Rechercher

Zelensky s’adressera dimanche aux Israéliens ; Ofer Cassif boycotte le discours

Le maire de Tel-Aviv, Ron Huldaï, a annoncé la diffusion du discours du président ukrainien sur un écran géant disposé place Habima, où des milliers de personnes sont attendues

Le Président Volodymyr Zelensky sur une photo tirée d'une vidéo publiée sur Facebook, fournie par le Bureau de presse présidentiel ukrainien, s'exprime à Kiev, en Ukraine, le 16 mars 2022. (Crédit : Bureau de presse présidentiel ukrainien via AP)
Le Président Volodymyr Zelensky sur une photo tirée d'une vidéo publiée sur Facebook, fournie par le Bureau de presse présidentiel ukrainien, s'exprime à Kiev, en Ukraine, le 16 mars 2022. (Crédit : Bureau de presse présidentiel ukrainien via AP)

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui a mis en avant son héritage juif dans sa quête de soutien contre l’invasion de son pays par la Russie, s’adresse dimanche par visioconférence à la Knesset, le Parlement d’Israël, pays qui tente une médiation entre Moscou et Kiev.

Au cours des derniers jours, le président Zelensky a multiplié les interventions par visioconférence s’adressant à des parlements étrangers afin de multiplier et renforcer les appuis à l’Ukraine face à l’invasion russe.

En Israël, son discours à la Knesset, prévu à 18H00 (16H00 GMT) selon un porte-parole du Parlement, est attendu par la classe politique et la population dans un pays qui compte plus d’un million de citoyens originaires de l’ex-URSS.

Devant l’hésitation du président de la Knesset, Mickey Levy, une partie des députés assistera à l’événement en ligne et un petit nombre d’entre eux se réunira dans une salle des commissions de la Knesset. La Knesset est en effet en période de vacances parlementaires jusqu’au 8 mai et des travaux sont en cours dans les chambres des députés et dans la salle plénière.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’adresse au Congrès américain par visio pour demander son soutien alors que son pays est assiégé par les forces russes, au Capitole américain, le 16 mars 2022, à Washington, DC. (Crédit : AP/J. Scott Applewhite, Billard)

D’ailleurs, le maire de Tel-Aviv, Ron Huldaï, a annoncé la diffusion du discours de M. Zelensky sur un écran géant disposé place Habima, dans le cœur de la métropole israélienne. Un porte-parole de la municipalité a déclaré au Times of Israël que des milliers de personnes étaient attendues à cette occasion.

Le Premier ministre Naftali Bennett écoutera le discours depuis son bureau officiel. Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid n’a, pour sa part, pas encore annoncé selon quelles modalités il écouterait l’intervention.

Les16 députés des groupes ‘haredi pourraient ne pas prendre part à l’événement Zoom en raison des funérailles du rabbin Chaim Kanievsky, leader du monde ultra-orthodoxe, organisées à Bnei Brak aujourd’hui.

Le député de la Liste arabe unie d’extrême gauche, Ofer Cassif, a déclaré qu’il boycotterait le discours du président ukrainien.

Le député de la Liste arabe unie Ofer Cassif à la Knesset, le 19 janvier 2022 (Capture d’écran)

« Il est triste que des gens de gauche se laissent abuser par la propagande et s’attendent à ce que mes amis et moi-même nous alignions sur les mensonges qui nous sont servis », a déclaré Cassif dans un tweet.

« Je ne prends pas parti dans des guerres inutiles qui nuisent à des civils innocents, renforcent ceux qui sont au pouvoir et enrichissent des seigneurs de guerre », a ajouté Cassif.

La Liste arabe unie, composée de partis majoritairement arabes de l’opposition, n’a pas encore annoncé si tout le parti prendrait part au boycott. Cassif, qui est Juif, est membre de Hadash, un parti communiste arabo-juif avec des liens historiques avec l’Union soviétique et la Russie.

La députée Aida Touma Sliman, également membre de Hadash, ne devrait pas non plus assister au discours. Le porte-parole du chef du parti Ayman Odeh n’a pas répondu à une demande de commentaire.

La décision de Cassif a suscité de nombreuses critiques, y compris de la part d’autres membres de gauche.

« Rien ne peut justifier le boycott du discours d’un dirigeant démocratiquement élu qui représente des personnes brutalement agressées par une puissance nucléaire totalitaire », a déclaré l’avocat de gauche, spécialiste des droits de l’homme, Michael Sfard.

L’Etat hébreu a adopté une position prudente après l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février, faisant valoir des liens privilégiés avec les deux pays, d’autant que les Etats-Unis, allié historique d’Israël, soutiennent l’Ukraine, et que la Russie, elle, dispose de soldats en Syrie, pays voisin de l’Etat hébreu.

Dans ce contexte, Bennett tente une médiation entre l’Ukraine et la Russie. M. Bennett s’est d’ailleurs rendu à Moscou pour rencontrer le président russe Vladimir Poutine, peu après le début de l’invasion de l’Ukraine, et a multiplié les entretiens téléphoniques avec M. Zelensky.

Montage photos du Premier ministre Naftali Bennett à gauche, le président ukrainien Volodymyr Zelensky au centre, et le président russe Vladimir Poutine à droite. (Crédit : AFP)

L’Etat hébreu doit par ailleurs déployer cette semaine une clinique médicale dans l’ouest de l’Ukraine, à la frontière de la Pologne, et a accueilli environ 10.000 Ukrainiens depuis le début de la crise.

La ministre israélienne de l’Intérieur, Ayelet Shaked, avait dans un premier temps adopté une ligne stricte face à l’afflux de réfugiés ukrainiens, avant de céder en partie sous la pression de l’opinion publique et des critiques croissantes au sein même du gouvernement.

La ministre avait suggéré l’imposition de quotas sur le nombre d’Ukrainiens pouvant entrer en Israël, puis que le gouvernement n’allait pas payer l’assurance santé de ces personnes ayant fui la guerre pour trouver refuge en Israël.

Dans sa quête d’équilibre entre l’Occident et la Russie, l’Etat hébreu n’a pas rejoint le train des sanctions occidentales à l’encontre de la Russie et d’oligarques jugés proches du président Poutine, dont certains ont aussi la nationalité israélienne à l’instar de Roman Abramovitch, propriétaire du club anglais de football de Chelsea.

Mais Israël a indiqué ne pas vouloir servir de « voie de contournement » de ces sanctions.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...