Les cerfs-volants incendiaires de Gaza ne feront pas partir les habitants du sud
Rechercher

Les cerfs-volants incendiaires de Gaza ne feront pas partir les habitants du sud

Les incendies causés par les attaques aériennes étant devenus quotidiens, beaucoup sont consternés par l'incapacité du gouvernement à combattre efficacement la menace

Un pompier éteint un incendie à la frontière israélienne avec Gaza, le 11 juin 2018. (Sam Sokol)
Un pompier éteint un incendie à la frontière israélienne avec Gaza, le 11 juin 2018. (Sam Sokol)

NAHAL OZ, Israël (JTA) – Dani Ben David utilise sa radio et passe de celle-ci à son téléphone portable alors qu’il traverse la forêt de Beeri, une réserve naturelle située à la frontière d’Israël et de la bande de Gaza contrôlée par le Hamas.

Alors que sa Jeep fait des bonds sur la route de terre, il passe rapidement et calmement d’une conversation à l’autre, coordonnant les efforts pour éteindre les multiples incendies qui ont éclaté sur son territoire.

En tant que directeur régional du Néguev occidental pour le Keren Kayemeth LeIsrael-Jewish National Fund (JNF-KKL), Ben David est responsable de l’entretien des dizaines de milliers d’hectares de forêt que les Palestiniens incendient ou cherchent à incendier – de mêm que les terres agricoles environnantes.

Depuis avril, plus de 450 incendies en plein air ont été déclenchés le long de la région frontalière par des cerfs-volants et des ballons transportant des matériaux incendiaires lancés depuis Gaza. Volant aveuglément au-dessus des kibboutzim, ils ont transformé de grandes étendues de ce qui était autrefois une oasis de verdure en un paysage calciné dans un sud sec et poussiéreux.

Beaucoup de ces cerfs-volants ont atterri dans les champs de blé des agriculteurs, causant des millions de shekels de dégâts au secteur agricole local ainsi que dans les vastes réserves naturelles de la région.

« Regardez par là », dit Ben David, en montrant une colonne de fumée au loin. Son doigt balaie l’horizon, notant l’emplacement de plusieurs autres incendies au loin. « Nous voyons trois, quatre, cinq foyers. Il y a huit incendies maintenant. »

« C’est comme ça tous les jours », poursuit-il, décrivant comment plus de 4 000 dunams, soit près de 400 hectares, sont déjà partis en fumée au cours des deux derniers mois. « Ça fait de gros dégâts à la forêt, aux plantes et aux animaux. Tout ici est brûlé. Nous ne voyons pas vraiment de solution, que ce soit de la part du gouvernement ou de l’armée, contre ce terrorisme par cerf-volant. »

Ben David indique que le KKL-JNF emploie 12-13 pompiers privés qui sont responsables de la forêt, un renfort de volontaires des localités voisines aux services d’incendie et de sauvetage d’Israël surchargés.

« Si nous en avions 10 de plus, ce serait bien, mais nous ne les avons pas », explique-t-il. « Nous faisons ce que nous pouvons. Vous éteignez un incendie et vous passez au suivant. »

Sur un autre site à proximité, un tracteur éteint des flammes en roulant dessus, suivi d’un homme portant un tuyau d’arrosage attaché à un petit réservoir d’eau sur son dos. C’est la sirène qui retentit, un camion de pompier s’arrête et un pompier de service régulier sort et commence à arroser un groupe d’arbres en flammes.

En moins d’une heure, Ben David se rend sur les lieux de plus de cinq incendies, dont l’un se propage le long d’une petite route à une seule voie, obscurcissant complètement la visibilité.

« À la fin de la journée, nous réussissons à tout éteindre », explique-t-il, mais en ajoutant que cela aiderait s’il avait accès à des avions de lutte contre les incendies. Ben David explique qu’il est interdit à ces avions de prendre part à la lutte en raison de la proximité de la frontière de Gaza.

