Roumanie : Viorica Dancila rejette l’appel du président à sa démission
Rechercher

Roumanie : Viorica Dancila rejette l’appel du président à sa démission

La cheffe du gouvernement n'a « pas de raison » de démissionner après que Klaus Iohannis l'a accusée d'avoir caché une note secrète sur le transfert de sa mission à Jérusalem

Des militants brandissent les lettres du mot "Démission" en roumain, devant les quartiers généraux du gouvernement, à Bucarest, le 27 avril 2018, pour réclamer la démission du Premier ministre Viorica Dancila à cause de la polémique sur le transfert de l'ambassade de Roumanie à Jérusalem. (Crédit : AFP/ Daniel MIHAILESCU)
Des militants brandissent les lettres du mot "Démission" en roumain, devant les quartiers généraux du gouvernement, à Bucarest, le 27 avril 2018, pour réclamer la démission du Premier ministre Viorica Dancila à cause de la polémique sur le transfert de l'ambassade de Roumanie à Jérusalem. (Crédit : AFP/ Daniel MIHAILESCU)

La Premier ministre roumaine, Viorica Dancila, a rejeté vendredi « catégoriquement » les appels à la démission du président Klaus Iohannis lors d’une affaire déclenchée par le transfert éventuel de l’ambassade du pays en Israël à Jérusalem.

« Madame Dancila n’est pas à la hauteur du poste de Premier ministre de la Roumanie et, par conséquent, le gouvernement devient une responsabilité pour la Roumanie. C’est pourquoi j’appelle publiquement à la démission de Mme Dancila », a déclaré M. Iohannis dans une courte déclaration.
Iohannis a fait part d’un mémorandum secret adopté par le gouvernement la semaine dernière dans le but de déplacer l’ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem.

Il s’oppose au déménagement et dit qu’il n’en n’a pas été informé en amont.

« C’était une grosse erreur, car en politique étrangère, si nous parlons de documents secrets, le président aurait dû être consulté », a déclaré Iohannis.

Dancila, cependant, a déclaré qu’elle rejetait « catégoriquement » l’appel du président à sa démission et a dit à la télévision roumaine qu’il n’y avait « aucune raison ».

Elle a ajouté que le fait de la laisser quitter son poste « risque d’affaiblir la position internationale de la Roumanie ».

Le PM Netanyahu reçoit la Premier ministre roumain Viorica Dăncilăs à Jérusalem, le 26 avril 2018 (Haim Tzach / GPO)

Le clash sur l’ambassade est le dernier d’une série d’affrontements entre Iohannis, qui vient du centre-droit, et le gouvernement de gauche.

Lors d’une visite de deux jours en Israël cette semaine suite à l’annonce surprise concernant l’ambassade, Dancila a déclaré qu’à ce stade elle n’avait pas « le soutien de toutes les parties comme nous le souhaiterions » pour effectuer le déménagement.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a refusé de commenter les rapports.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...