Rechercher

La 4e dose de vaccin « moins » efficace contre Omicron, selon l’essai à Sheba

Si la 4e dose permet en effet "d'augmenter le niveau des anticorps", elle n'"offre qu'une défense partielle contre le virus", a déclaré la professeure Gili Regev-Yochay

Un employé du secteur de la santé prépare un vaccin contre la COVID-19 à l'hôpital Sheba de Ramat Gan, le 28 décembre 2021. (Crédit :  Yossi Zeliger/Flash90)
Un employé du secteur de la santé prépare un vaccin contre la COVID-19 à l'hôpital Sheba de Ramat Gan, le 28 décembre 2021. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

L’administration d’une quatrième dose des vaccins Pfizer ou Moderna permet de multiplier les anticorps mais s’avère « moins » efficace pour lutter contre le variant Omicron du coronavirus, a indiqué lundi un hôpital israélien ayant entamé un des premiers essais cliniques sur le sujet.

Une équipe de l’hôpital Sheba, près de Tel-Aviv, a initié fin décembre un essai clinique, vaccinant 154 soignants avec une quatrième dose Pfizer et 120 autres volontaires avec une quatrième dose Moderna.

Une semaine après le début de cet essai clinique, qui doit se prolonger sur six mois, « les anticorps (des participants, NDLR) ont été multipliés par cinq, ce qui indique que le vaccin fonctionne et offre une protection contre les complications graves », avait indiqué l’hôpital à la presse.

Lundi toutefois, trois semaines après le début des essais cliniques, la professeure Gili Regev-Yochay, qui dirige cette étude, a précisé que si l’administration de ces quatrièmes doses permet en effet « d’augmenter le niveau des anticorps », elle n' »offre qu’une défense partielle contre le virus ».

Prof. Gili Regev-Yochai, directrice de l’Unité d’épidémiologie des maladies infectieuses à l’hôpital Sheba (Crédit : capture d’écran YouTube)

« Les vaccins Pfizer et Moderna, qui étaient plus efficaces contre les autres variants, offrent moins de protection contre Omicron », a souligné cette spécialiste des maladies infectieuses dans un communiqué publié par le grand hôpital Sheba.

« La conclusion est que le vaccin est excellent contre les [variants] Alpha et Delta, mais qu’il n’est pas suffisant pour le variant Omicron « , a-t-elle déclaré.

Regev-Yochay a ajouté qu’il était probablement toujours judicieux d’administrer une quatrième injection aux personnes présentant un risque plus élevé, mais elle a laissé entendre que la campagne actuelle, qui propose également le vaccin aux plus de 60 ans, devrait peut-être être modifiée pour n’inclure que les groupes encore plus âgés. Elle n’a pas donné plus de précisions.

L’hôpital n’a pas publié de données plus spécifiques. Regev-Yochay a déclaré que les résultats de la recherche n’étaient que préliminaires, mais a indiqué qu’elle communiquait les premières informations en raison du grand intérêt du public pour cette question.

Le Premier ministre Naftali Bennett s’entretient avec le professeur Gili Regev-Yochay lors d’une visite à l’hôpital Sheba à Ramat Gan, le 4 janvier 2022. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Quelques heures après la publication des résultats, Sheba a publié une déclaration appelant à « poursuivre la campagne de vaccination pour les groupes à risque en ce moment, même si le vaccin ne fournit pas une protection optimale contre l’infection par le variant. »

Les médias israéliens ont rapporté que l’hôpital a subi des pressions pour publier cette déclaration après que le ministère de la Santé a désapprouvé la publication des premiers résultats de l’étude.

Le Premier ministre Naftali Bennett a recommandé le lancement d’une campagne de vaccination pour une quatrième dose, et ce, malgré le manque de données.

Pour tenter d’atténuer les effets d’une nouvelle vague de contamination liée au variant Omicron, le gouvernement israélien avait en effet récemment donné son feu vert à l’administration d’une quatrième dose aux personnes plus âgées ou considérées comme à risque de développer des symptômes graves.

Des employés du secteur médical et des membres de leur famille reçoivent une quatrième dose de vaccin contre la COVID-19 à l’hôpital Hadassah de Jérusalem, le 6 janvier 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Plus de 537 000 Israéliens ont reçu une quatrième dose de vaccin, selon les dernières données du ministère de la Santé dans ce pays qui avait lancé en décembre 2020 une vaste campagne de vaccination ayant permis d’offrir trois doses à près de la moitié de la population de 9,2 millions d’habitants.

Si Israël a connu ces derniers jours des records de contamination, la capacité maximale de traitement des hôpitaux n’a toutefois pas été atteinte et le nombre de morts récents demeure bas.

Dans ce contexte, et compte tenu des pressions sur l’économie liées à la propagation du variant Omicron, qui provoque en général des symptômes moins sévères, le gouvernement a décidé de réduire lundi la durée de la quarantaine des personnes positives au Covid-19 de sept à cinq jours.

Le programme d’essai de Sheba, qui a débuté en décembre avec l’administration de la dose à 150 membres du personnel médical, est beaucoup plus modeste que les essais pharmaceutiques habituels, qui impliquent généralement des milliers de volontaires dont les résultats sont suivis pendant des mois. Mais c’est aussi la seule étude connue sur les effets d’une quatrième dose.

Des médecins travaillent avec des patients CoVid-19 dans l’unité d’isolement de l’hôpital Sheba à Ramat Gan, le 29 juillet 2020. (Autorisation : JACK GUEZ / AFP)

Israël espère que cette dose supplémentaire permettra d’empêcher le variant Omicron de submerger les hôpitaux et de paralyser la vie quotidienne.

L’étude, la première de ce type dans le monde, est menée en collaboration avec le ministère de la Santé et a été approuvée par le groupe d’experts du gouvernement chargé des essais médicaux sur l’homme.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a exhorté les pays à retarder les programmes de rappel jusqu’à ce que le monde entier ait accès aux premières doses de vaccin.

Environ deux tiers de la population d’Israël, qui compte près de 9,5 millions d’habitants, ont reçu au moins une dose du vaccin, et près de 4,4 millions d’Israéliens ont reçu trois doses, selon les derniers chiffres du ministère de la Santé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...