Rechercher

Le nombre de spermatozoïdes a chuté de 62 % en moins de 50 ans – étude en Israël

Cette découverte est une mauvaise nouvelle pour la santé masculine, selon le professeur Hagai Levine ; si le déclin se poursuit, il "pourrait menacer la survie de l'humanité"

Illustration de spermatozoïdes humains (vchal via iStock by Getty Images)
Illustration de spermatozoïdes humains (vchal via iStock by Getty Images)

Selon une nouvelle étude menée par des chercheurs en Israël, le nombre de spermatozoïdes dans le monde a chuté de 62 % depuis 1973.

Selon ses auteurs, cette étude tire la sonnette d’alarme tant au sujet de la fertilité masculine que de la santé des hommes en général. En effet, le taux de spermatozoïdes est considéré comme un indicateur de la santé des hommes, les faibles niveaux étant associés à un risque accru de maladies chroniques, de cancer des testicules et de diminution de l’espérance de vie.

« Cette découverte est à la fois surprenante et inquiétante », a déclaré le professeur Hagai Levine de l’Université hébraïque de Jérusalem, qui a dirigé l’étude évaluée par des pairs avec la professeure Shanna Swan de la Icahn School of Medicine de New York.

« La tendance au déclin est très claire », a-t-il déclaré au Times of Israel. « C’est une découverte remarquable et je me sens responsable de la livrer au monde. Le déclin est à la fois très réel et semble s’accélérer. »

La dernière étude de Levine sur le nombre de spermatozoïdes, en 2017, a suscité une grande attention après avoir signalé que le nombre de spermatozoïdes chez les hommes d’Amérique, d’Europe, d’Australie et de Nouvelle-Zélande avait chuté de plus de 50 % entre 1973 et 2011. La nouvelle étude, qui couvre la période de 1973 à 2018, dispose de sept années supplémentaires de statistiques et a une portée géographique beaucoup plus large, couvrant 53 pays.

Levine et ses collègues sont parvenus à leur conclusion en compilant les chiffres de centaines d’études évaluées par des pairs et en ajustant les statistiques globales afin d’éliminer les données susceptibles de fausser les résultats. Par exemple, les hommes qui ont contrôlé leur nombre de spermatozoïdes en raison de problèmes de fertilité n’ont pas été inclus dans la nouvelle étude.

Illustration : la différence entre un échantillon de sperme avec un faible nombre de spermatozoïdes et un échantillon avec un nombre normal de spermatozoïdes. (Crédit : olando_o via iStock by Getty Images).

L’article de recherche a été publié mardi dans la revue Human Reproduction Update. La baisse de 62 % concerne la numération des spermatozoïdes, c’est-à-dire le nombre de spermatozoïdes présents dans une éjaculation moyenne.

La concentration de spermatozoïdes par millimètre de sperme a diminué de 52 % et s’élève à environ 50 millions. Ce chiffre est encore bien supérieur au seuil fixé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en dessous duquel on considère que les hommes ont une faible concentration de spermatozoïdes, à savoir 15 millions par millilitre.

Hagai Levine (Crédit : Université hébraïque)

Mais Levine a souligné les recherches qui suggèrent que la fertilité commence à chuter lorsque la concentration de spermatozoïdes passe en dessous de 40 millions par millilitre – et a déclaré qu’au rythme du déclin actuel, ce nombre devrait être la moyenne mondiale d’ici une décennie.

« En outre, nous regardons les moyennes, et si les hommes ont aujourd’hui une moyenne de 50 millions de spermatozoïdes par millimètre, il y a un grand nombre d’hommes qui ont aujourd’hui moins de 40 millions de spermatozoïdes par millimètre – en d’autres termes, une fertilité qui est en fait sous-optimale. »

Discutant des conclusions générales de l’étude, Levine a déclaré que ces « résultats servent à tirer la sonnette d’alarme. Nous sommes confrontés à un problème grave qui, s’il n’est pas atténué, pourrait menacer la survie de l’humanité. Nous appelons de toute urgence à une action mondiale pour promouvoir des environnements plus sains pour toutes les espèces et réduire les expositions et les comportements qui menacent notre santé reproductive. »

Il a déclaré que son étude n’explore pas les causes du déclin du nombre et de la concentration des spermatozoïdes, mais d’autres chercheurs ont établi un lien entre la chute du nombre de spermatozoïdes et l’obésité généralisée, la sédentarité, le tabagisme, l’exposition à certains produits chimiques et pesticides, ainsi que d’autres facteurs.

Selon Swan, la chute du nombre de spermatozoïdes s’inscrit dans le cadre d’un déclin plus général de certains aspects de la santé des hommes.

« Les baisses troublantes de la concentration des spermatozoïdes et du nombre total de spermatozoïdes chez les hommes, de plus de 1 % par an, signalées dans notre article, sont cohérentes avec les tendances négatives observées dans d’autres aspects de la santé des hommes », a-t-elle déclaré.

« Il s’agit notamment du cancer des testicules, des perturbations hormonales et des malformations congénitales, ainsi que du déclin de la santé reproductive des femmes. Il est clair que cela ne peut pas continuer sans que l’on réagisse. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...