Rechercher

Le ministère de la Santé va lancer une campagne de vaccination contre la polio

Un responsable de la santé publique affirme que la campagne s’adressera aux enfants nés entre 2005 et 2013, susceptibles de n'avoir reçu qu’une dose d’inoculation

Une infirmière prépare une dose de vaccin dans le cadre de la campagne de vaccination des enfants de 5 à 11 ans dans un centre de la Clalit à Safed, dans le nord du pays, le 29 novembre 2021. (Crédit : David Cohen/Flash90)
Une infirmière prépare une dose de vaccin dans le cadre de la campagne de vaccination des enfants de 5 à 11 ans dans un centre de la Clalit à Safed, dans le nord du pays, le 29 novembre 2021. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Un haut responsable de la santé a déclaré dimanche que le ministère lancerait cette semaine une campagne de vaccination contre la poliomyélite, pour enrayer ce qu’elle qualifie de « véritable épidémie ».

Cette décision intervient après que les responsables de la santé ont confirmé, plus tôt ce mois-ci, le premier cas de la maladie potentiellement invalidante dans le pays depuis plus de 30 ans.

Le Dr Sharon Alroy-Preis, directrice de la Santé Publique du ministère, a déclaré à la radio publique Kan que la campagne aurait pour objectif de compléter le schéma vaccinal à deux doses des enfants âgés de trois mois à 17 ans qui n’auraient jusqu’à présent reçu qu’une seule dose.

Elle a expliqué qu’entre les années 2005 à 2013, la vaccination contre la poliomyélite avait reculé car la maladie avait été éradiquée en Israël et que, de ce fait, de nombreux bébés, depuis passés par le système de santé, n’avaient pas reçu les deux doses.

Baptisée « Two Drops », la campagne commencera cette semaine à Jérusalem, où la maladie a été identifiée, avant d’être étendue au reste du pays.

« Nous assistons vraisemblablement à une épidémie de poliomyélite en Israël », a déclaré Alroy-Preis.

Au-delà de la capitale, le virus a été détecté dans les eaux usées de Modiin Illit et de Tibériade, a-t-elle noté.

« Il atteint des poches non vaccinées et se propage », a déclaré Alroy-Preis.

Un enfant de Jérusalem qui a récemment reçu le diagnostic de poliomyélite souffre d’une faiblesse et d’une paralysie d’un côté, a-t-elle indiqué.

« Ce n’est que la pointe de l’iceberg, sous laquelle il y a beaucoup d’autres enfants infectés », a-t-elle estimé.

Le Dr Sharon Alroy-Preis, cheffe des services de santé publique au ministère de la Santé, assiste à une réunion de comité à la Knesset, à Jérusalem, le 16 novembre 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Plus tôt ce mois-ci, le ministère de la Santé avait confirmé qu’une forme mutée du virus – susceptible de causer la maladie chez les non-vaccinés – avait été découverte chez un garçon de 4 ans, à Jérusalem, non vacciné contre la maladie.

On pense que ce cas constitue le premier diagnostic de poliomyélite en Israël depuis 1989, date à laquelle Israël avait largement éliminé la maladie grâce à une campagne vigoureuse de vaccination.

Alroy-Preis a déjà invité les familles à faire vacciner leurs enfants contre la poliomyélite et déclaré qu’il y existait probablement des dizaines, voire des centaines de cas asymptomatiques de la maladie.

Les experts de la maladie ont mis en garde contre la perspective réelle d’une résurgence la poliomyélite, en nombre gérable, mais suffisamment élevé pour laisser un certain nombre d’enfants avec des séquelles à long terme.

Des traces du virus avaient été identifiées dans des échantillons d’eaux usées en Israël, de temps en temps, sans pour autant entraîner de cas clinique depuis plusieurs décennies.

Comme une grande partie des pays du monde, Israël administre des vaccins antipoliomyélitiques aux enfants dans le cadre du schéma vaccinal standard.

La poliomyélite se propage principalement d’une personne à l’autre ou par de l’eau contaminée. Elle attaque le système nerveux et peut parfois paralyser les malades en l’espace de quelques heures. La maladie touche principalement les enfants de moins de 5 ans et a été largement éliminée dans les pays riches.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...