Rechercher

Les firmes israéliennes proposent transfert et assistance à leurs employés ukrainiens

Dans la crainte d'un éventuel conflit, les entreprises technologiques israéliennes tirent parti de l'expérience pour développer des moyens d'aider

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Des voyageurs attendent aux comptoirs d'enregistrement avant leur vol à l'aéroport de Boryspil, à une trentaine de kilomètres de Kiev, le 13 février 2022. (Sergei Supinsky / AFP)
Des voyageurs attendent aux comptoirs d'enregistrement avant leur vol à l'aéroport de Boryspil, à une trentaine de kilomètres de Kiev, le 13 février 2022. (Sergei Supinsky / AFP)

Alors que les tensions se sont intensifiées en Ukraine ces dernières semaines dans un contexte de crainte d’une éventuelle invasion russe, les entreprises technologiques israéliennes ont mis en place des plans d’urgence pour offrir différentes formes d’assistance à leurs employés dans le pays afin d’assurer leur sécurité.

Un certain nombre de start-ups et d’entreprises israéliennes de tous les secteurs ont étendu leurs offres de relocalisation temporaire et de soutien financier aux employés et à leurs familles en Ukraine, alors que des battements de tambour de guerre ont été entendus ce week-end.

Eyal Levy, vice-président R&D de la société israélienne de protection de la vie privée et des données BigID, a déclaré au Times of Israël lors d’un entretien téléphonique mardi que la société suit de près les événements en Ukraine depuis plusieurs semaines, restant en contact étroit avec ses 40 développeurs ukrainiens dans plusieurs villes du pays.

« Jusqu’à jeudi, personne n’était très inquiet et tout semblait plutôt calme. Mais depuis dimanche, les choses ont changé et l’inquiétude augmente. Le risque [évalué] est passé de modéré à élevé », a-t-il déclaré.

Levy a déclaré que l’entreprise avait lancé une enquête pour déterminer les besoins immédiats des employés ukrainiens. « Nous avons proposé trois options : une relocalisation dans d’autres pays, un déménagement à l’intérieur de l’Ukraine vers des zones plus sûres et une cartographie des employés qui en accueilleraient d’autres [des zones de l’est qui pourraient devenir dangereuses], tout comme nous le faisons en Israël quand il y a la guerre.»

Une majorité, a-t-il dit, préfère une relocalisation temporaire en Pologne ou en Bulgarie, selon l’enquête. Cependant, la plupart d’entre eux voulaient attendre pour ne décider que s’ils en ressentaient un réel besoin. « Seulement 5 % ont choisi de partir maintenant», « et les autres se préparent et se concertent avec leurs familles », a déclaré Levy.

Des militaires ukrainiens surveillent les zones d’impact des obus qui ont atterri près de leurs positions pendant la nuit sur une ligne de front à l’extérieur de Popasna, dans la région de Louhansk, dans l’est de l’Ukraine, le 14 février 2022. (AP/Vadim Ghirda)

Comme la plupart des entreprises technologiques israéliennes ayant des employés en Ukraine, BigID travaille par l’intermédiaire d’une entreprise locale pour recruter et gérer ses employés. Mais Levy a souligné que ces employés faisaient partie intégrante de l’entreprise israélienne et étaient traités en tant que tels.

L’entreprise locale « a beaucoup d’expérience depuis 2014 [lorsque la Russie a envahi et annexé la péninsule de Crimée depuis l’Ukraine], elle sait donc quoi faire et elle connaît très bien les environs », a déclaré Levy.

« Nous voulions proposer un plan qui s’alignerait sur l’ampleur de la situation. Il est en place depuis des mois. Nous avons des plans pour nos opérations à travers le monde afin de permettre la continuité de nos activités », a-t-il ajouté.

Eyal Levy, VP R&D chez BigID, une société israélienne de protection des données et de la vie privée. (BigID)

BigID prévoit également d’offrir un accès Internet par satellite à ses employés ukrainiens en cas de panne des réseaux, ainsi qu’une logistique de transport s’ils devaient partir rapidement.

Selon l’organisation israélienne Start-Up Nation Central, axée sur la technologie, plusieurs dizaines de milliers de développeurs en Ukraine fournissent des services aux entreprises technologiques israéliennes dans un contexte de pénurie chronique de talents technologiques en Israël, en particulier d’ingénieurs et de développeurs. « Au fil des ans, les entreprises israéliennes ont répondu à la pénurie de main-d’œuvre technologique en Israël avec différentes solutions, et aujourd’hui, avec la situation en Ukraine, nous voyons l’impact immédiat sur l’écosystème israélien », a déclaré mardi SNC au Times of Israël.

