Israël en guerre - Jour 251

Rechercher

Législatives : Yaël Braun-Pivet candidate à sa réélection

"Il y avait un autre chemin, qui était le chemin d'une coalition, d'un pacte de gouvernement", a-t-elle estimé sur France 2 au lendemain de l’annonce de dissolution

La présidente de l'Assemblée nationale française, Yaël Braun-Pivet, assistant au débat sur l'examen de la proposition de loi du groupe parlementaire de centre-droit Libertés, Indépendants, Outre-mer et Escritoires (LIOT) sur l'abrogation de la réforme des retraites portant l'âge de départ à la retraite à 64 ans, à l'Assemblée nationale à Paris, le 8 juin 2023. (Crédit : Ludovic Marin/AFP)
La présidente de l'Assemblée nationale française, Yaël Braun-Pivet, assistant au débat sur l'examen de la proposition de loi du groupe parlementaire de centre-droit Libertés, Indépendants, Outre-mer et Escritoires (LIOT) sur l'abrogation de la réforme des retraites portant l'âge de départ à la retraite à 64 ans, à l'Assemblée nationale à Paris, le 8 juin 2023. (Crédit : Ludovic Marin/AFP)

La présidente sortante de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet a annoncé mardi qu’elle retournerait en campagne pour les législatives anticipées, a appris l’AFP auprès de son entourage.

Braun-Pivet, 53 ans, et élue dans la cinquième circonscription des Yvelines, a annoncé sa décision lors d’une réunion du groupe Renaissance mardi à l’Assemblée nationale.

L’ancienne avocate pénaliste a adhéré à En Marche en 2016, après avoir « toujours voté PS ». Elle avait ensuite rapidement grimpé des échelons, se faisant élire députée en 2017 et dans la foulée présidente de la commission des Lois.

En 2022, elle accède après seulement cinq ans de mandat à la présidence de l’Assemblée, après un passage d’un mois au ministère des Outre-Mer. Une présidence durant laquelle elle s’est attachée à incarner une forme d’indépendance envers l’exécutif, mais aussi marquée par de vives passes d’armes avec la gauche, notamment sur son « soutien inconditionnel » à Israël exprimé le 10 octobre, trois jours après l’assaut barbare et sadique du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre.

La présidente de l’Assemblée avait laissé planer le doute sur sa décision de se représenter après la dissolution décrétée par Emmanuel Macron dimanche, en réaction aux mauvais résultats aux élections européennes du camp présidentiel très largement devancé par le Rassemblement national.

« Il y avait un autre chemin, qui était le chemin d’une coalition, d’un pacte de gouvernement », a-t-elle estimé sur France 2 au lendemain de l’annonce de dissolution.

Elle s’est également dite favorable à des « accords », des « coalitions les plus larges possibles », estimant qu’on a « besoin de coopérer avec le Sénat, avec le président du Sénat, avec les LR et coopérer également avec les socialistes, les écologistes ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.