Les grandes manifestations ne poseraient pas de risque sanitaire majeur – étude
Rechercher

Les grandes manifestations ne poseraient pas de risque sanitaire majeur – étude

Les manifestations propagent-elles le coronavirus ? Une importante étude américaine sur les conséquences des mobilisations pour George Floyd suggère que non

Des Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 29 août 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 29 août 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Les manifestations de masse contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu sont probablement relativement sûres en termes de Covid-19, a déclaré un chercheur, après avoir surveillé les taux de coronavirus à la suite des manifestations américaines pour la justice et l’égalité entre les hommes.

On estime que 20 000 personnes ont participé aux manifestations contre Netanyahu samedi. Certains responsables politiques ont accusé les manifestants de mettre en danger la santé publique, et le vice-ministre de la Santé Yoav Kisch a même qualifié une manifestation d' »attaque terroriste contre la santé« .

Mais des analystes aux États-Unis ont mis en doute l’idée que les manifestations provoquent des poussées de coronavirus, après avoir analysé les taux de protestation et les taux de virus dans ce pays.

« Si vous m’aviez demandé début juin, je me serais peut-être attendu à une recrudescence de la maladie dans les États les plus contestataires », indique le professeur David Lazer, membre d’une équipe de recherche issue des universités Northeastern, Harvard, Northwestern et Rutgers qui s’est penchée sur le sujet. « Mais lorsque nous avons eu les données, nous avons vu que les États où les protestations étaient les plus fortes n’étaient pas ceux où les poussées étaient les plus fortes ».

David Lazer, professeur de science politique et de sciences de l’informatique et de l’information à la Northeastern University (Capture écran/YouTube)

Il affirme qu’il était « très peu probable » que les manifestations aient été à l’origine de la recrudescence des infections aux États-Unis en juin et juillet.

Cette étude « est un signal encourageant qui montre que les manifestations en Israël ne provoqueront pas une explosion du nombre de cas », a-t-il déclaré au Times of Israel.

Les experts médicaux israéliens, qui ont un œil sur la situation en Amérique, ne sont pas inquiets à propos des manifestations – même Gabi Barbash, un ancien directeur général du ministère de la Santé devenu célèbre pendant l’épidémie pour son rôle de commentateur au sein de la Douzième chaîne.

« Je ne suis pas très inquiet des manifestations », a déclaré M. Barbash, qui, dans d’autres cas, a appelé à la prudence et a souligné les dangers d’infection non pris en compte, au Times of Israel. « Jusqu’à présent, il n’y a pas eu d’augmentation documentée de la propagation du coronavirus à la suite de ces manifestations ».

Mais certains Israéliens sont convaincus qu’il existe un deux poids, deux mesures.

Raphael Bouchnik-Chen, un ancien colonel du renseignement militaire, a dénoncé le fait que les rassemblements de prière sont restreints alors que les grandes manifestations sont autorisées, suggérant que le droit de protester devrait également être « soumis à des limitations ».

Certains Haredim sont furieux parce que l’Ukraine a fermé ses frontières aux étrangers pour empêcher le traditionnel pèlerinage annuel à Ouman pour Rosh HaShana, qui commence le 18 septembre. Cette décision fait suite à l’intervention de Ronni Gamzu et du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui se sont entretenus avec le dirigeant ukrainien au sujet d’une interdiction, dans la crainte d’une grave épidémie de coronavirus dans ce pays.

La communauté hassidique Breslev, dont le rebbe est enterré à Ouman, a publié un communiqué disant que le gouvernement « a montré que les citoyens religieux sont des citoyens de seconde zone ».

Elle soutient que si « protester, prendre l’avion partout et se rassembler dans les hôtels et les restaurants est acceptable », « ils feront tout pour contrecarrer et dénigrer » ceux qui souhaitent voyager pour des raisons religieuses.

