Le Hamas rejette les critiques de l’ONU et salue la condamnation d’Israël
Rechercher

Le Hamas rejette les critiques de l’ONU et salue la condamnation d’Israël

Les Palestiniens affirment que les tirs de roquettes sur l'Etat juif visaient des installations militaires

Un membre du Hamas porte une maquette de roquette lors d'un rassemblement dans le camp de réfugiés de Nuseirat, dans la bande de Gaza, le 12 décembre 2014. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Un membre du Hamas porte une maquette de roquette lors d'un rassemblement dans le camp de réfugiés de Nuseirat, dans la bande de Gaza, le 12 décembre 2014. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Les dirigeants de Gaza ont rejeté lundi le rapport du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies qui affirme que ses hommes ont « peut-être » commis des crimes de guerre mais ont fait l’éloge du rapport qui pointe du doigt Israël pour de possible crimes de guerre.

Le rapport a constaté que les deux parties, Israël et les groupes terroristes palestiniens, ont peut-être commis des crimes de guerre pendant le conflit de 50 jours en juillet-août dernier.

Bien qu’une grande partie du rapport soit axée sur les méfaits d’Israël, les auteurs ont également signalé que « les tirs aveugles de milliers de roquettes et de mortiers par des groupes armés palestiniens sur Israël semblent avoir eu l’intention de répandre la terreur parmi les civils ».

Mais le haut responsable du Hamas, Ghazi Hamad, a déclaré que ses roquettes et ses mortiers étaient dirigés vers des sites militaires israéliens et non pas sur les civils. Hamad a critiqué les enquêteurs de l’ONU pour ce qu’il considère être un faux équilibre entre les victimes et les tueurs.

Cependant, Fawzi Barhoum, un porte-parole du mouvement terroriste qui gouverne la bande de Gaza, a salué la « condamnation » d’Israël contenue dans le rapport.

« Le Hamas se félicite de la condamnation par le rapport de l’occupant sioniste pour ses crimes de guerre pendant la dernière guerre contre Gaza », a déclaré Barhoum.

Saeb Erekat, qui est membre du Comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), a déclaré dans un communiqué que les responsables étudieraient le rapport, mais s’est abstenu de tout commentaires sur ses conclusions.

« L’Etat de la Palestine examinera les conclusions et les recommandations de la Commission avec la plus haute considération, conformément à son engagement indéfectible pour assurer le respect de ces organes estimés du droit international », a déclaré Erekat dans un communiqué envoyé par son bureau.

« Comme nous commençons à le faire, nous demandons instamment à la communauté internationale de rappeler que le seul vrai chemin vers la paix réside dans la fin de l’occupation israélienne qui a commencé en 1967. »

Les responsables israéliens ont rejeté l’évaluation des Nations unies car elle suggère que l’armée israélienne a peut-être commis des crimes de guerre. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que le rapport était « biaisé ».

Le rapport a également indiqué qu’Israël a tué 1 462 civils sur un total de 2 251 Palestiniens décédé – soit un ratio de 65 %.

Israël affirme qu’environ la moitié des personnes tuées étaient des hommes armés et fait porter au Hamas la responsabilité des civils tués à Gaza car le Hamas et d’autres groupes terroristes ont placé leur infrastructure militaire dans les zones résidentielles de l’enclave côtière surpeuplée.

Pendant les combats, des groupes terroristes palestiniens du Hamas ont tiré plus de 4 500 roquettes et des obus de mortier sur les villes israéliennes, certains projectiles ont atteint Tel-Aviv et même Haïfa dans le nord du pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...