Rechercher

Le maire de Kafr Qassem justifie sa présence aux funérailles d’un terroriste

Adel Badir a insisté sur le fait que son objectif était de maintenir le calme lors de l'enterrement de l'assaillant qui a blessé 3 agents, et qu'il s'était coordonné avec la police

Le maire de Kafr Qassem, Adel Badir, parlant à un journaliste d'une attaque terroriste présumée dans sa ville, le 23 décembre 2022. (Crédit : Walla)
Le maire de Kafr Qassem, Adel Badir, parlant à un journaliste d'une attaque terroriste présumée dans sa ville, le 23 décembre 2022. (Crédit : Walla)

Le maire de Kafr Qassem, Adel Badir, a expliqué dimanche sa présence lors des funérailles nocturnes d’un terroriste originaire de la région qui, selon la police, a été abattu lors d’une attaque terroriste. Il a déclaré aux médias qu’il avait assisté à l’enterrement afin de s’assurer que l’événement se déroule pacifiquement.

Badir a également continué à mettre en doute le fait qu’il s’agissait bien d’une attaque terroriste, déclarant qu’une enquête plus approfondie était nécessaire pour déterminer ce qui s’était passé, et ce, en dépit de toutes les vidéos et images publiées à l’appui par les forces de sécurité.

Adel Badir a été critiqué pour sa présence, la veille, au cortège funèbre de Naim Badir, dont le corps a été remis à sa famille par Israël en échange de la promesse d’organiser des funérailles modestes et silencieuses, avec un maximum de 50 personnes.

Naim Badir a été abattu par la police vendredi lors de ce que les forces de l’ordre ont qualifié d’embuscade impliquant une tentative de tir puis une attaque à la voiture-bélier contre des policiers dans la ville arabe, située à l’est de Tel Aviv.

Il n’y a eu aucune information sur un éventuel lien familial entre le maire et le terroriste présumé.

Le chef du parti Shas, Aryeh Deri, qui devrait devenir ministre de l’Intérieur dans le nouveau gouvernement, a critiqué le maire pour sa présence aux funérailles.

« Il fallait le voir pour y croire ! » a écrit Deri sur Twitter. « Au lieu de condamner l’attaque terroriste perpétrée dans sa ville et de s’enquérir du bien-être des personnes blessées, un maire a choisi de participer aux funérailles d’un répugnant terroriste qui a cruellement écrasé et tiré sur un officier et deux policiers opérant dans la ville. C’est une honte. »

Badir a déclaré à la chaîne publique israélienne Kan qu’il avait assisté aux funérailles après s’être coordonné avec la police et les responsables de la sécurité, dans l’intention de maintenir l’ordre public. Il a insisté sur le fait qu’il n’était pas là pour montrer son soutien à l’acte terroriste.

Badir a déclaré qu’il faisait confiance à la police pour découvrir ce qui avait motivé Naim Badir et a suggéré des explications possibles telles que l’enfance difficile du suspect ou ses récents problèmes personnels.

« L’attaque peut avoir été perpétrée pour des raisons criminelles, mentales ou de sécurité », a-t-il jugé.

Les funérailles du terroriste présumé Naim Badir, à Kafr Qassem, le 25 décembre 2022. (Crédit : Twitter)

« C’est un incident très grave, quel que soit le contexte, mais le motif de l’homme n’a pas encore été établi », a affirmé Badir à la Douzième chaîne.

« Naim a récemment traversé une crise mentale et financière et il est possible qu’il se soit senti menacé ou même qu’il ait pris des cachets ; ça peut être n’importe quoi », a-t-il ajouté. « Sa famille a également confirmé, qu’au cours des deux dernières semaines, il était en mauvaise condition mentale et financière et pourrait avoir été impliqué dans un différend avec d’autres personnes. »

La famille de Badir a d’abord fermement démenti qu’il s’agissait d’un attentat, accusant la police d’avoir « assassiné [leur] fils de sang-froid ».

Cependant, s’adressant à Kan, Badir a déclaré que « la famille condamne désormais ce qui s’est passé ». Il a également déclaré que la famille n’avait aucun lien avec des terroristes.

Les vidéos de la police commencent par des images de vidéosurveillance de l’entrée du domicile de Badir, avec l’audio de l’appel téléphonique entre l’assaillant et le policier qui s’approche.

Après avoir appelé la police pour signaler un incident de violence domestique, créé de toutes pièces, on peut entendre Badir diriger l’agent de police vers un certain endroit juste devant la porte du bâtiment. Le son de l’appel est alors coupé et l’on voit Badir sortir en trombe du bâtiment, pointant une mitraillette de fortune vers le policier et tentant d’ouvrir le feu à bout portant.

L’arme s’étant apparemment enrayée, on voit alors Badir se retirer dans l’immeuble.

La vidéo passe ensuite à la caméra montée sur le casque du policier, qui se met à l’abri, informe le centre de contrôle de la police de l’attaque et appelle des renforts.

Pendant ce temps, selon la police, l’assaillant a lancé des cocktails Molotov sur un véhicule de police. La police a déclaré avoir trouvé plus tard plusieurs autres bombes incendiaires sur le toit de l’immeuble d’où Badir avait appelé les policiers.

Sur les images, on entend le moteur d’une voiture alors que Badir fonce en direction des policiers, en marche arrière, et percutant au passage un véhicule situé à côté des policiers, blessant trois agents, avant d’être abattu.

Un couteau a ensuite été retrouvé dans la voiture.

Le site d’information Ynet a rapporté que, même après avoir visionné les images, la famille de Badir a continué de nier que l’attaque avait été préméditée, et a déclaré que les policiers auraient dû tirer vers ses jambes, au lieu de l’abattre.

Une mitraillette « Carlo » de fortune utilisée par Naim Badir lors d’une attaque contre des policiers à Kafr Qassem, le 23 décembre 2022. (Crédit : Police israélienne)

Le chef de la police, Kobi Shabtai, a déclaré vendredi matin que « les policiers avaient réagi rapidement et empêché une attaque plus importante encore contre les forces de police ».

Le commandant du district central, Avi Bitton, a ajouté, après avoir effectué un point avec divers responsables des forces de l’ordre, dont l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, qu’ « il semblait s’agir d’un attentat terroriste planifié plusieurs jours auparavant ».

La famille avait insisté sur le fait que leur fils « n’avait planifié aucune attaque ». « C’est une affirmation fallacieuse de la police pour cacher ses échecs face à la criminalité dans la communauté arabe. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.