Des Juifs ultra-orthodoxes de la secte hassidique Breslev manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, demandant une solution pour voyager à Ouman à Rosh HaShana, le 29 août 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Pourtant, M. Barbash a déclaré qu’en termes d’épidémiologie, la logique qui consiste à autoriser les protestations mais pas le pèlerinage à Ouman est valable. Le rassemblement ukrainien est axé sur des rassemblements en salle à haute densité « qui simulent ce que nous avons vu dans les salles de manifestations, qui sont très dangereuses », a-t-il soutenu.

Il a également estimé qu’il serait irréaliste de s’attendre à un changement de culture autour du pèlerinage d’Ouman pour le rendre sanitairement sans danger, car cela signifierait s’attendre à ce que les Hassidim « changent la nature entière » du pèlerinage.

M. Barbash a cité la même logique que M. Lazer : les gens sont beaucoup moins susceptibles d’être infectés à l’extérieur qu’à l’intérieur, un principe énoncé à maintes reprises par les autorités sanitaires, notamment l’Organisation mondiale de la santé et les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies.

Pr Gabi Barbash, ancien directeur général du centre médical Sourasky de Tel Aviv, le 7 avril 2020. (Chaîne 12)

David Lazer, professeur de sciences politiques, d’informatique et de sciences de l’information à l’université Northeastern, qui a travaillé sur l’étude avec neuf autres universitaires, dont deux de la Harvard Medical School, abonde : « L’hypothèse est que la proximité à l’extérieur n’est pas si importante pour la propagation de la maladie. Notre conclusion est cohérente avec l’argument selon lequel le fait de fustiger des gens sur des photos prises à la plage n’est pas la bonne cible, mais qu’il s’agit plutôt de rassemblements de personnes à l’intérieur ».

Il a noté que le port du masque était très répandu parmi les manifestants américains et a déclaré que si les manifestants israéliens ne se couvraient pas le visage, cela pourrait rendre son étude moins pertinente pour les manifestations anti-Netanyahu.

L’universitaire a reconnu que certains facteurs qui façonnent les statistiques peuvent être spécifiques aux États-Unis. Par exemple, dans les États où les protestations étaient importantes, certains non-protestataires seraient restés chez eux pour éviter les manifestations, ce qui aurait pu faire baisser les taux d’infection. Rien n’indique que les Israéliens restent chez eux pour éviter les manifestations.

Mais il a déclaré qu’en dépit de certaines différences, l’étude américaine peut être considérée comme fournissant des indications utiles pour évaluer l’impact sanitaire des rassemblements israéliens.

L’équipe, qui a interrogé près de 40 000 manifestants et examiné les statistiques liées aux contaminations, a constaté que les taux d’infection dans les semaines suivant les manifestations étaient, de manière surprenante, souvent plus élevés dans les États où les mobilisations étaient plus petites.

Des Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 29 août 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Ils ont écrit dans leur étude, qui n’a pas fait l’objet d’un examen par des pairs : « Il existe une corrélation négative claire et significative entre le pourcentage de la population d’un État qui a déclaré avoir protesté et l’augmentation subséquente des cas de Covid-19 ».

Ils ont constaté que Washington, DC, qui avait le taux de participation aux marches le plus élevé (13,7 %), a signalé une augmentation relativement faible des cas de virus au cours de la même période.

Ils n’ont pas donné d’explication pour la corrélation négative, mais ont déclaré que l’élément important à retenir est qu’il n’y a pas de corrélation positive.

« Il est difficile de mettre en équation la corrélation négative entre le pourcentage de la population de l’État qui a participé aux rassemblements et l’évolution des nouveaux cas avec l’idée que les manifestations ont été un facteur majeur de la récente augmentation des cas aux États-Unis », indiquent les auteurs.

Anticipant les critiques qui suggèrent que l’absence d’augmentation pourrait être due à un décalage entre l’infection réelle et les symptômes qui n’ont pas été détectés dans le temps de l’étude, David Lazer souligne : « Ces protestations ont commencé il y a plus de deux mois. Si les protestations étaient à l’origine de la propagation, ce serait plus que suffisant pour observer la propagation bien au-delà des seuls manifestants, vers les communautés plus larges ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...