Le programme de conversion militaire menacé de fermeture faute de budget
Rechercher

Le programme de conversion militaire menacé de fermeture faute de budget

Environ 2 500 étudiants se convertissant au judaïsme - dont des soldats de l'armée israélienne - resteront dans le flou alors que Nativ devrait mettre un terme à ses activités

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, avec le chef de l'enseignement militaire de l'époque le général de brigade Eli Schermeister, à droite, et des participants du programme de conversion Nativ, le 15 décembre 2010 (Crédit :  Amos Ben-Gershom/GPO, File/Autorisation)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, avec le chef de l'enseignement militaire de l'époque le général de brigade Eli Schermeister, à droite, et des participants du programme de conversion Nativ, le 15 décembre 2010 (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO, File/Autorisation)

Le programme de conversion au judaïsme populaire au sein de l’armée israélienne devrait mettre un terme à ses activités vendredi en raison d’une pénurie budgétaire d’environ 20 millions de shekels, laissant 2500 étudiants – parmi lesquels un grand nombre de soldats – dans le flou.

Nativ est le seul système de conversion reconnu par l’Etat dans le pays à ne pas être contrôlé par le grand rabbinat. Ils sont des centaines de militaires, majoritairement des proches non-juifs d’immigrants juifs de l’Union soviétique, à entrer dans ce programme de conversion militaire chaque année et à s’être convertis à travers le tribunal rabbinique de l’armée israélienne.

Mais Nativ devrait cesser ses activités à la fin de la semaine, sous réserve d’un accord de dernière minute entre le bureau du Premier ministre et le trésor sur son financement.

Un porte-parole de Nativ a déclaré au Times of Israël que le programme, jeudi après-midi encore, n’avait pas fait l’objet d’un éventuel renflouement de la part du bureau du Premier ministre. Ce dernier n’a pas répondu à une demande de commentaires sur les négociations.

Dans un communiqué, le ministère des Finances a déclaré que le budget du programme relevait du bureau de Benjamin Netanyahu.

« Ces derniers jours, il est venu à notre attention qu’un problème budgétaire pouvait se poser pour la fin de l’année en raison des activités croissantes du système de conversion sous son mode de fonctionnement actuel », a fait savoir le Trésor.

« Avec le bureau du Premier ministre, nous examinons actuellement les solutions possibles », a-t-il ajouté.

Le programme Nativ a fait savoir que les soldats de l’armée israéliennes qui y participent ne pourront rester davantage dans ses structures dès vendredi.

Dans une lettre envoyée au bureau du Premier ministre, mercredi, le programme de conversion dirigé par l’armée a averti de sa fin imminente, de la dispersion de ses 2500 élèves et de la mise au chômage d’environ 180 enseignants à partir du 1er juin.

Une querelle budgétaire similaire entre Nativ, le bureau du Premier ministre et le ministère des Finances avait manqué mettre un terme au programme en 2015, même si elle avait été finalement résolue.

Le député de Yesh Atid Elazar Stern — l’un des fondateurs du programme durant sa carrière militaire – a exprimé l’espoir que le gouvernement interviendrait pour renflouer « l’un des projets les plus importants pour l’armée israélienne en tant qu’armée au service du peuple ».

Elazar Stern (photo credit: Kobi Gideon/Flash90)
Elazar Stern, ancien général de l’armée israélienne et député de Yesh Atid. (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)

Stern a expliqué qu’il était « très troublé d’entendre que le programme, à travers lequel 10 000 jeunes se sont convertis, va fermer. En tant que pierre d’achoppement de la conversion en Israël, le système Nativ s’est fréquemment avéré plus efficace que le système de conversion d’Etat ».

Aliza Lavie, députée de Yesh Atid, a envoyé un courrier au cabinet mercredi soir, implorant le Premier ministre d’intervenir.

« Si le gouvernement ne parvenait pas à trouver une somme si modeste pour la continuation des activités de Nativ, ce serait un déshonneur qui refléterait un ensemble de priorités qui a été complètement faussé », a-t-elle dit dans un communiqué.

Elle a ajouté que le secrétaire du cabinet l’avait informée que le dossier était en cours et « j’espère que le Premier ministre reprendra ses esprits et qu’il transférera immédiatement le budget pour cette entreprise importante ».

Les premiers cours du programme Nativ avaient eu lieu en 2001.

Tamar Pileggi et l’équipe du Times of Israel ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...