Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

Les Églises protestent contre les nouvelles impositions fiscales d’Israël

Dans une lettre au Premier ministre, les responsables de différentes églises ont condamné l’émission de lettres d’avertissement concernant des impôts fonciers sur leurs biens commerciaux

L'église luthérienne du Rédempteur et le complexe de rues et de magasins Muristan qui l'entoure, dans le quartier chrétien de Jérusalem. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
L'église luthérienne du Rédempteur et le complexe de rues et de magasins Muristan qui l'entoure, dans le quartier chrétien de Jérusalem. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Depuis l’époque ottomane, les Églises en Terre sainte bénéficient d’une exonération fiscale qui a traversé l’histoire depuis le mandat britannique. Or, les chefs des principales confessions chrétiennes ont récemment dénoncé ce qu’ils ont appelé une « attaque coordonnée » des autorités israéliennes contre la présence chrétienne, suite à l’émission de lettres d’avertissement concernant des impôts fonciers sur leurs biens commerciaux.

Dans une missive adressée au Premier ministre Benjamin Netanyahu, les responsables des Églises catholique, grecque orthodoxe et arménienne orthodoxe ont condamné cette initiative, affirmant qu’elle remettait en cause un statu quo historique. « Nous pensons que ces efforts représentent une attaque coordonnée contre la présence chrétienne en Terre sainte », ont-ils écrit, soulignant une intolérance croissante envers les chrétiens en Israël et en Cisjordanie.

Le statu quo, en place depuis l’époque ottomane, garantit aux Églises, grands propriétaires fonciers, une exemption totale des impôts fonciers sur tous leurs biens, qu’ils soient commerciaux ou religieux. Ce régime fiscal privilégié a été respecté sous les régimes britannique, jordanien et israélien, assurant ainsi une stabilité financière aux institutions religieuses et permettant le financement de services publics essentiels tels que les écoles, les hôpitaux et les maisons de retraite.

Récemment, les municipalités de Tel Aviv, Ramle, Nazareth et Jérusalem ont émis des lettres d’avertissement ou engagé des poursuites judiciaires pour dettes fiscales présumées. La municipalité de Jérusalem a précisé que les Églises n’avaient pas soumis les demandes d’exonération nécessaires ces dernières années, ajoutant qu’un dialogue était en cours pour recouvrer les dettes des propriétés commerciales détenues par les institutions religieuses.

Cette situation n’est pas sans précédent. En 2018, les chefs chrétiens avaient fermé l’église du Saint-Sépulcre en signe de protestation contre une décision similaire des autorités israéliennes, qui avait été rapidement suspendue par Netanyahu après un tollé dans l’opinion publique internationale.

Des pèlerins chrétiens tenant des bougies alors qu’ils se rassemblent pendant la cérémonie du feu sacré à l’église du Saint-Sépulcre, où de nombreux chrétiens croient que Jésus a été crucifié, enterré et ressuscité, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 23 avril 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Les ecclésiastiques affirment que la taxation des sites commerciaux, comme les auberges de pèlerinage et les centres d’information, porte atteinte à la pratique religieuse chrétienne en Terre sainte. Bien que ces impôts ne concernent pas les lieux de culte, les responsables religieux dénoncent une violation de l’équilibre historique et même une discrimination.

Les chrétiens constituent une infime minorité dans la région, représentant moins de 2 % de la population d’Israël et des Territoires palestiniens. Il y a 182 000 chrétiens en Israël, 50 000 en Cisjordanie et à Jérusalem et 1 300 à Gaza, selon le Département d’État américain. La grande majorité sont des Arabes israéliens et palestiniens.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.