L’envoyé israélien aux USA sera honoré par un groupe de réflexion accusé d’islamophobie
Rechercher

L’envoyé israélien aux USA sera honoré par un groupe de réflexion accusé d’islamophobie

Ron Dermer a été critiqué par des organisations de défense des droits civiques pour avoir accepté de recevoir une distinction du Centre de Politique de Sécurité

Ron Dermer, ambassadeur d'Israël auprès des Etats-Unis. (Crédit : Ron Sachs)
Ron Dermer, ambassadeur d'Israël auprès des Etats-Unis. (Crédit : Ron Sachs)

L’ambassadeur israélien aux État-Unis, Ron Dermer, a essuyé des critiques pour avoir accepté une récompense d’un groupe de réflexion qui manifeste ouvertement ses positions anti-islamiques et qui participe à des théories du complot.

Dermer sera l’invité d’honneur au Centre de Politique de Sécurité, avec le président de l’Organisation Sioniste des États-Unis, Morton Klein, au dîner annuel Freedom Flame, qui aura lieu le 13 décembre.

Le Southern Poverty Law Center, organisation de défense des droits civiques a décrit le Centre de Politique de Sécurité comme une organe faisant la promotion des théories du complot.

« Au cours des dernières années, le CSP est passé d’un groupe de réflexion va-t-en guerre à un promoteur de théories du complot infondées et d’accusations injustifiées », peut-on lire dans son Guide Pratique des extrémistes anti-musulmans.

Le SPLC soutient qu’en acceptant cette distinction, Dermer légitime cette organisation de droite et que sa présence « pourrait être interprétée comme un soutien à la haine anti-musulmane par le gouvernement israélien. »

La Ligue Anti-Diffamation (ADL) a également critiqué le Centre de Politique de Sécurité de promouvoir des théories du complot anti-islamiques.

Frank Gaffney, fondateur et président du Centre, était un fonctionnaire haut placé au Pentagone dans l’administration de Reagan. Il a fait sienne la mission, dit-il, d’exposer l’islamisme rampant dans l’establishment américain. Il entretient également des rapports avec des groupes et sites internet conservateurs pro-Israël.

En décembre, le candidat républicain Donald Trump avait évoqué un sondage mené par le Centre auprès des musulmans. Le sondage montrait que « 25 % des sondés approuvent le fait que la violence à l’encontre des américains ici, aux États-Unis fait partie du jihad, et 51 % des sondés sont d’accord avec le fait que les musulmans américains doivent avoir la possibilité de suivre les lois de la charia ». Politifact a qualifié cette affirmation de « majoritairement fausse. »

En réponse à ces critiques, l’ambassade israélienne à Washington a déclaré mercredi que « l’ambassadeur Dermer pense qu’Israël est un avant-poste de la démocratie et de la liberté dans un Moyen-Orient qui rejette ces deux valurs. Il est donc honoré de recevoir la distinction du « Freedom Flame Award », distinction qui a été accordée par le passé à Margaret Thatcher et à l’ancien représentant permanent des USA à l’ONU, Jeane Kirkpatrick. L’ambassadeur apprécie grandement le soutien infaillible du Centre de Politique de Sécurité à un Israël fort et en sécurité. »

L’ambassade a démenti les positions anti-islamiques de Dermer, citant un discours qu’il avait prononcé en novembre dernier à l’Organisation Sioniste des USA, dans lequel il avait déclaré : « L’ennemi que nous combattons à un nom. Il s’appelle l’Islam militant. Pas les militants. Pas l’islam. L’islam militant. »

Le communiqué de l’ambassade a également déclaré que Dermer « n’a pas connaissance des positions anti-islamiques du Centre de Politique de Sécurité, et n’apporterait jamais son soutien à de telles positions. »

De plus, le communiqué précise qu’accepter « cette distinction ne signifie pas que l’Ambassadeur soit en accord avec tous les points de vue exprimés par les individus qui composent le Centre, comme pour toutes les autres organisations ».

J Street a appelé Dermer à décliner cette distinction du groupe décrit comme « une organisation qui exploite une islamophobie répugnante ». Dans un communiqué, J Street a déclaré : « Nous appelons l’Ambassadeur à décliner cette distinction et à condamner les activités dangereuses et les positions du CSP et de son fondateur, Frank Gaffney ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...