Israël en guerre - Jour 234

Rechercher

Le PDG de Verbit quitte Israël pour protester contre la refonte judiciaire

Tom Livne exhorte d'autres dirigeants de start-ups à émigrer, affirmant que c'est le seul moyen d'amener le gouvernement à écouter ses préoccupations

Tom Livne, cofondateur et PDG de Verbit, s'adresse à la Douzième chaîne le 31 janvier 2023. (Capture d'écran/Douzième chaîne)
Tom Livne, cofondateur et PDG de Verbit, s'adresse à la Douzième chaîne le 31 janvier 2023. (Capture d'écran/Douzième chaîne)

Le fondateur de l’une des licornes technologiques les plus prospères d’Israël a déclaré mardi qu’il quittait le pays et cesserait de payer des impôts à l’État d’Israël en signe de protestation contre la refonte judiciaire prévue par le nouveau gouvernement de Benjamin Netanyahu.

Le PDG de Verbit, Tom Livne, dont la société de logiciels de transcription et de sous-titrage hybrides, basés sur l’intelligence artificielle et l’intervention humaine, a été évaluée à 2 milliards de dollars lors de son dernier tour de financement fin 2021, a déclaré à la Douzième chaîne qu’il encourageait d’autres cadres technologiques de premier plan à suivre son exemple.

« Au cours des dernières années, j’ai payé des dizaines de millions de dollars d’impôts et mon entreprise a payé des centaines de millions d’impôts », a-t-il déclaré.

Expliquant le raisonnement qui sous-tend sa décision de grande envergure, Livne a déclaré que lorsque les membres du secteur technologique, « en tant que moteur de l’économie, commenceront à parler et à agir de la sorte, ils viendront à la table des négociations et nous parleront d’égal à égal ».

« J’espère que [les autres] me verront faire cela et suivront mon exemple… pour cesser de résider en Israël et de payer des impôts. C’est la solution et celle qui fera le plus mal [au gouvernement] », a-t-il ajouté.

Livne, dont la société emploie quelque 200 travailleurs en Israël et près d’un millier à l’étranger, a déclaré à la Douzième chaîne qu’il avait déjà commencé à retenir ses investissements dans l’économie israélienne.

Fondés en 2017, les services de transcription de Verbit sont utilisés par plus de 2 000 clients dans les secteurs du droit, des médias, de l’éducation, du gouvernement et des entreprises, notamment CNBC, CNN, FOX, l’université de Harvard, de Stanford et Kaltura, selon la société.

Le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, en conférence de presse avec des familles de victimes du terrorisme, au ministère des Finances, à Jérusalem, le 8 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich, du parti d’extrême droite HaTzionout HaDatit, a réagi à l’annonce de Livne sur Twitter, lui disant que « nous sommes des frères » et « espérons que tu reviendras ».

« Nous n’avons pas d’autre terre ni d’autre peuple ni d’autre pays. Quoi qu’il en soit, nous promettons, avec l’aide de Dieu, de garder Israël juif et démocratique, fort et économiquement prospère, afin que vous et chaque Juif ayez toujours un foyer où revenir », a déclaré le ministre, membre clé de la coalition.

La semaine dernière, la cofondatrice et PDG de l’entreprise mondiale de paie Papaya Global, également une licorne technologique valant plus d’un milliard de dollars, a déclaré que l’entreprise allait « retirer tous les fonds de l’entreprise d’Israël ».

« Il n’y a plus aucune certitude que nous puissions mener une activité économique internationale depuis Israël », a écrit Eynat Guez. « C’est une étape commerciale douloureuse mais nécessaire. »

Eynat Guez, cofondatrice et PDG de la plateforme de gestion du lieu de travail Papaya Global. (Crédit : autorisation)

Les fondateurs, les cadres et les travailleurs du prestigieux secteur technologique israélien ont exprimé leur vive opposition au projet de réforme judiciaire proposé par le ministre de la Justice Yariv Levin, qui vise à limiter radicalement l’indépendance de la Haute Cour.

Les changements législatifs limiteraient fortement la capacité de la Haute Cour à invalider les lois et les décisions du gouvernement, avec une clause dite « dérogatoire » permettant à la Knesset de légiférer à nouveau sur des lois annulées avec une majorité simple de 61 voix ; ils donneraient au gouvernement un contrôle total sur la sélection des juges ; ils empêcheraient la Cour d’utiliser la notion juridique du « caractère raisonnable » pour juger la législation et les décisions du gouvernement ; et ils permettraient aux ministres de nommer leurs propres conseillers juridiques, au lieu d’obtenir des conseils de conseillers opérant sous l’égide du ministère de la Justice.

Ces dernières semaines, les entreprises, les bailleurs de fonds et les organisations commerciales israéliennes ont redoublé d’efforts pour faire part de leurs préoccupations concernant le projet de refonte du système judiciaire, qui, selon eux, menace la démocratie et nuira à l’industrie technologique locale florissante. Beaucoup craignent que l’affaiblissement du système judiciaire ne crée de l’incertitude et ne réduise la probabilité que les investisseurs étrangers injectent des fonds dans les entreprises locales. Cela pourrait à son tour contraindre les entreprises locales et internationales à partir et à s’installer ailleurs.

L’inquiétude croissante des investisseurs face aux changements judiciaires de dimanche a fait chuter les indices boursiers israéliens de plus de 2 % et les prix des obligations d’État, tandis que le shekel a perdu 2,9 % de sa valeur par rapport au dollar au cours de la dernière semaine de janvier.

L’interview de Livne a été diffusée quelques heures après que des centaines de travailleurs du secteur des technologies ont organisé des manifestations dans les principales villes israéliennes pour la deuxième semaine consécutive afin de protester contre les changements annoncés.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.