Les députés latinos-américains et caribéens signent une résolution pro-Israël
Rechercher

Les députés latinos-américains et caribéens signent une résolution pro-Israël

Les signataires de 13 pays 'ont déclaré sans équivoque' leur soutien à l'Etat juif et leur opposition au mouvement BDS

Un Palestinien passe à côté d'une affiche prônant le boycott d'Israël dans la ville de Bethléem en Cisjordanie le 11 février 2015 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Un Palestinien passe à côté d'une affiche prônant le boycott d'Israël dans la ville de Bethléem en Cisjordanie le 11 février 2015 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Les législateurs de 13 pays d’Amérique latine et des Caraïbes ont signé une résolution pour encourager leurs gouvernements à redoubler d’efforts pour renforcer les liens avec Israël et condamner le Boycott, Désinvestissement et Sanctions, ou le mouvement BDS.

Les législateurs se sont réunis la semaine dernière à Miami pour le deuxième sommet annuel d’Amérique latine sur Israël du Israel Allies Foundation’s, a signalé The Jerusalem Post. La fondation travaille avec les Parlements du monde entier pour mobiliser un soutien politique en faveur d’Israël fondé sur des valeurs judéo-chrétiennes.

Les signataires « déclarent sans équivoque et personnellement, notre soutien pour que le peuple juif puisse vivre en paix, pour la sécurité et la sécurité dans la Terre d’Israël, » peut-on lire dans la résolution en langue espagnole. « Les relations solides entre l’hémisphère occidental et Israël sont cruciales pour la propagation de la liberté, la démocratie et la justice dans le monde entier ».

« Les boycotts et les sanctions contre l’Etat d’Israël et ses produits contribuent à une attitude antisémite inspirée par l’antisémitisme et l’opposition à l’Etat juif. Ils sont préjudiciables à une résolution pacifique du conflit israélo-arabe et doivent être rejetés par tous les acteurs qui cherchent la paix ».

Le document a également déclaré que les pays du Moyen-Orient qui possèdent les armes nucléaires constituent une menace pour Israël et le monde.

Le membre de la Knesset israélienne, Michael Oren, un intervenant lors de l’événement, a déclaré qu’Israël devrait se lier avec les pays d’Amérique latine comme il le fait avec les superpuissances.

« L’Amérique du Sud est un continent énorme avec une influence économique et diplomatique », a-t-il déclaré au Jerusalem Post.

Le législateur vénézuélien, Julio Borges, le chef de l’opposition politique à l’Assemblée nationale vénézuélienne, a déclaré qu’il était regrettable que, dans la dernière décennie, le soutien de son pays pour Israël ait diminué.

« Il est essentiel que nous inversions la tendance et que nous renforcions notre relation », a-t-il affirmé.

Le groupe a également évoqué le décès du procureur argentin juif, Alberto Nisman, l’an dernier, ainsi que le bombardement du centre juif AMIA à Buenos Aires de 1994.

Le groupe a déclaré qu’ils étaient persuadés que, grâce à son président nouvellement élu, Mauricio Macri, l’Argentine pourrait à nouveau prendre une position pro-Israël importante dans une région où de nombreux pays ont des gouvernements d’extrême gauche ouvertement antisémites.

Alberto Nisman pendant une conférence de presses à Buenos Aires, le 20 mai 2009. (Crédit : AFP PHOTO / Juan Mabromata)
Alberto Nisman pendant une conférence de presses à Buenos Aires, le 20 mai 2009. (Crédit : AFP PHOTO / Juan Mabromata)

En Amérique latine, il y a quelque 500 000 Juifs.

L’Argentine possède la plus grande population juive de la région avec quelque 230 000 personnes, suivie par le Brésil avec 120 000.

Cependant, pour la deuxième année consécutive, les Juifs brésiliens étaient plus nombreux que leurs voisins argentins dans le nombre de nouveaux immigrants en Israël, avec près de 500 nouveaux immigrants en 2015, en raison des grandes crises politiques et économiques dans la plus grande nation de l’Amérique du Sud.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...