Le ministère de la Justice prêt à conclure ses enquêtes sur l’incident fatal d’Umm al-Hiran
Rechercher

Le ministère de la Justice prêt à conclure ses enquêtes sur l’incident fatal d’Umm al-Hiran

L'enquête sur la mort de Yaqoub Mousa Abu Al-Qiaan, tué par balles lors d'une journée tendue de démolition dans la ville d'Umm al-Hiran, semble confirmer les récits des policiers

Un policier israélien en train de protéger les bulldozers qui détruisent des maisons dans le village bédouin d'Umm al-Hiran, dans le désert du Néguev, le 18 janvier 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
Un policier israélien en train de protéger les bulldozers qui détruisent des maisons dans le village bédouin d'Umm al-Hiran, dans le désert du Néguev, le 18 janvier 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Le ministère de la Justice serait en train de se préparer à mettre un terme à toutes ses enquêtes sur la mort par balles d’un homme bédouin israélien survenue le 18 janvier dans le village d’Umm al-Hiran dans le Negev.

Le département des enquêtes internes de la police du ministère a indiqué que les preuves confirment les récits faits par les agents de police, qui avaient affirmé craindre se trouver au beau milieu d’un attentat terroriste lorsque al-Qiaan, qui avait apparemment fait l’objet de tirs auparavant de la part d’un agent, avait projeté son véhicule contre un groupe de policiers, causant la mort du sergent Erez Levi, 34 ans.

Al-Qiaan avait alors été tué par des agents situés à proximité qui avaient ouvert le feu.

L’incident avait été de prime abord qualifié « d’attentat terroriste à la voiture bélier » par le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan et par le commissaire de police Roni Alsheich, mais les deux hommes avaient dû revenir sur leurs propos lorsque des vidéos avaient émergé montrant un policier ouvrant apparemment le feu en direction d’al-Qiaan avant que son véhicule ne vienne accélérer.

La police était arrivée en force à Umm al-Hiran dans la matinée du 18 janvier pour superviser la destruction de maisons du village, que l’état cherchait à faire disparaître pour ouvrir la route à une nouvelle ville dont les détracteurs affirment qu’elle sera construite exclusivement pour les Juifs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...