Rechercher

Le père d’un captif du Hamas veut la libération de tous les prisonniers israéliens

Suite à la publication d’une vidéo du Hamas, l'homme n'est pas convaincu par l'annonce de la mauvaise santé de son fils. « Nous voulons le retour de tous les prisonniers », dit-il

Capture d’écran d'une vidéo de Shaaban al-Sayed, père de Hisham al-Sayed, détenu par le Hamas dans la bande de Gaza, le 28 juin 2022. (Crédit : Capture d’écran/Ynet)
Capture d’écran d'une vidéo de Shaaban al-Sayed, père de Hisham al-Sayed, détenu par le Hamas dans la bande de Gaza, le 28 juin 2022. (Crédit : Capture d’écran/Ynet)

Le père d’un Israélien détenu par le Hamas dans la bande de Gaza s’est déclaré, mercredi, prêt à attendre plus longtemps le retour de son fils à condition que tous les Israéliens détenus dans l’enclave palestinienne soient également libérés.

Shaaban al-Sayed a donné une interview à Radio 103FM le lendemain de la publication par le Hamas d’une courte vidéo montrant son fils, Hisham al-Sayed, sous oxygène, et affirmant que sa santé s’était détériorée.

Un média libanais lié au Hamas aurait indiqué que le groupe terroriste avait proposé à Israël de libérer al-Sayed en échange de la totalité des Palestiniens malades incarcérés dans des prisons israéliennes. Rien ne permet de savoir quand l’offre aurait été faite.

Interrogé sur ce qu’il pensait de cette proposition de libération de son fils, après sept années de captivité à Gaza, Shaaban al-Sayed a déclaré que « c’était un peu encourageant ».

Il a toutefois souligné que tout échange avec le Hamas devait inclure la totalité des prisonniers. Le groupe terroriste détient actuellement deux Israéliens vivants – al-Sayed et Avera Mengistu – ainsi que la dépouille de deux soldats israéliens, Oron Shaul et Hadar Goldin.

« Nous voulons que tous les prisonniers rentrent chez eux et retrouvent leur famille », a déclaré al-Sayed à la station de radio. « Je suis prêt à attendre plus longtemps pour qu’ils les libèrent tous. »

Vidéo d’un homme que le Hamas présente comme le prisonnier israélien Hisham al-Sayed, publiée le 28 juin 2022. (Crédit : Capture d’écran/Twitter)

Il a déclaré que tout échange partiel reviendrait à « jouer avec la conscience des familles ».

Al-Sayed a expliqué que, bien qu’il ait entendu dire que tout était fait pour obtenir la libération des captifs, « il n’avait eu aucune nouvelle sur ce point ».

S’agissant de son fils, al-Sayed a déclaré qu’il avait l’air « pas trop mal ».

Al-Sayed a mis en doute l’affirmation du Hamas selon laquelle la santé de son fils se serait détériorée, évoquant « l’intuition d’un père », nourrie par ce qu’il a vu des mouvements de son fils dans ces brèves images.

Il a indiqué que son fils n’avait jamais eu de problèmes de santé par le passé, seulement des problèmes psychiatriques. La famille a, de longue date, fait savoir au Hamas, par l’entremise de diverses ONG, de quels médicaments son fils avait besoin, a-t-il déclaré.

« J’espère qu’ils lui donnent les bons médicaments », a déclaré al-Sayed. « Nous essayons de garder espoir. »

Dans une déclaration commune avec son mari mardi, la mère de Hisham, Manal, a évoqué ses sentiments après avoir vu la vidéo, les premières images de son fils depuis son enlèvement.

« Je suis soulagée d’avoir pu le voir, et j’ai pleuré en regardant la vidéo. J’ai aussi vu qu’il n’allait pas bien », a-t-elle déclaré. « Je ne sais pas s’il reçoit le traitement dont il a besoin. Je pense à lui jour et nuit, et je veux juste que mon fils revienne auprès de moi. »

Al-Sayed et Mengistu ont tous deux des antécédents de maladie mentale. Les deux citoyens israéliens se sont volontairement rendus dans la bande de Gaza, entre 2014 et 2015, et sont depuis retenus prisonniers par le Hamas.

