "normalisation" avec Israël contribuait au "maintien des crimes et des violations" contre les Palestiniens

Ismail Haniyeh, haut responsable du Hamas, à Abou Dhabi. (Mohammed Al-Ostaz / Flash90)
Ismail Haniyeh, haut responsable du Hamas, à Abou Dhabi. (Mohammed Al-Ostaz / Flash90)

Au premier jour d’une tournée au Moyen-Orient du chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, le mouvement terroriste palestinien du Hamas a appelé lundi les leaders de la région à « briser leur silence » pour « mettre fin » au blocus israélien sur Gaza.

Depuis le 6 août, l’armée israélienne bombarde des positions du Hamas quasi quotidiennement après des tirs de roquettes et le lancement de ballons incendiaires depuis l’enclave palestinienne au-dessus de la frontière, et qui sont à l’origine de dizaines d’incendies ravageurs en Israël.

L’Etat hébreu, qui impose depuis plus de dix ans des restrictions sécuritaires sur la bande de Gaza contrôlée par le groupe terroriste, a aussi fermé Kerem Shalom, point d’entrée des marchandises et du carburant pour l’enclave, ce qui a contribué à la fermeture de la seule centrale électrique locale.

Qualifiant cette dernière mesure de « crime contre l’humanité », le Hamas a appelé dans un communiqué les organisations internationales et les « décideurs dans la région » à « briser leur silence pour mettre fin » au blocus.

Mouvement islamiste armé au pouvoir depuis 2007 dans cette enclave de deux millions d’habitants, le Hamas a aussi affirmé que la « normalisation » avec Israël contribuait au « maintien des crimes et des violations » contre les Palestiniens.

Mike Pompeo a entamé lundi à Jérusalem une tournée au Moyen-Orient au cours de laquelle il doit évoquer la normalisation entre l’Etat hébreu et des pays arabes, après l’annonce le 13 août de l’établissement de relations officielles entre Israël et les Emirats arabes unis.

M. Pompeo doit rencontrer notamment durant son périple des dirigeants du Soudan, pays qui a longtemps accueilli des membres du Hamas.

Peu avant l’arrivée du responsable américain en Israël, l’armée israélienne a annoncé de nouvelles frappes à l’aube sur des positions du Hamas dans la bande de Gaza.

« Des avions de combats et des chars ont ciblé des positions militaires du Hamas dans le sud de la bande de Gaza », dont « des infrastructures souterraines », en « réponse » à des lancers de ballons incendiaires, selon elle.

Le Hamas et Israël, qui se sont livré trois guerres (2008, 2012, 2014), sont parvenus l’an dernier à un accord de trêve, conclu par le biais de l’ONU, de l’Egypte et du Qatar.

Cet accord prévoit le versement d’une aide financière mensuelle de 30 millions de dollars du Qatar à Gaza, où le taux de chômage dépasse actuellement les 50 %, mais aussi différents projets économiques pour y favoriser l’emploi.

Selon des sources concordantes, la mise en œuvre de ces projets est au cœur du différend entre le Hamas et Israël et des échanges de tirs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...