« Ces cerfs-volants ne sont pas des jouets, ce sont des armes », dit-il. « Quand Tsahal ou le gouvernement comprendront ça, j’espère qu’ils feront quelque chose. »

Rafi Babiyan, agent de sécurité du Conseil régional de Sdot Negev, tenant un cerf-volant et un engin incendiaire qui a atterri dans les champs israéliens près de la frontière de Gaza, le 11 juin 2018. (Sam Sokol)

Dans la ville voisine de Nahal Oz, Yael Lachyani marche en soulignant les ravages causés aux terres agricoles de son kibboutz. Elle montre du doigt une petite parcelle de terre brûlée sur laquelle de petites pousses commencent déjà à germer. Lachyani, porte-parole du collectif agricole, dit que lors du festival de Shavuot chaque année, une petite cérémonie est organisée ici pour les enfants de la communauté, mais cette année elle a été incendiée quelques heures seulement avant le rassemblement.

« Nous avons éteint le feu et maintenu la cérémonie de toute façon. Nous sommes fiers de ne pas les avoir laissés détruire nos vacances », dit-elle, notant que 600 dounams, soit près de 60 hectares, ont déjà pris feu.

« Nous essayons d’être optimistes. Tout est une question de résilience », dit Mme Lachyani. « Nous ne nous plaignons pas. On ne les laisse pas diriger nos vies. Ils brûlent et nous plantons. Notre moral est élevé. Il y a quelque chose dans la tragédie qui vous relie davantage aux gens avec qui vous vivez. »

Tout en reconnaissant que les dommages n’ont été causés qu’à la végétation, elle dit que ce n’est qu’une question de temps avant que quelqu’un soit blessé dans la communauté de moins de 500 résidents à côté de la clôture de la frontière. ‘armée israélienne et le gouvernement n’ont pas réagi aux incendies de la même manière qu’ils agissent à la suite d’une attaque à la roquette, dit-elle, et cela « envoie un message » au Hamas.

Lachyani dit que malgré les attaques à la roquette et les incendies, Nahal Oz prospère, avec une résidence à pleine capacité, en partie à cause du « nouveau sionisme séculier de vivre là où c’est nécessaire et là où c’est significatif ». Mais si la communauté s’est agrandie depuis la dernière crise avec le Hamas en 2014, cela ne veut pas dire que les habitants sont totalement optimistes quant à la situation.

« Nous vivons sous les flammes… pour le moment », dit-elle, se plaignant du sentiment que « tout le monde s’en fout ». Citant la déclaration du ministre de la Coopération régionale Tzachi Hanegbi selon laquelle il n’était « pas ému par le terrorisme par cerfs-volants » – c’est-à-dire que les gens ne devraient pas réagir de manière excessive à ce qu’il appelle un ennemi « pitoyable » – Lachyani affirme que le « gouvernement ne fait rien ».

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman s’est engagé à riposter aux cerfs-volants « le moment venu ». L’armée teste deux types de drones à utiliser contre les cerfs-volants dans le cadre d’une réponse globale, qui comprend la coopération avec les forces de lutte contre les incendies et l’activité des forces de combat sur le terrain », a déclaré un porte-parole de Tsahal à JTA.

Raymond Reijnen, qui a quitté les Pays-Bas pour Israël quelques semaines avant que les pyromanes ne commencent à faire voler des cerfs-volants incendiaires au-dessus de la frontière de Gaza, s’est joint à l’équipe de lutte contre les incendies de son kibboutz, Nahal Oz. (Sam Sokol)

Selon le porte-parole de la police Micky Rosenfeld, les experts en déminage ont répondu non seulement aux cerfs-volants traînant des chiffons imbibés d’alcool, mais aussi aux engins explosifs, « ce qui constitue une menace beaucoup plus grave pour les soldats et les civils ».

« Chaque jour, nous avons au moins 30 pompiers avec 10 voitures de pompiers pour s’occuper uniquement des incendies près de la clôture », dit Yoram Levy, porte-parole des services d’incendie et de sauvetage d’Israël.

« Pour répondre rapidement, nous avons ouvert cinq antennes provisoires dans les kibboutzim. Nous avons une unité de volontaires à Kfar Aza avec un camion de pompier et de l’équipement, et nous sommes sur le point d’établir deux autres unités. Lorsque nous recevons des renseignements indiquant qu’il pourrait y avoir des manifestations de masse[comme vendredi dernier], nous renforçons notre personnel en conséquence ».

