Les Etats-Unis et Israël près de trouver un accord sur la Fronde de David
Rechercher

Les Etats-Unis et Israël près de trouver un accord sur la Fronde de David

Washington booste les capacités de Jérusalem et des Etats du Golfe pas crainte que l'accord nucléaire n'encourage l'agression de l'Iran

Un missile du système Fronde de David exposé, le 4 janvier 2012 (Crédit : Herzl Shapira / Flash90)
Un missile du système Fronde de David exposé, le 4 janvier 2012 (Crédit : Herzl Shapira / Flash90)

Tandis que ceux qui s’opposent à l’accord nucléaire avec l’Iran dénonçaient son approbation de facto par le Sénat le jeudi, les responsables de l’administration ont cherché à apaiser les craintes que Washington abandonnait ses alliés régionaux, promettant une coopération accrue dans le domaine de la défense avec Israël et les Etats du Golfe.

L’amiral adjoint de la marine américaine, James Syring, le directeur de la Missile Defense Agency, a déclaré que les Etats-Unis et Israël signeraient bientôt un projet d’accord sur la fabrication du système de la Fronde de David, développée conjointement, a annoncé Reuters.

Robert Scher, la secrétaire adjoint américain à la Défense pour la stratégie, a noté que Washington a fourni à Israël 3 milliards de dollars répartis dans des fonds pour les programmes de défense antimissile depuis 2001.

La Fronde de David, également connue sous le Magic Wand [baguette magique], a été conçue par Rafael Advanced Defense Systems et l’entreprise américaine de défense Raytheon pour intercepter les roquettes et les missiles tirés à une distance comprise entre 100 et 300 km.

Le système a passé avec succès une série d’essais préliminaires en avril, et les forces de l’air israéliennes ont déjà commencé à former des opérateurs pour le système, qui devrait devenir opérationnel l’année prochaine.

Pendant ce temps, les responsables militaires ont également annoncé que les États-Unis avaient aussi avancé sur ses projets de renforcer ses alliés du Golfe persique en développant un système de défense antimissile dans la région.

« Cela ne fait aucun doute dans mon esprit que les activités balistiques de l’Iran continuent de poser un risque pour les Etats-Unis et nos alliés et pour nos partenaires en Europe, en Israël, et dans le Golfe », a déclaré Scher lors d’un comité du Congrès.

Scher a déclaré que Washington continuerait à travailler avec ses alliés pour créer un programme de défense coopérative.

Un autre responsable a expliqué que le principal obstacle à la création d’un bouclier efficace n’était pas la technologie, mais la politique.

Le partage des données et même le fait de relier les systèmes de défense permettrait aux États-Unis et à ses partenaires du Golfe d’augmenter leurs capacités « de façon exponentielle », a expliqué Michael Tronolone, un ancien directeur d’un centre de défense aérienne de l’armée américaine à Abu Dhabi.

Lors d’une visite du roi saoudien Salmane aux Etats-Unis la semaine dernière, les responsables de l’administration ont assuré au dirigeant saoudien qu’ils alloueraient les ressources nécessaires pour aider à contenir les ambitions régionales de l’Iran, même si le récent accord nucléaire fournit à la nation chiite des centaines de milliards de dollars grâce à l’allègement des sanctions internationales.

Ben Rhodes, le conseiller adjoint à la sécurité nationale, a noté que le budget de la Défense des alliés des États-Unis dans le Golfe est huit fois supérieur à celui de l’Iran et qu’aucun ‘allègement des sanctions pourrait combler cette différence.

« Nous devons nous assurer que nous faisons tout notre possible pour contrer les activités de l’Iran pour déstabiliser la région », a déclaré Rhodes avant la visite du roi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...