Rechercher

Le maire de Petah Tikva arrêté pour corruption, fraude et abus de confiance présumés

Rami Greenberg, le directeur général de la municipalité et 2 hommes d'affaires ont été interrogés par l'unité de Lahav 433 ; ils comparaîtront pour une audience de garde à vue

Rami Greenberg, maire de Petah Tikva, le 5 décembre 2017. (Crédit : Rami Greenberg/ Wikipedia CC-BY-4.0)
Rami Greenberg, maire de Petah Tikva, le 5 décembre 2017. (Crédit : Rami Greenberg/ Wikipedia CC-BY-4.0)

Un maire et le directeur général de la municipalité, soupçonnés de corruption, de fraude, d’abus de confiance, de blanchiment d’argent, de faux enregistrement de documents et de délits fiscaux, ont été arrêtés mercredi, a indiqué la police.

La police a précisé mercredi en fin d’après-midi qu’il s’agissait de Rami Greenberg, à la tête de la ville de Petah Tikva.

Deux hommes d’affaires liés au maire ont également été arrêtés à la suite d’une enquête de Lahav 433, l’unité de la police chargée de la lutte contre la corruption.

L’enquête de la police a débuté après les élections municipales de 2018, suite aux transferts présumés de centaines de milliers de shekels au maire de l’époque sous forme de fonds de campagne.

En échange, Greenberg avait consenti à accorder des faveurs économiques aux donateurs au lendemain de sa victoire électorale.

La police a déclaré que le groupe comparaîtrait devant le tribunal de première instance de Rishon Lezion plus tard dans la journée de mercredi pour une audience sur leur détention.

« La police israélienne poursuivra ses interventions partout où surgissent des soupçons de corruption qui nuisent au bon fonctionnement du gouvernement, et mènera des enquêtes dans le but de mettre au jour toute procédure irrégulière afin d’établir la vérité et de traduire les coupables en justice », indique un communiqué de la police.

En juillet, Rami Greenberg avait déjà été placé en détention pour des soupçons de corruption.

Selon les allégations, Greenberg aurait suspendu les financements municipaux à certaines institutions qui y avaient droit, jusqu’à ce qu’elles licencient ou évincent des postes clés ses opposants ainsi que les membres de leur famille.

Greenberg avait nié les allégations portées contre lui et s’est insurgé contre les « intrigues » et la « haine » au sein du service public qui, selon lui, ont conduit des individus non identifiés à tenter de le renverser.

En janvier, le maire d’Or Akiva, Yaakov Edri, a été informé par les procureurs qu’ils envisageaient de l’inculper pour une série d’accusations de corruption, notamment de pots-de-vin, de fraude et d’abus de confiance. La police avait recommandé l’an dernier qu’il soit inculpé.

En janvier également, un comité de surveillance a suspendu le maire de Hadera, Zvi Gendelman, pour une durée de six mois, après son inculpation en octobre dernier pour corruption.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...