Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Le Hamas a séquestré des otages dans l’hôpital Rantisi pour enfants de Gaza – armée

Le porte-parole de l'armée a montré une vidéo du sous-sol de l'hôpital où l'on voit une cache d'armes et accuse le groupe terroriste d'utiliser les hôpitaux "comme un instrument de guerre"

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Illustration : Le porte-parole de l'armée israélienne, Daniel Hagari avec des armes trouvées par les soldats dans un centre de commandement du Hamas sous l'hôpital Rantisi, à Gaza City, sur une photo publiée le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Illustration : Le porte-parole de l'armée israélienne, Daniel Hagari avec des armes trouvées par les soldats dans un centre de commandement du Hamas sous l'hôpital Rantisi, à Gaza City, sur une photo publiée le 13 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a révélé lundi ce qu’elle considère comme la preuve que le sous-sol d’un hôpital de Gaza City a été utilisé par le groupe terroriste palestinien du Hamas pour cacher des armes et peut-être détenir des otages enlevés le 7 octobre, alors que Jérusalem cherche à dissiper les nombreuses critiques concernant les combats menés à proximité d’hôpitaux censés abriter des cachettes terroristes.

« Le Hamas se cache dans les hôpitaux. Aujourd’hui, nous allons le montrer au monde entier », a déclaré le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, lors d’une conférence de presse nocturne.

S’exprimant en anglais, Hagari a présenté des preuves montrant que des armes du Hamas étaient stockées sous l’hôpital pour enfants Rantisi, à Gaza, ainsi que des pièces apparemment utilisées pour séquestrer des otages. Dans une pièce présentée comme un salon, des rideaux recouvraient un mur carrelé et un calendrier des tours de garde commençait le 7 octobre, jour où le Hamas a envoyé des milliers de terroristes en Israël et où ils ont massacré quelque 1 200 personnes et pris 240 autres en otage.

Dans une pièce adjacente se trouvait une chaise dont l’un des pieds était recouvert d’une robe de femme et d’une corde, ce qui, selon Hagari, témoignait des contraintes imposées aux otages.

La chaise se trouvait sous un équipement fourni par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), avec un biberon sur le dessus et des couches pour bébé au sol.

« Il s’agit d’un crime de guerre, d’un crime contre l’humanité », a déclaré Hagari, accusant les organisations internationales qui financent les hôpitaux d’aider le terrorisme.

Un équipement fourni par l’Organisation mondiale de la santé, avec un biberon sur le dessus, dans un sous-sol de l’hôpital Rantisi de Gaza. (Crédit : Tsahal)

Il y avait également une moto qui aurait été utilisée par un terroriste palestinien pour ramener des otages à Gaza, a accusé Hagari, ainsi que ce qui semblait être des salles de bains de fortune, une cuisine et des tuyaux d’aération.

Israël continue d’enquêter pour savoir si des otages étaient effectivement détenus dans ce lieu, et des équipes médico-légales ont été dépêchées sur place lundi, a indiqué Hagari.

Parmi les armes trouvées dans le sous-sol de l’hôpital, il y avait des gilets pare-balles, des grenades, des fusils d’assaut AK-47, des engins explosifs, des lance-roquettes et d’autres armes, selon l’armée israélienne. Hagari a décrit la zone comme un centre de commandement et de contrôle du Hamas.

« Le Hamas utilise les hôpitaux comme un instrument de guerre », a déclaré Hagari dans une vidéo diffusée depuis le sous-sol de l’hôpital, debout dans une pièce décorée d’un dessin d’enfant coloré représentant un arbre, au-dessus des armes disposées sur le sol.

La conférence de presse a eu lieu alors que les forces israéliennes se rapprochaient de l’hôpital Shifa de Gaza City, qui, selon Jérusalem, abrite le principal centre d’opérations du Hamas. L’attention portée à l’hôpital Shifa et à d’autres hôpitaux a renforcé la pression sur Israël pour qu’il fasse davantage pour protéger les civils gazaouis pris entre deux feux.