La société israélienne Verbit, une société de logiciels de transcription et de sous-titrage hybrides basés sur l’association de l’intelligence artificielle (AI) et de l’intelligence humaine, travaille avec 37 professionnels en Ukraine, dont une majorité de développeurs au sein de l’équipe de R&D de l’entreprise. Cette semaine, la société a commencé à lancer divers plans d’urgence alors que les tensions à la frontière semblaient s’intensifier, a déclaré Ruth Ben Asher-Lavi, VP HR EMEA de Verbit (Europe, Moyen-Orient et Afrique).

Ruth Ben Asher-Lavi, VP HR EMEA chez Verbit, une société israélienne qui a développé une plateforme de transcription et de sous-titrage en temps réel alimentée par l’IA. (Courtoisie)

Ben Asher-Lavi a déclaré au Times of Israel lors d’un entretien téléphonique lundi soir que «  la majorité des employés ukrainiens de l’entreprise travaillaient dans la capitale Kiev », où l’atmosphère est actuellement plutôt calme.

Mais Verbit élabore des plans particuliers pour chaque employé ukrainien en fonction de leurs besoins et de ceux de leurs familles, a-t-elle déclaré.

« Nous couvrirons les frais de location et de déménagement, mais nous avons également des plans au-delà d’un déménagement, au cas où les réseaux de communication pourraient tomber, avec un support informatique pour le matériel de communication, et en cas de fermeture des systèmes bancaires, afin que nous puissions les payer et les soutenir », a déclaré Ben Asher-Lavi.

Elle a également cité l’expérience israélienne dans le domaine de la violence et des conflits, comme le conflit qui a duré 11 jours entre Israël et les groupes terroristes de Gaza en mai dernier, ainsi que la compréhension nécessaire pour faire face au exigences de telles situations.

« Nous sommes des Israéliens, nous savons ce que sont les situations d’urgence. Nous voulions créer une communication fluide [avec les employés ukrainiens] et leur faire savoir que nous sommes présents, que nous voulons qu’ils soient en sécurité et que nous les soutiendrons financièrement », a déclaré Ben Asher-Lavi.

Elle a ajouté qu’aucun des employés de l’entreprise en Ukraine n’a encore demandé à déménager en Israël « mais s’ils le font, nous les aiderons ».

Le centre ville de Kiev, le 14 février 2022. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israël)

Amir Glatt, co-fondateur et directeur technique de la société israélienne de conception de sites Web Duda, a déclaré au Times of Israël que la société travaille actuellement avec 10 développeurs ukrainiens, également basés principalement à Kiev.

Mardi, deux des développeurs ukrainiens de Duda ont accepté l’offre de la société d’être temporairement relocalisés, optant pour l’Espagne et l’Indonésie.

Pour Duda, les options incluent également une relocalisation dans des zones plus sûres en Ukraine ou en Israël.

« Nous prendrons des décisions en fonction de l’évolution de la situation. Nous leur offrons un soutien identique à ceux dont bénéficient nos employés israéliens, que ce soit à cause d’un conflit, du COVID, ou d’autres événements de la vie », a déclaré Glatt, ajoutant que les développeurs ukrainiens de l’entreprise sont « de grands ingénieurs, très dévoués et font partie de la compagnie. »

Lorsqu’on lui a demandé si Duda envisageait de cesser ses opérations en Ukraine compte tenu de la volatilité actuelle, Glatt a déclaré qu’« en tant qu’Israéliens, nous devons être sensibles à ce genre de situations. Nous avons la responsabilité morale de ne pas discriminer en raison de tensions potentielles. »

Duda, basée à Tel-Aviv, emploie environ 230 personnes dans le monde, dont 100 en Israël.

Par ailleurs, le géant israélien des créateurs de sites Web Wix a déclaré lundi qu’il offrait à ses quelque 1 000 travailleurs ukrainiens la possibilité de s’envoler pour la Turquie avec leurs familles pendant au moins deux semaines, tous frais payés, dans l’espoir que les tensions entre l’Ukraine et la Russie se dissipent dans les jours à venir.

Wix a fait savoir qu’il couvrira les vols, les hôtels et la nourriture. La société israélienne a également proposé des options de relocalisation temporaire en Pologne, où Wix a des opérations existantes.

Plus tôt mardi, la Russie a déclaré qu’elle rapatriaient certaines de ses troupes situées près de la frontière ukrainienne vers leurs bases, ce qui serait le premier signe de désescalade, tout en attendant une confirmation sur le terrain après des semaines de crise avec l’Occident.

La décision inattendue de Moscou intervient au milieu d’un effort diplomatique intense pour éviter une invasion russe redoutée de son voisin pro-occidental après que Moscou a rassemblé plus de 100 000 soldats près des frontières de l’Ukraine.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...