Rechercher

Les deux terroristes qui ont tué Dvir Sorek en 2019 condamnés à la prison à vie

Qassem Asafra et son cousin Nasir Asafra, membre du Hamas, ont poignardé à mort l'étudiant en Cisjordanie

Qasseem al-Asafra (G) et Nasir al-Asafra. (Réseaux sociaux)
Qasseem al-Asafra (G) et Nasir al-Asafra. (Réseaux sociaux)

Deux terroristes qui ont tué un adolescent israélien en 2019 ont été condamnés à la prison à perpétuité ce jeudi.

Qassem Asafra s’est vu infliger une peine supplémentaire de 40 ans, et Nasir Asafra une peine supplémentaire de 20 ans.

Dvir Sorek, 18 ans, a été poignardé à mort près de l’implantation de Migdal Oz, en Cisjordanie, en août 2019. Il était un étudiant de yeshiva inscrit dans un programme hesder, qui combine étude de la Torah et service militaire. Il n’était pas en service au moment où il a été tué.

Qassem Asafra a également été condamné pour avoir tenté de tuer deux Israéliens lors d’une attaque terroriste à Beer Sheva en 2011, pour laquelle il n’avait pas été arrêté à l’époque.

Dvir Sorek, un étudiant de yeshiva et soldat de Tsahal qui n’était pas en service, a été retrouvé poignardé à mort près d’une implantation en Cisjordanie, le 8 août 2019. (Autorisation de la famille)

L’armée a déclaré que Nasir Asafra était un membre du groupe terroriste du Hamas. Les deux condamnés sont cousins.

Le corps de Sorek a été retrouvé sur une route menant à la yeshiva où il étudiait.

Les agresseurs ont fui la scène mais ont été appréhendés dans la ville de Beit Kahlil après une chasse à l’homme de 48 heures.

Les agresseurs ont déclaré aux enquêteurs qu’ils avaient tué Sorek en raison de « la souffrance du peuple palestinien » et de « la situation à la [mosquée] Al-Aqsa », selon les transcriptions de leur interrogatoire obtenues par le journal Yedioth Ahronoth.

Ils ont planifié le meurtre à l’avance. Ils ont conduit jusqu’à une intersection et ont attendu qu’un Israélien arrive pour attaquer, ont-ils déclaré.

Nasir Asafra a attaqué Sorek après qu’il est descendu d’un bus, tentant d’abord de le maîtriser avec un pistolet paralysant, puis le poignardant à plusieurs reprises dans la poitrine, a-t-il déclaré.

« Il a essayé de se défendre en couvrant son visage et le haut de son corps avec ses mains. Puis il est resté immobile et n’a pas bougé et je suis monté dans la voiture », a déclaré l’agresseur aux enquêteurs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...