Israël en guerre - Jour 142

Rechercher

La Jordanie et l’ONU défendent l’UNRWA

Ayman Safadi déclare que la suspension des fonds est une "punition collective" ; l'ONU appelle les donateurs à reprendre leur versement

Illustration : Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi, s'exprimant lors de l'Assemblée générale des Nations unies au siège des Nations unies, à New York, le 26 octobre 2023. (Crédit : Eduardo Munoz Alvarez/Getty Images/AFP)
Illustration : Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi, s'exprimant lors de l'Assemblée générale des Nations unies au siège des Nations unies, à New York, le 26 octobre 2023. (Crédit : Eduardo Munoz Alvarez/Getty Images/AFP)

Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi, a pris la défense de l’Office controversé de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), après qu’une série de pays ont suspendu leur financement à l’organisme suite aux accusations selon lesquelles plusieurs de ses employés étaient impliqués dans l’attaque du 7 octobre menée par le groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël.

« L’UNRWA est la bouée de sauvetage de plus de 2 millions de Palestiniens menacés de famine à Gaza. Il ne devrait pas être puni collectivement sur la base d’allégations concernant 12 personnes sur les 13 000 membres de son personnel », a écrit Safadi sur X.

« L’UNRWA a agi de manière responsable et a ouvert une enquête. Nous demandons instamment aux pays qui ont suspendu leurs fonds de revenir sur leur décision », a ajouté Safadi, faisant écho à un appel lancé samedi par le commissaire général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini.

L’UNRWA fournit des services, tels que l’éducation et la santé, dans dix camps de réfugiés palestiniens en Jordanie, le seul pays arabe où les Palestiniens ont obtenu la citoyenneté. Selon les données de l’agence, seuls 18 % des deux millions de Palestiniens et de leurs descendants vivent encore dans des camps de réfugiés.

Il existe aujourd’hui 58 camps de réfugiés désignés dans les régions où l’UNRWA opère, en Jordanie, au Liban, en Syrie, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

En 2022, les fonds provenant du budget ordinaire des Nations unies et les contributions d’autres entités onusiennes s’élevaient à 44,6 millions de dollars.

Les cinq principaux donateurs sont, dans l’ordre, les Etats-Unis, l’Allemagne, l’Union européenne, la Suède et la Norvège. Figurent aussi notamment la Turquie, l’Arabie saoudite, le Japon et la Suisse.

Le chef des Nations unies a aussi appelé dimanche les pays donateurs à garantir la poursuite des activités menées en faveur des civils à Gaza par l’Agence pour les réfugiés palestiniens.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Israël Katz, a déclaré que l’organisme « doit être remplacé par des agences dédiées à une paix et un développement véritables » et a appelé à la démission de Lazzarini.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.