Rechercher

Le maire de Petah Tikva assigné à résidence suite à des soupçons de corruption

Le tribunal a rejeté la demande de la police d'interdire à Rami Greenberg d'exercer ses fonctions municipales pendant 45 jours, faute de preuves suffisantes

Rami Greenberg, maire de Petah Tikva, le 5 décembre 2017. (Crédit : Rami Greenberg/ Wikipedia CC-BY-4.0)
Rami Greenberg, maire de Petah Tikva, le 5 décembre 2017. (Crédit : Rami Greenberg/ Wikipedia CC-BY-4.0)

Le maire de Petah Tikva, Rami Greenberg, qui a été arrêté la semaine dernière, soupçonné d’avoir commis des actes de corruption, de fraude et d’abus de confiance, a été libéré jeudi et placé en résidence surveillée.

La police avait demandé au tribunal de première instance de Rishon Lezion d’interdire à Greenberg de reprendre ses fonctions de maire pendant 45 jours, mais le juge a rejeté cette requête.

« En ce qui concerne la gestion de la municipalité, je n’ai trouvé aucune raison d’empêcher le défendeur de poursuivre ses fonctions, car on ne m’a pas présenté de soupçons raisonnables indiquant que le défendeur avait commis un crime lié à son rôle [de maire] alors qu’il occupait ce poste », a écrit le président du tribunal dans ses conclusions.

Le juge a interdit à Greenberg de quitter le pays pendant 180 jours et d’entrer en contact avec toute personne liée à l’affaire pendant 14 jours. Il sera assigné à résidence pendant huit jours et pourra ensuite reprendre ses fonctions de maire.

Le directeur de la municipalité de Petah Tikva, Yaniv Benita, et deux hommes d’affaires liés à Greenberg, qui ont été arrêtés en même temps que le maire, devaient également être libérés jeudi.

Lahav 433, unité anti-corruption de la police, a ouvert une enquête après les élections municipales de 2018. Le maire de l’époque était soupçonné d’avoir reçu des centaines de milliers de shekels sous forme de fonds de campagne.

En échange, Greenberg avait consenti à accorder des faveurs économiques aux donateurs au lendemain de sa victoire électorale.

Son arrestation, la semaine dernière, a eu lieu après que la police a déclaré avoir obtenu des informations sur deux appels téléphoniques passés par Greenberg qui prouvaient qu’il tentait d’entraver l’enquête en cours.

Selon un article d’Israel Hayom, lors d’une audience au tribunal sur la prolongation de l’arrestation de Greenberg, son avocat, Ofer Bartal, a affirmé que la police tentait de faire pression sur le maire en le plaçant en garde à vue dans une cellule infestée de tiques, de punaises de lit et de cafards.

« Il est regrettable que la police israélienne ne soit pas en mesure de fournir aux prévenus des conditions décentes en 2022. Je demande que le tribunal prenne cela en considération car c’est tout simplement inacceptable. »

Une séquence vidéo publiée par la Douzième chaîne lundi montre Greenberg acceptant ce qui semble être une liasse d’argent liquide de la part d’un homme d’affaires local qui serait impliqué dans cette affaire de corruption.

La chaîne a déclaré que l’homme que l’on voit comptant l’argent et le remettant à Greenberg serait impliqué dans l’affaire en cours contre le maire, mais n’a pas identifié cet homme ni donné plus de détails.

Le maire de Petah Tikva, Rami Greenberg, filmé en train de recevoir une liasse de billets dans une vidéo diffusée le 14 août 2022. (Crédit : Capture d’écran/Douzième chaîne)

Greenberg a été arrêté en juillet, soupçonné dans une affaire distincte d’avoir abusé de son contrôle du budget de la ville pour faire limoger ses ennemis ; le maire aurait refusé d’allouer des fonds municipaux à des instituts qui y avaient droit, à moins qu’ils ne licencient ou n’évincent ses opposants et les membres de leur famille de certains postes déterminants.

À l’époque, Greenberg avait nié les allégations portées contre lui et s’était insurgé contre les « intrigues » et la « haine » du service public qui, selon lui, avaient conduit des personnes non identifiées à tenter de le renverser.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...