Le musée d’Auschwitz demande le retrait d’un costume d’officier nazi de la vente
Rechercher

Le musée d’Auschwitz demande le retrait d’un costume d’officier nazi de la vente

Le costume d'un officier de la Gestapo vendu sur la Toile est "irrespectueux à de si nombreux niveaux", a dit le mémorial au magasin Escapade, basé à Londres, sur Twitter

Un costume d'officier de la Gestapo nazi vendu sur le site Escapade (Capture d'écran)
Un costume d'officier de la Gestapo nazi vendu sur le site Escapade (Capture d'écran)

Le musée du mémorial d’Auschwitz a fustigé lundi un magasin de déguisements de Londres qui présente un habit d’agent de la Gestapo sur son site.

Se qualifiant « d’expérience suprême du déguisement à Londres », Escapade présente une grande variété de costumes dans de nombreuses catégories. Mais l’un d’entre eux a provoqué la stupeur des responsables du musée de la Shoah : celui d’un officier de la Gestapo allemande, police secrète des nazis.

« Portant ce traditionnel uniforme noir, les agents de la Gestapo ont fait partie des organisations les plus brutales du régime nazi, ce qui fait de ce déguisement l’un des plus reconnaissables partout dans le monde », est-il écrit dans la description du produit.

Le site offre aussi à l’acheteur la possibilité d’acquérir « une moustache de Chaplin et des sourcils » pour « compléter le déguisement » – une tentative apparente de créer une référence à Hitler.

« Cher @escapade_uk. Pensez-vous réellement que vendre un costume d’officier de Gestapo est une bonne chose et que c’est drôle ? », a écrit le musée sur Twitter, suggérant aux propriétaires de la boutique d’étudier la page Wikipedia.

« Renseignez-vous davantage sur une organisation qui a symbolisé le terrorisme organisé de l’Etat nazi. Veuillez supprimer ce costume. Il est irrespectueux à de si nombreux niveaux ».

Les commentaires postés sur la page de produit indiquent que le costume figure sur le site depuis sept ans déjà. Il était encore disponible à l’heure de la rédaction de cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...