Rechercher

Le vaccin Pfizer chez la femme enceinte sans danger pour le fœtus – étude israélienne

Examinant des milliers de cas de femmes vivant diverses grossesses à risque, la recherche a démontré qu'il n'y avait pas de différence entre les vaccinées et les non-vaccinées

Une femme enceinte se fait vacciner contre la COVID-19 au centre commercial de   Givatayim, aux abords de Tel Aviv, le 23 août 2021. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Une femme enceinte se fait vacciner contre la COVID-19 au centre commercial de Givatayim, aux abords de Tel Aviv, le 23 août 2021. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Les vaccins contre le coronavirus de Pfizer sont totalement sûrs pour le fœtus et ils n’ont aucune conséquence néfaste pour les bébés à leur naissance, affirme une étude israélienne qui a été publiée jeudi.

L’étude a examiné 17 000 femmes enceintes qui ont été vaccinées ainsi que 7 000 qui n’ont pas été immunisées entre les mois de mars et d’octobre 2021, utilisant des données qui ont été fournies par la caisse d’assurance-santé Maccabi, la plus grande caisse d’assurance-santé en Israël.

Les chercheurs se sont penchés sur d’éventuelles naissances prématurées, hospitalisations, malformation ou cas de mortalité infantiles et n’ont constaté aucune différence significative entre les deux groupes.

La mortalité infantile est restée de 0,1 % dans les deux cas. Les accouchements prématurés ont représenté 4,2 % des naissances chez les mères vaccinées contre 4,8 % chez les mères non-immunisées. Concernant les malformations à la naissance, elles ont compté pour 1,5 % du côté des mères vaccinées et pour 4,8% chez les mères non-vaccinées. Les cas d’hospitalisation des nouveau-nés se sont élevés à 5,1% du côté des mères vaccinées et de 5,3% du côté des mères non-vaccinées.

L’étude a montré que ces chiffres étaient les mêmes pour 2 000 bébés dont les mères ont été vaccinées pendant le premier trimestre de leur grossesse – la période considérée comme la plus délicate pour le fœtus.

L’étude a été publiée dans le journal médical à comité de lecture JAMA Pediatrics.

Les personnels médicaux reçoivent une 4è dose du vaccin Moderna contre la COVID-19 au Centre médical Sheba, le 5 janvier 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Les essais cliniques initiaux pour le vaccin Pfizer-BioNTech ne portaient pas sur femmes allaitantes. Malgré le manque de données, le ministère de la Santé israélien avait recommandé, l’année dernière, que les femmes enceintes se fassent vacciner contre le coronavirus après un certain nombre de cas graves de la COVID-19 enregistrés chez les femmes enceintes. Cette initiative avait a été suivie par de nombreux pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...