Rechercher

Le Premier ministre reporte sa visite de la ville arabe d’Umm al-Fahm

Selon le parti Raam, l'annulation est due à la commémoration des violences de la 2e Intifada ; mais le porte-parole de Bennett et le président de Raam ont finalement démenti

Le Premier ministre Naftali Bennett dirige une réunion du cabinet au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 12 septembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le Premier ministre Naftali Bennett dirige une réunion du cabinet au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 12 septembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le Premier ministre Naftali Bennett a reporté jeudi soir un voyage prévu le lendemain matin dans la ville arabe israélienne d’Umm al-Fahm, le parti Raam de la coalition affirmant que cette décision était due à l’anniversaire des émeutes d’octobre 2000 au cours desquelles 13 manifestants arabes israéliens ont été tués dans des affrontements avec la police au début de la deuxième Intifada.

Bennett devait visiter le centre de vaccination Clalit dans la ville du nord à 10 heures ce vendredi, accompagné de Mansour Abbas, président de Raam, et d’Ayman Seif, agent de liaison du ministère de la Santé pour le secteur arabe.

Selon une déclaration en arabe publiée par Raam, Bennett a reporté son voyage en raison de « la proximité des événements commémoratifs des émeutes d’octobre ».

Mais dans un étrange développement, Abbas a ensuite publié sa propre déclaration en hébreu, réfutant les affirmations de son parti.

« Je tiens à préciser que la visite du Premier ministre, qui était prévue demain à Umm al-Fahm et qui a été reportée à une date ultérieure, avait pour but de promouvoir les vaccins dans la société arabe. »

« Le Premier ministre a décidé d’annuler sa visite après qu’il est devenu évident que cet objectif ne serait pas atteint. Toute tentative de lier la décision du Premier ministre à d’autres raisons est infondée et inappropriée à mon avis », a déclaré M. Abbas, rejetant l’affirmation de son propre parti selon laquelle l’annulation était liée à l’anniversaire des émeutes d’octobre 2000.

Un officier de police à cheval au milieu d’une foule arabe israélienne lors d’affrontements au début de la seconde Intifada, le 20 octobre 2000. (Crédit : Flash90)

« L’annonce publiée par Raam concernant le report de la visite exprime uniquement la position de [l’auteur] », a-t-il ajouté.

Si Abbas est le chef de Raam, le parti dispose également d’un conseil religieux indépendant qui adopte souvent des positions plus belliqueuses que celles de son chef.

En octobre 2000, alors que la deuxième Intifada palestinienne prenait de l’ampleur en Cisjordanie, les Arabes israéliens étaient descendus dans la rue pour protester contre la visite du chef de l’opposition de l’époque, Ariel Sharon, sur le mont du Temple – un geste qui avait provoqué la colère des musulmans palestiniens et israéliens et déclenché de graves violences.

Pendant plusieurs jours fatidiques, les Arabes israéliens ont organisé des émeutes qui se sont étendues à tout le pays. Treize personnes ont été tuées lors d’affrontements avec la police, notamment par des tirs réels – 12 Arabes israéliens et un Palestinien. Un Juif israélien a été tué après que sa voiture a été lapidée par des émeutiers arabes.

Une commission d’enquête officielle du gouvernement, mise en place un mois plus tard, a conclu que les tirs à balles réelles n’étaient pas justifiés, mais aucun officier israélien n’a été inculpé pour ces décès.

En réponse au report de la visite, le parti d’opposition du Likud a publié une déclaration condamnant Bennett pour cette décision « honteuse ».

Le nouveau Premier ministre israélien Naftali Bennett discute avec Mansour Abbas, chef du parti islamiste Raam, lors d’une session spéciale de vote pour le nouveau gouvernement à la Knesset, à Jérusalem, le 13 juin 2021. (Crédit : EMMANUEL DUNAND/AFP)

« Bennett agit sans limite pour le bien de sa survie politique qui dépend de Mansour Abbas », a déclaré le parti de Benjamin Netanyahu. « Annuler une visite à cause de la ‘mémoire des martyrs’ est une honte qui ne sera pas oubliée. »

Suite à ces critiques, le porte-parole de Bennett a publié une déclaration contredisant également l’affirmation de Raam selon laquelle la visite avait été annulée en raison de l’anniversaire d’octobre 2000.

« Le report de la visite du complexe de vaccination à Umm al-Fahm était dû aux manifestations attendues, ainsi qu’à des raisons de sécurité. Telle est la raison, et c’est tout », indique le communiqué.

En rejoignant la coalition lors de la formation du nouveau gouvernement en juin, Raam est devenu le premier parti arabe israélien à le faire depuis des décennies et le premier à être un élément crucial pour le maintien du gouvernement.

Le fait que le gouvernement actuel, composé d’un assortiment de partis de droite, de gauche et du centre, dépende du soutien de l’islamiste Raam, a été une ligne d’attaque clé pour le Likud et d’autres partis de droite dans l’opposition, qui affirment que Bennett est redevable d’un parti antisioniste, mettant en danger la sécurité d’Israël (et ignorant le fait que Netanyahu, lui aussi, a tenté de former un gouvernement dépendant de Raam avant d’être évincé du pouvoir).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...