Rechercher

Les chercheurs trouvent une preuve de la consommation sociale de la bière à Tel Tsaf

Les archéologues disent que cette découverte dans la vallée du Jourdain est le premier exemple connu de consommation sociale d'alcool dans le Moyen-Orient de l'antiquité

Une vue du site archéologique de Tel Tsaf dans la Vallée du Jourdain. (Autorisation : Université de Haïfa)
Une vue du site archéologique de Tel Tsaf dans la Vallée du Jourdain. (Autorisation : Université de Haïfa)

Les chercheurs israéliens disent avoir découvert la toute première preuve d’une consommation sociale de la bière dans les communautés antiques du Moyen-Orient, après avoir trouvé des restes de vieux grains de céréale utilisés pour produire de l’alcool dans une ville vieille de 7 000 ans.

La bière est connue pour avoir été utilisée, dans les temps anciens, à des fins cérémoniales et religieuses, mais la trouvaille semble être l’indication de la consommation sociale de la bière au Levant avant que l’alcool n’apparaisse plus largement à l’âge de Bronze (aux environs de l’an 3 300 avant l’ère commune).

Dans l’étude, les archéologues de l’université de Haïfa disent avoir découvert des résidus d’amidon issu de grains de blé et d’orge à Tel Tsaf, dans le centre de la vallée du Jourdain. Cette ville remonte à l’ère Chalcolithique, à partir de l’an 5 000 avant l’ère commune à peu près.

Examiné au microscope, l’amidon montrait des signes de fermentation, ce qui laisse penser qu’il a été utilisé dans la production d’alcool.

Danny Rosenberg, professeur au sein de l’université, explique que cette preuve de production de bière « rejoint les éléments que nous avions d’ores et déjà découverts indiquant Tel Tsaf était une ville prospère – des preuves qui se trouvent dans l’accumulation, là-bas et en très grande quantité, de produits agricoles et, en particulier, de céréales ».

Il ajoute que « nous pouvons imaginer que la communauté en développement de Tel Tsaf organisait d’importants événements où des produits alimentaires et de la bière étaient consommés dans un contexte social, et pas seulement cérémonial ».

Une étude antérieure datant de 2014 dans laquelle Rosenberg avait été également impliqué avait permis de trouver des éléments de preuve d’une production de bière sur un site d’inhumation du mont Carmel, ancien de 14 000 ans. Mais dans ce cas précis, il avait semblé que la bière n’était utilisée que lors des rituels accompagnant les funérailles.

Rosenberg déclare qu’au-delà des deux découvertes de 2014 et de 2021, il n’y a eu que de rares éléments laissant penser que la bière était consommée dans la région avant l’âge de Bronze.

Tel Tsaf est un site particulièrement intéressant, selon Rosenberg, parce que c’est l’une des seules communautés connues de la région datant du Chalcolithique, une période de transition pendant laquelle les sociétés agricoles qui vivaient dans des petites communautés se sont transformées en sociétés qui ont construit de plus grandes villes.

Des résidus au microscope montrent une fermentation de grains de céréales de l’antiquité. (Autorisation : Université de Haïfa)

Il souligne que la production et la consommation de bière avaient été probablement continues depuis le Natoufien, mais que des preuves sont difficiles à trouver en raison de la décomposition organique au fil du temps.

« Il est impossible de dire pour le moment si la bière dont nous avons trouvé des restes à Tel Tsaf était produite de manière régulière ou seulement à l’occasion des événements sociaux majeurs », note Rosenberg.

« Nous espérons que dans un avenir proche – quand nous pourrons isoler d’autres éléments qui permettront de prouver que de la bière a été produite sur le site et ailleurs – nous serons en mesure de mieux comprendre le rôle tenu par l’alcool dans les sociétés antiques et, en particulier, dans celles qui – comme à Tel Tsaf – étaient sur le point de connaître des changements significatifs dans la structure sociale qui devait devenir de plus en plus complexe », poursuit-il.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...