« Notre guerre est dirigée contre le Hamas, pas contre les habitants de Gaza. Surtout pas les malades, les femmes ou les enfants », a déclaré M. Hagari. « Notre guerre est dirigée contre le Hamas qui les utilise comme boucliers humains. »

Le porte-parole de Tsahal Daniel Hagari avec une moto dans un centre de commandement du Hamas sous l’hôpital Rantisi à Gaza CIty, dans une photo publiée par l’armée le 13 novembre 2023. Hagari a déclaré que Tsahal pense que la moto a été utilisée par les terroristes du Hamas pour amener un otage enlevé dans le sud d’Israël au centre de base le 7 octobre 2023. (Crédit : Tsahal)

Il a indiqué qu’Israël avait aidé à évacuer l’hôpital Rantisi, spécialisé en oncologie, ainsi que d’autres hôpitaux dans le nord de la bande de Gaza, où les combats ont été les plus intenses. Israël a exhorté les civils à quitter le nord de la bande de Gaza pour se rendre dans la partie sud de l’enclave.

Au cours du week-end, les forces israéliennes ont diffusé l’enregistrement d’un appel entre un officier israélien et un responsable de l’hôpital, dans lequel on leur donne des instructions pour quitter l’établissement en toute sécurité et on leur promet des ambulances pour évacuer les infirmes.

« Nous essayons de déplacer les habitants de Gaza vers une zone sûre dans le sud et de montrer que ces hôpitaux sont des machines à terroriser », a déclaré Hagari lundi. « Le monde doit le savoir. Et le monde ne doit pas oublier les crimes contre l’humanité commis à l’encontre d’Israël ».

Il a ajouté que certains terroristes pourraient avoir évacué l’hôpital avec les patients.

La cachette présumée située sous Rantisi a été découverte par le commando d’élite Shayetet 13 de la marine et la 401e brigade blindée, qui ont fait une incursion dans l’hôpital alors qu’ils combattaient des membres du Hamas qui s’y étaient retranchés, a indiqué Tsahal.

Près de l’hôpital, à côté d’un immeuble résidentiel où vivait un commando de haut rang du Hamas, les soldats ont également trouvé l’entrée d’un tunnel recouvert d’une porte résistant à l’épreuve des explosifs, bien que Hagari n’ait pas précisé si le tunnel atteignait l’hôpital.

Une entrée de tunnel trouvé par les forces de Tsahal sous l’hôpital Rantisi de Gaza City, sur une photo publiée par l’armée le 13 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)

Israël accuse depuis longtemps le Hamas d’utiliser les hôpitaux pour dissimuler des infrastructures militaires. Le groupe terroriste utilise les patients comme boucliers humains, ce qui oblige Israël à réduire son offensive ou à risquer de faire davantage de victimes civiles.

« Le Hamas fait systématiquement fonctionner sa machine terroriste sous les hôpitaux de Gaza », a déclaré Hagari.

Le droit international accorde aux hôpitaux une protection spéciale en temps de guerre. Mais les hôpitaux peuvent perdre ces protections si les combattants les utilisent pour cacher des combattants ou stocker des armes, selon le Comité international de la Croix-Rouge.

La Croix-Rouge tentait lundi d’évacuer environ 6 000 patients, membres du personnel et personnes déplacées d’un autre hôpital, l’hôpital Al-Quds, après sa fermeture pour cause de manque de carburant, mais la Croix-Rouge a indiqué que son convoi avait dû rebrousser chemin en raison des tirs et des combats. Lundi, Israël a diffusé une vidéo montrant ce qu’il a déclaré être un terroriste muni d’un lance-grenades propulsé par roquette (RPG) pénétrant dans l’hôpital Al-Quds. Un char israélien était stationné à proximité.

Une infographie publiée par Tsahal le 13 novembre 2023, montrant l’infrastructure du Hamas intégrée dans l’hôpital Rantisi de Gaza City. (Crédit : Tsahal)

Vendredi, le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas, faisait état de plus de 11 000 Palestiniens tués depuis le début de la guerre, dont les deux tiers sont des femmes et des mineurs. Les chiffres du groupe terroriste ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et incluent probablement les personnes tuées par des roquettes mal tirées par les groupes terroristes gazaouis et qui explosent à l’intérieur de la bande de Gaza.

Hagari a déclaré que les correspondants de guerre étrangers intégrés à l’armée à l’intérieur de Gaza ont été la cible de tirs lundi alors qu’ils quittaient le secteur.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.