Levy dit que le service d’incendie a utilisé des avions à deux reprises, près du kibboutz Or Haner et du kibboutz Karmia, après avoir reçu l’autorisation de l’armée de l’air israélienne.

Un habitant de Nahal Oz voit dans ces attaques l’occasion de redonner quelque chose en retour. Quelques semaines seulement avant le début des incendies, Raymond Reijnen a immigré au kibboutz avec sa famille de Rotterdam, aux Pays-Bas. Reijnen, un ancien pompier, un grand blond aux bras tatoués, ne voyait pas d’avenir en Europe et a décidé de faire son alyah pour que ses enfants puissent grandir dans un Etat juif.

Affecté à la laiterie du kibboutz, où il s’occupe des vaches, Reijnen s’est lancé dans le travail agricole et l’apprentissage de l’hébreu. Des équipes de pompiers de partout au pays ont convergé vers le sud, prenant des postes de quart de travail avant de retourner dans leur ville respective.

Néanmoins, chaque kibboutz a sa propre équipe de volontaires et Reijnen a immédiatement rejoint celle de Nahal Oz.

Il dit qu’il se sentait bien qu’il pouvait « donner quelque chose en retour au kibboutz avec mes compétences de pompier. Je peux les rembourser pour tout ce qu’ils font pour moi ici. J’étais un peu inutile pour le kibboutz et je ne m’y étais pas habitué. »

Le kibboutz Saad, situé à 5 km de là, a dû faire face à beaucoup moins d’incendies que Nahal Oz, et les champs qui ont brûlé avaient déjà été récoltés, dit Buki Bart, un membre de l’administration du kibboutz.

Tout en exprimant sa frustration, Bart dit qu’il comprend que « tout le monde fait de son mieux » et que les dommages jusqu’à présent sont suffisamment mineurs pour qu’il ne se sente pas obligé de signaler chaque petit incendie aux membres du kibboutz. Les résidents sont sous le feu depuis des années, dit-il, surtout au cours des trois dernières guerres à Gaza.

Selon Adi Meiri, porte-parole du Conseil régional de Shaar Hanegev, dont le territoire comprend Sderot, l’extinction des incendies n’est pas la seule lutte pour les habitants de la région. Alors que l’État s’est engagé à indemniser les agriculteurs qui ont perdu leurs récoltes, les représentants locaux ont également fait pression pour obtenir des compensations supplémentaires pour ceux qui sont obligés de récolter tôt, perdant une partie de la valeur de leurs produits, ainsi que pour ceux qui ont perdu du matériel agricole.

En plus de l’aspect financier, Meiri dit que les incendies constants ont causé du stress aux résidents, en particulier aux enfants, dont beaucoup reçoivent de l’aide psychologique dans un « centre de résilience » local. Elle décrit comment elle s’est donnée beaucoup de mal pour protéger ses propres enfants de la réalité des deux derniers mois.

Reprenant le thème de Meiri, le chef du conseil Alon Schuster a déclaré à JTA qu’il est important que Tsahal, en attaquant des cibles dans la bande de Gaza, annonce que les frappes sont en partie en représailles pour les cerfs-volants. Il dit qu’il est important pour la résilience psychologique interne de nos résidents.

Les autorités ont été quelque peu lentes à « assimiler, à intégrer la réalité » de ce qui se passe, dit Schuster.

« Ils se concentrent maintenant sur la menace que des centaines de milliers de Palestiniens entrent en Israël pour saboter ou kidnapper des gens, et ils sous-estiment la menace des incendies », dit-il.

Alors que de nombreux résidents ont appelé à une augmentation des frappes contre le Hamas, d’autres pensent que seule une amélioration des conditions à Gaza apportera la paix véritable.

« Nous avons été relativement chanceux », dit Adele Raemer de Nirim. « Cela fait mal de voir la terre ravagée par les incendies – la même terre que ceux qui font cela prétendent aimer, prétendre être la leur ».

« J’espère entendre que le gouvernement prendra aujourd’hui des décisions qui atténueront les conditions impossibles à Gaza et permettront aux Gazaouis d’avoir un peu d’espoir. « Les gens qui n’ont pas de raison de vivre n’ont que des raisons de mourir. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...