Rechercher

Les experts du ministère de la Santé recommandent la 4e dose pour les plus de 18 ans

La commission consultative préconise le rappel lorsque cinq mois se sont écoulés depuis la troisième injection ou la guérison ; cette décision doit être approuvée par Nachman Ash

Un sexagénaire israélien reçoit une quatrième dose de vaccin contre la COVID-19 dans un centre de vaccination de la Clalit, le 3 janvier 2022. (Crédit :Olivier Fitoussi/Flash90)
Un sexagénaire israélien reçoit une quatrième dose de vaccin contre la COVID-19 dans un centre de vaccination de la Clalit, le 3 janvier 2022. (Crédit :Olivier Fitoussi/Flash90)

Une commission consultative du ministère de la Santé a recommandé mardi que le gouvernement mette à la disposition des Israéliens âgés de 18 ans et plus une quatrième dose de vaccin contre le coronavirus, à condition que cinq mois se soient écoulés depuis leur troisième injection ou depuis qu’ils se sont remis de la maladie.

La décision de la commission fait suite à la déclaration du ministère de la Santé, dimanche, selon laquelle une quatrième dose de vaccin pour les personnes âgées de plus de 60 ans protège trois fois plus contre les maladies graves et deux fois plus contre l’infection lors de la vague actuelle provoquée par le variant Omicron.

Le ministère indique que ces chiffres sont le résultat d’une analyse initiale effectuée par des experts de diverses institutions universitaires et médicales de premier plan. Les données comparent la quatrième dose de vaccin aux personnes qui ont reçu trois doses il y a au moins quatre mois.

Les chiffres s’appuient sur un total de 400 000 Israéliens ayant reçu le quatrième vaccin et 600 000 qui ont reçu trois doses, le ministère soulignant que la méthodologie est similaire à celle des articles précédents que les experts ont publiés dans le New England Journal of Medicine, revue à comité de lecture.

Un employé du secteur de la santé prépare un vaccin contre la COVID-19 à l’hôpital Sheba de Ramat Gan, le 28 décembre 2021. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

Les premiers résultats seront mis à jour au fur et à mesure.

La semaine dernière, les résultats préliminaires d’un étude menée par l’hôpital Sheba ont montré que l’administration d’une quatrième dose des vaccins Pfizer ou Moderna permet de multiplier les anticorps mais s’avère « moins » efficace pour lutter contre le variant Omicron du coronavirus.

Les recommandations du groupe d’experts doivent être approuvées par le directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash.

Les statistiques du ministère de la Santé publiées mardi matin font état de 83 613 nouveaux cas d’infection enregistrés un jour plus tôt. Avec plus de 439 000 tests PCR et antigéniques effectués dimanche, le taux de positivité s’élevait à 21,83 %.

Le directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash, s’exprime lors d’une réunion à l’hôpital Sheba à Ramat Gan, le 24 octobre 2021. (Avshalom Sassoni/Flash90)

Mardi matin, 580 369 Israéliens étaient activement infectés, dont 2 256 hospitalisés, parmi lesquels 845 étaient dans un état grave et 177 sous respirateur.

Au cours de la semaine écoulée, 125 Israéliens atteints du COVID sont décédés, ce qui porte à 8 487 le nombre total de décès depuis le début de la pandémie.  Au cours des deux dernières semaines, quelque 900 000 Israéliens ont été testés positifs au COVID, mais les experts estiment que le chiffre réel pourrait s’avérer être bien plus élevé.

Alors qu’Israël semble avoir atteint le pic de sa cinquième vague d’infections, provoquée par le variant Omicron, hautement contagieux, Ash a demandé lundi aux directeurs d’hôpitaux de se préparer à un éventuel report des interventions non vitales. Dans une lettre adressée aux directeurs d’hôpitaux de tout le pays, Ash a déclaré qu’ils devaient se préparer à un afflux de patients atteints du COVID et libérer des lits pour faire de la place, y compris dans les services non dédiés au traitement du virus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...