Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Le manque d’ouvriers palestiniens sur les chantiers israéliens nuit aux deux parties

Près de la moitié des chantiers étant fermés, les travailleurs de Cisjordanie pourraient revenir sous haute surveillance, suite à l'interdiction générale imposée par l'assaut du Hamas le 7 octobre

Vue d'ouvriers sur un chantier de construction à Jérusalem, le 5 mars 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Vue d'ouvriers sur un chantier de construction à Jérusalem, le 5 mars 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Dans l’un des coins d’un entrepôt caverneux construit sur les contreforts de Jérusalem, une tronçonneuse s’acharne sur des tuyaux métalliques. De l’autre côté de la salle obscure, deux ouvriers se débattent avec un plancher inachevé. Tout le reste n’est que vide.

Seuls 25 ouvriers travaillent aujourd’hui sur ce bâtiment de trois étages, alors qu’ils étaient 125 six mois plus tôt.

Les ouvriers manquants font partie des quelque 200 000 Palestiniens qui faisaient quotidiennement la navette depuis la Cisjordanie, auxquels s’ajoutent 18 500 habitants de Gaza, dont les permis de travail ont tous été annulés après l’assaut barbare du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël, le 7 octobre, laissant un vide économique des deux côtés de la frontière.

Parmi eux, on compte environ 80 000 Palestiniens spécialisés dans la ferronnerie, les revêtements de sol, les coffrages et le plâtrage, qui effectuent normalement les travaux initiaux pénibles sur la plupart des chantiers de construction israéliens.

Pour les Palestiniens, cela signifie que leurs familles ont été brusquement privées des revenus d’ouvriers qui, en Israël, peuvent gagner plusieurs fois le salaire qu’ils recevraient s’ils travaillaient où ils vivent.

« Avant, je travaillais bien et tout allait bien. Nous dépendions de ce travail, sans autre source de revenus », a déclaré Mohammed Dabous, qui, pendant des années, se rendait chaque jour de son village de Nilin, dans le nord de la Cisjordanie, pour travailler sur des chantiers de construction à Modiin, une ville située juste de l’autre côté de la frontière israélienne.

Une tour résidentielle en construction à côté du marché Mahane Yehuda dans le centre-ville de Jérusalem, le 7 décembre 2023. (Crédit : John MacDougall / AFP)

« Les gens avaient des responsabilités financières, des paiements, des chèques, qui ont tous été rejetés, que ce soit pour la construction ou les paiements pour les voitures, ils sont tous en difficulté », a-t-il déclaré à Reuters.

La perte de salaires a aggravé l’impact économique de la guerre à Gaza et des troubles en Cisjordanie. Selon un rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT) publié en mars, le taux de chômage en Cisjordanie et à Gaza dépasserait les 50 %, avec un total de 500 000 emplois perdus.

Pour Israël, la grave pénurie de main-d’œuvre palestinienne consécutive au massacre perpétré par le Hamas le 7 octobre dans les villes israéliennes, au cours duquel quelque 3 000 terroristes ont tué près de 1 200 personnes, a entraîné un arrêt brutal de la construction. La construction résidentielle a chuté de 95 % à la fin de l’année dernière, contribuant à une baisse globale de 19 % de l’activité économique.

D’autres secteurs, tels que l’agriculture et les services, ont également été touchés, mais pas autant que la construction, qui représente 6 % de l’économie israélienne, d’une valeur de 500 milliards de dollars.

Le secteur s’est quelque peu redressé depuis, en partie grâce aux travailleurs expédiés des pays asiatiques, mais 40 % de la construction est toujours fermée. Selon Adi Brender, responsable de la recherche à la Banque centrale d’Israël, cette situation entraînera une baisse de 2 à 3 % de l’ensemble de l’économie, en fonction du rythme auquel les travailleurs étrangers de remplacement arriveront. L’arrêt de la construction aggraverait la pénurie de logements et contribuerait à l’inflation.

L’entrepôt en cours de construction dans les contreforts de Jérusalem devait être prêt en décembre ; les entrepreneurs, Limor Brothers, espèrent maintenant le terminer d’ici l’été.

« Aujourd’hui, nous ne cherchons pas à faire des bénéfices », a expliqué Ahmad Sharha, responsable du personnel et de la logistique de l’entreprise. « Nous cherchons à terminer les projets et à ne pas perdre plus d’argent que nous n’en avons déjà perdu depuis le début de la guerre. »

Les entrepreneurs disent qu’ils perdent de l’argent et s’inquiètent des amendes imposées par les clients en cas de non-respect des délais. Les salaires des travailleurs encore disponibles ont doublé.

Des ouvriers palestiniens travaillant sur un chantier de construction, à Maale Adumim, en Cisjordanie, le 29 février 2024. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

« Chaque jour, chaque semaine, des entrepreneurs font faillite ou arrêtent de travailler dans le secteur de leur propre chef », a indiqué Raul Srugo, président de l’Association des constructeurs d’Israël.

Israël accélère le recrutement de dizaines de milliers de travailleurs étrangers, avec un quota de 65 000 personnes autorisées à venir de pays tels que l’Inde, le Sri Lanka et l’Ouzbékistan.

Il est également question de laisser les Palestiniens revenir. Certains responsables israéliens de la sécurité craignent que la perte de revenus en Cisjordanie n’aggrave l’instabilité dans cette région.

Le cabinet du Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’un « projet pilote limité » visant à autoriser les Palestiniens à revenir serait examiné par le cabinet.

« On estime que les ouvriers palestiniens reviendront, la question étant de savoir quand et combien », a déclaré Yehuda Morgenstern, directeur-général du ministère du Logement et de la Construction. « Même si tous les Palestiniens reviennent, nous avons toujours besoin d’un plus grand nombre de travailleurs. »

Si les ouvriers palestiniens sont autorisés à revenir, ils feront l’objet d’un examen plus approfondi et de contrôles aux postes frontières encore plus rigoureux qu’auparavant, a déclaré un responsable israélien de la sécurité.

Certains Israéliens y sont toujours opposés, notamment des responsables municipaux.

« Faire entrer ces travailleurs en Israël signifie risquer la vie de mes habitants et je ne suis pas prêt à cela », a déclaré Avi Elkabatz, maire d’Afula, une petite ville du nord du pays. « Il existe de nombreuses solutions pour faire venir des travailleurs étrangers de différents pays sans mettre en danger la vie des citoyens israéliens. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.