Les hôpitaux israéliens s’intéressent au traitement salué par Anthony Fauci
Rechercher

Les hôpitaux israéliens s’intéressent au traitement salué par Anthony Fauci

Certains médecins veulent commencer à administrer immédiatement le Remdesivir - vanté par l'expert infectiologue de la Maison Blanche - mais d'autres sont plus prudents

Le président Donald Trump écoute le Dr Anthony Fauci, directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases, qui s'exprime sur le Covid-19 en conférence de presse à la Maison Blanche, le 7 avril 2020. (Crédit : AP/Alex Brandon)
Le président Donald Trump écoute le Dr Anthony Fauci, directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases, qui s'exprime sur le Covid-19 en conférence de presse à la Maison Blanche, le 7 avril 2020. (Crédit : AP/Alex Brandon)

Alors que de nombreux médecins israéliens fuient les médicaments défendus par le président américain Donald Trump, l’espoir grandit que l’un de ses principaux conseillers en matière de santé ait raison, et qu’il existe un médicament qui peut « bloquer » le coronavirus.

Le Dr Anthony Fauci, éminent spécialiste américain des maladies infectieuses, a déclaré mercredi au Bureau ovale qu’il s’attendait à ce que le médicament antiviral Remdesivir devienne « la norme de soins » pour les patients atteints du Covid-19, après avoir vu les résultats d’une étude gouvernementale.

Il a indiqué que les données avaient montré que le médicament avait un « effet positif, significatif et net sur la réduction du temps de guérison » et que le test avait suscité une « démonstration de faisabilité très importante qu’un médicament puisse bloquer ce virus ».

L’étude, dirigée par l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses de Fauci, a été menée auprès de plus de 1 000 patients, dont certains ont reçu des placebos, mais n’a pas encore été finalisée ni examinée par des pairs. En janvier, un groupe de travail de l’Organisation mondiale de la santé avait fait savoir qu’il considérait le Remdesivir, produit par la société californienne Gilead Sciences, comme l’option thérapeutique « la plus prometteuse » contre le coronavirus.

Les hôpitaux israéliens, qui dans de nombreux cas abandonnent l’hydroxychloroquine et la chloroquine, deux médicaments précédemment promus par Trump, sont maintenant désireux d’obtenir plus de données sur le traitement que son principal conseiller défend. Les médecins « attendent avec impatience » d’en savoir plus sur le Remdesivir, a confirmé le Dr Philip Levin, directeur des soins intensifs au centre médical Shaare Zedek de Jérusalem.

Le Dr Margarita Mashavi, du centre médical Wolfson à Holon, s’est montrée « enthousiaste » à l’idée de cette perspective.

Cette dernière, qui dirige le traitement contre le coronavirus dans son établissement, souhaite que le médicament devienne immédiatement la norme. « Je pense qu’il est judicieux d’en administrer, mais nous n’en avons pas », a-t-elle déclaré. « Il est très difficile de s’en procurer. »

Elle a réussi à obtenir du Remdesivir pour deux patients et n’a pas constaté d’effets positifs, mais elle a déclaré que des tests à grande échelle comme ceux effectués aux États-Unis sont beaucoup plus fiables que son impression anecdotique, et elle veut donc qu’il soit administré aux patients.

Dr Margarita Mashavi, cheffe de l’unité coronavirus au centre médical Wolfson à Holon. (Autorisation)

La logique du Dr Mashavi est que le traitement du coronavirus est un travail en cours, et si un médicament suscite de l’espoir, il doit être utilisé. « Aucun d’entre nous ne sait quel est le meilleur médicament, nous apprenons », a-t-elle déclaré.

Au centre de santé Hillel Yaffe à Hadera, le Dr Michal Stein s’est montré « d’un optimisme prudent ». Elle a commenté que le test du Remdesivir est « important, mais ce n’est pas comme la découverte de la pénicilline ».

Cette directrice de l’unité de contrôle des maladies infectieuses et des infections de Hillel Yaffe, a déclaré qu’il y a beaucoup de facteurs liés au médicament qui sont encore inconnus, ajoutant qu’il est trop tôt pour tirer des conclusions.

Au début de ce mois, Israël a importé d’immenses quantités d’hydroxychloroquine et de chloroquine, des médicaments anti-paludisme que Trump a, de façon controversée, défini comme des traitements contre le coronavirus.

Mais la Food and Drug Administration a mis en garde la semaine dernière contre les effets secondaires du médicament et une étude nationale américaine n’a montré aucun bénéfice dans une vaste analyse de son utilisation dans les hôpitaux américains pour vétérans. Selon les chercheurs, les décès ont été encore plus nombreux parmi les personnes ayant reçu de l’hydroxychloroquine que parmi celles ayant reçu les soins habituels.

Des millions de doses devraient maintenant rester dans les entrepôts du ministère israélien de la Santé. « Tout le monde en administrait au début », a commenté le Dr Levin, ajoutant que les médecins sont maintenant beaucoup plus prudents.

Son équipe se prépare à effectuer un essai clinique pour le Remdesivir, qui commencera dans quelques jours. Il a refusé de commenter avant l’essai ses attentes concernant le médicament, mais a déclaré que s’il s’avère efficace, il devrait freiner le virus. « Il s’agit d’un médicament antiviral qui est censé réduire la réplication du virus », a-t-il déclaré.

Un flacon de Remdesivir de la firme Gilead Sciences présenté lors d’une conférence de presse sur le lancement d’une étude sur des patients gravement atteints par le Covid-19 menée à l’hôpital universitaire Eppendorf (UKE) de Hamburg, le 8 avril 2020. (Crédit : Ulrich Perrey/Pool/AFP)

Lors d’un briefing à la Maison Blanche mercredi, M. Fauci a indiqué que les résultats encore non publiés d’un essai gouvernemental montrent que les patients ayant reçu du Remdesivir ont récupéré 31 % plus vite que ceux ayant reçu un placebo. Son bureau a également fait état d’une amélioration de la survie, avec un taux de mortalité de 8 % pour le groupe recevant le Remdesivir contre 11,6 % pour le groupe placebo.

Toutefois, une revue médicale britannique, The Lancet, a publié les résultats d’une étude chinoise portant sur 237 patients, qui présentait un tableau différent, suggérant que le Remdesivir « n’était pas associé à des bénéfices cliniques statistiquement significatifs ».

Certains médecins américains ont critiqué ce qu’ils ont considéré comme une annonce prématurée du Dr Fauci, et le New York Times a cité Steven Nissen, cardiologue à la Cleveland Clinic, qui estime que le résultat du test au Remdesivir est « trop important pour être traité de manière aussi négligée ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...