Dans le sens des aiguilles d’une montre, à partir du haut à gauche : Oron Shaul, Avera Mengistu, Hadar Goldin et Hisham al-Sayed.(Crédit : Flash 90/Courtesy)

Les deux soldats, Shaul et Goldin, ont eux été tués pendant la guerre de Gaza en 2014. Les deux familles ont demandé à plusieurs reprises au gouvernement israélien de faire pression pour procéder à un échange de prisonniers afin de récupérer la dépouille de leur proche.

S’exprimant lors d’une conférence mercredi, le ministre de la Défense Benny Gantz a déclaré que la vidéo avait été publiée à des fins « d’extorsion sous couvert de motifs humanitaires ».

« Le Hamas détient depuis des années les quatre garçons, en violation du droit international et de la morale », a-t-il dit. « Le Hamas est responsable de cela, et nous attendons de la communauté internationale qu’elle prenne position contre ces agissements. Israël continue à agir pour obtenir leur libération. »

« C’est un problème humanitaire : le chantage et la ruse ne nous feront pas dévier de notre axe de conduite », a ajouté Gantz.

Échange de prisonniers

Le Hamas se dit prêt à procéder à un « échange urgent de prisonniers pour motifs humanitaires », c’est-à-dire libérer Hisham al-Sayed pour obtenir la libération de tous les Palestiniens malades incarcérés dans des prisons israéliennes, a indiqué mardi l’agence de presse Al-Mayadeen.

Al-Mayadeen, chaîne de télévision libanaise, est considérée comme proche des groupes terroristes du Hezbollah et du Hamas.

La demande du Hamas constituerait un changement dans l’approche habituelle du groupe terroriste islamiste en matière de négociation. Le Hamas a pour habitude d’exiger la libération de ses prisonniers sur la seule preuve de la vie de prisonniers israéliens. Or, le groupe terroriste aurait publié ces dernières images, mardi, sans rien exiger d’Israël, tout du moins publiquement.

Israël a de quoi hésiter face aux condition prêtées au Hamas pour la libération d’al-Sayed. La liste des Palestiniens malades comprend en effet de nombreux prisonniers incarcérés pour de graves infractions à la sécurité, parmi lesquels Nasser Abu Hmeid, cerveau des attaques terroristes de la deuxième Intifada, aujourd’hui atteint d’un cancer.

La Douzième chaîne estime à plusieurs dizaines le nombre des prisonniers palestiniens malades incarcérés dans des prisons israéliennes.

Avertissement d’Israël

Israël aurait fait savoir au Hamas, par divers canaux, qu’il tiendrait le groupe terroriste responsable si la santé des deux captifs détenus à Gaza venait à se détériorer.

Le message aurait été transmis après la publication par le Hamas des images d’al-Sayed, a indiqué la Douzième chaîne, sans citer de sources.

Une source israélienne anonyme a déclaré à la chaîne que « le Hamas est responsable du sort et de l’état de santé des Israéliens captifs. Israël sait qu’ils sont vivants et le Hamas sera tenu responsable de tout changement de leur état ».

Le correspondant de la chaîne pour les affaires palestiniennes, Ohad Hemo, estime que les images ont pu être diffusées à ce moment précis pour trois raisons. La première pourrait tenir à une dégradation de la santé d’al-Sayed, laissant au Hamas peu de temps pour demander un échange de prisonniers.

La deuxième pourrait tenir à la pression à laquelle le Hamas fait face, s’agissant des familles de prisonniers palestiniens, désireuses d’une plus grande implication de l’organisation pour obtenir la libération de leurs proches.

La troisième raison pourrait tenir à la fragilité de la situation politique en Israël, dont le Hamas pourrait tenter de tirer avantage, a expliqué Hemo.

La Douzième chaîne aurait eu connaissance d’informations relatives à une récente offre israélienne, proposant d’échanger des centaines de prisonniers palestiniens emprisonnés pour terrorisme – à l’exclusion des meurtres d’Israéliens – contre les dépouilles des soldats et les prisonniers du Hamas.

Le groupe terroriste aurait refusé la proposition, exigeant davantage en échange. Les pourparlers sont, depuis, au point mort.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...