Rechercher

Les experts israéliens en droit international jugent illégale l’invasion de l’Ukraine

Dans une lettre ouverte, 21 experts demandent à Israël "d’adopter une position de principe" qui reflète "les intérêts communautaires à long terme de la paix et de la sécurité"

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des véhicules militaires ukrainiens passent devant la place de l'Indépendance dans le centre de Kiev, le 24 février 2022. (Crédit : Daniel LEAL / AFP)
Des véhicules militaires ukrainiens passent devant la place de l'Indépendance dans le centre de Kiev, le 24 février 2022. (Crédit : Daniel LEAL / AFP)

Les plus éminents juristes israéliens ont condamné dimanche « en termes les plus fermes » l’invasion de l’Ukraine par la Russie, affirmant qu’elle est illégale en vertu du droit international et ont réfuté les justifications de Moscou pour cette offensive.

Dans une lettre ouverte, vingt et un experts en droit international demandent à Israël « d’adopter une position de principe sur la situation en Ukraine, reflétant les intérêts communautaires à long terme de la paix et de la sécurité internationales ».

Les experts, y compris plusieurs doyens des principales écoles de droit israéliennes, affirment que la reconnaissance par la Russie des Républiques Populaires de Lougansk et de Donetsk, deux régions de l’est de l’Ukraine, n’ont « aucune validité juridique », car ces républiques indépendantes violent la souveraineté et l’intégrité territoriale de Kiev.

« Par conséquent, la Fédération de Russie ne peut invoquer l’autodéfense collective, conformément à l’article 51 de la Charte des Nations Unies, pour justifier une intervention armée en Ukraine sur la base de la « demande » de ces territoires », écrivent les experts.

« De plus, la Fédération de Russie n’a pas le droit d’invoquer l’autodéfense contre l’Ukraine, car il n’y a pas eu d’attaque armée ni continue ni imminente de la part de l’Ukraine contre la Russie. Les affirmations selon lesquelles l’Ukraine doit être « démilitarisée » ne donnent droit à aucune sorte d’auto-défense en vertu du droit international », ajoutent-ils.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...