Les bébés nés de mères vaccinées ont des anticorps contre la Covid – étude
Rechercher

Les bébés nés de mères vaccinées ont des anticorps contre la Covid – étude

Des médecins de Hadassah ont examiné le sang ombilical de quarante bébés et les résultats suggèrent qu'ils disposent d'une certaine immunité au coronavirus

Un bébé, né pendant la pandémie, avec sa mère (Crédit : vlada_maestro via iStock by Getty Images)
Un bébé, né pendant la pandémie, avec sa mère (Crédit : vlada_maestro via iStock by Getty Images)

Des médecins israéliens ont trouvé que lorsque des femmes se font vacciner contre la Covid-19 pendant leur grossesse, leurs bébés naissent avec des anticorps.

Une équipe à l’hôpital Hadassah à Jérusalem a examiné du sang prélevé sur le cordon ombilical de quarante nouveaux-nés, qui est identique à celui du bébé et ont constaté qu’ils avaient des anticorps en quantité importante, tout comme leurs mères qui avaient reçu une dose du vaccin développé par les laboratoires Pfizer/BionNtech.

Les chercheurs, qui ont mené ce qui semble être l’étude la plus aboutie sur le sujet, pensent que cette découverte conforte l’appel des autorités sanitaires encourageant les femmes enceintes à se faire vacciner contre le coronavirus. Et comme le monde entier se tourne constamment vers Israël pour obtenir de nouvelles données sur l’impact des vaccins, cette découverte devrait avoir une forte résonance à l’échelle internationale.

« Il s’agit d’une découverte importante et rassurante, qui suggère que les mères vaccinées transmettent la protection du COVID-19 à leurs bébés avant leur naissance », a déclaré le professeur Dana Wolf, chef du département de virologie d’Hadassah, au Times of Israël.

Une professionnelle de la santé administre une dose du vaccin Covid-19 de Pfizer-BioNtech à une femme enceinte aux services de santé Clalit, à Tel Aviv, le 23 janvier 2021. (AFP)

« Cela souligne l’importance de vacciner les femmes enceintes, et les avantages de le faire ».

Les bébés participant à l’étude sont nés de mères d’âges différents, qui avaient toutes reçu leur deuxième injection de vaccin au moins une semaine avant l’accouchement.

Wolf a fait remarquer qu’à l’origine, les autorités sanitaires ne recommandaient pas aux femmes enceintes de se faire vacciner, mais que récemment, le Center for Disease Control and Prevention, l’Organisation mondiale de la santé, le ministère israélien de la Santé et d’autres organismes ont soutenu la vaccination des femmes enceintes. Elle a déclaré que son étude venait étayer cette décision.

Des résultats partiels de la recherche – couvrant la moitié des bébés examinés – ont été mis en ligne dans une version préliminaire de l’étude, qui n’a pas encore été examinée par des pairs. Ces résultats font suite à une autre étude israélienne qui suggère que les mères vaccinées transmettent des anticorps à leurs nouveau-nés par le lait maternel.

Prof. Dana Wolf, chef du département de virologie du centre médical Hadassah (Crédit : Hadassah)

« Dans notre étude, nous avons trouvé des anticorps d’immunoglobuline G qui sont actifs contre la protéine spike du SRAS-CoV-2, ce qui bloque essentiellement l’entrée du virus dans les cellules. Ces résultats font suite à des recherches qui suggèrent que le lait contient un autre type d’anticorps, l’immunoglobuline A », a déclaré Mme Wolf.

Elle précise que la recherche n’a pas établi avec certitude que les anticorps offrent une protection contre l’infection, mais elle en est convaincue. Elle note qu’il n’existe aucune information sur la durée de conservation des anticorps par les bébés, ni sur la protection qu’ils peuvent apporter.

Wolf a mené ses recherches avec des collègues du département d’obstétrique et de gynécologie d’Hadassah, dont Amihai Rottenstreich et Shay Potrat.

« Notre méthodologie a consisté à suivre les femmes vaccinées admises à l’accouchement à partir de février, et si elles sont d’accord, au moment de l’accouchement, nous examinons le sang maternel et le sang du cordon ombilical qui est le même que le sang du fœtus.

« L’examen du sang nous a permis de constater que les femmes vaccinées, qui ont toutes reçu les deux injections au cours du troisième trimestre, présentaient des taux d’anticorps très élevés et, surtout, qu’il y avait un transfert efficace des anticorps de la mère au fœtus via le placenta. »

« La conclusion est que les anticorps sont effectivement transmis aux nouveau-nés et nous pensons que cela signifie que la protection contre le coronavirus est transmise. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...